AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Black iced coffee

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

avatar

Cha Eun Kwang



■ messages : 64
■ à ulsan depuis : 13/02/2014
■ occupation : Assistant coach de l'équipe de soccer de l'Université d'Ulsan | Vendeur de vêtements et d'articles de soccer

■ all about me
dirty little secrets:
relationships:


MessageSujet: Black iced coffee    Mar 1 Avr - 13:47

Black Iced Coffee

 
Dimanche matin. Je n'avais pas prévu sortir du lit avant la fin de l'avant-midi, mais l'alarme sur mon téléphone retentit alors que j'étais encore profondément endormi. J'avais sans doute oublié de ne pas la programmer la veille et maintenant que je m'étais redressé en sursaut, les yeux bien ouverts, je savais que j'aurais peine à retrouver le même confort que toute à l'heure. Je m'étirai pendant de longues secondes et me risquai à découvrir à quel point il était tôt. Sept heures. Je fermai les yeux et inspirai profondément avant d'expirer, répétant le processus plusieurs fois afin de calmer les battements de mon coeur. Une pratique qu'on m'avait conseillé à l'hôpital, mais qui n'avait franchement pas toujours l'effet escompté. Je me glissai au bord du lit, fixant la porte de ma chambre en songeant à ce que j'allais bien pouvoir faire aujourd'hui. Mis à part des tâches ménagères, mes plans était inexistants. Je persistais à me convaincre que c'était mieux comme cela, mais je commençais à trouver les semaines longues. Avec un peu de chance, ma soeur appellerait et me forcerait à l'emmener quelque part. Je regrettais mes années d'étudiant, où je n'avais pas une seule minute à moi et où je ne passais pas des heures à me questionner sur l'importance de vivre. Je vivais tout simplement, demain était à une éternité et des poussières de distance, c'était simple.

Après m'être levé et avoir tourné en rond sans but, je décidai de m'habiller et de me rendre au café près de chez-moi. Je n'étais techniquement pas autorisé à en boire, mais j'aimais bien l'ambiance, et il y avait une variété de choix de boissons chaudes n'impliquant aucun ajout de caféine. Je m'y rendais souvent pour étudier, lorsque je fréquentais encore l'université, dorénavant c'était surtout une activité ludique. Je lisais, ou je m'installais sur la terrasse en été pour écouter le bruit des passants. Ça avait quelque chose de thérapeutique. Le café en question avait une déco fort sympathique et ne se trouvait qu'à deux coins de rue, ce qui me facilitait grandement la vie. J'avais l'habitude de prendre ma voiture uniquement lorsque c'était nécessaire, mais je préférais encore utiliser mes deux pieds le plus souvent possible. C'était un bon compromis après avoir abandonné le vélo.

"Bon matin. Ce sera la même chose que d'habitude, merci." L'employée hocha la tête en souriant et revint un petit moment plus tard avec un chocolat chaud au caramel salé. J'ignorais pourquoi, mais j'étais devenu accro à cette boisson à cause de mon ex petite-amie. Depuis, je commandais toujours cela quand je venais ici. L'endroit où je m'asseyais toujours était libre et j'allai donc m'y installer, sortant mon bouquin de la semaine. Vu mon absence totale de vie sociale et mes visites fréquentes à l'hôpital, j'engouffrais en moyenne un livre par semaine, parfois plus. Disons que ça compensais pour toutes ces heures que j'aurais autrement passées à l'école. Je ne lisais pas souvent des romans, mais plutôt des livres portant sur différents sujets. Cette semaine, c'était un livre sur la dynastie Joseon. J'étais tellement absorbé par ma lecture que j'en oubliais tout le bruit autour de moi. Bien que le café était tranquille à cette heure-ci, les conversations allaient bon train et les gens allaient et venaient. Les rues du quartier étaient bondées, mais je n'entendais ni le bruit des klaxons, ni les sirènes résonnant au loin. J'étais au beau milieu de la cour du roi Seonjo pendant la guerre Imjin et je n'avais pas envie d'y sortir, mais quelqu'un semblait déterminé à me faire revenir sur terre. Sa voix faisait écho dans ma tête, mais je n'y prêtai aucune attention au départ, ne levant les yeux de mon livre que lorsqu'elle commença à m'agacer. "Quoi?" Ce n'était pas une question, mais plutôt une expression irritée. Je n'avais aucunement l'envie de parler à quelqu'un, ni la patience d'ailleurs. J'avais sans doute exagéré ma réaction, mais je la connaissais visiblement pas et je ne comprenais pas pourquoi elle m'adressait la parole.
lumos maxima
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

Kwon Yi Jung



■ messages : 98
■ à ulsan depuis : 27/02/2014
■ localisation : Sûrement dans sa boutique, endormie dans une cabine d'essayage.
■ occupation : Styliste / Directrice de Lady's Things
■ humeur : yeah ♥

■ all about me
dirty little secrets:
relationships:


MessageSujet: Re: Black iced coffee    Sam 19 Avr - 13:58




BLACK ICED COFFEE

when life leaves you high and dry, i'll be at your door tonight, if you need help. i'll shut down the city lights, i'll lie, cheat, i'll beg and bribe to make you well.


C’était une fois de plus, un réveil dans la souffrance. Pas que le réveil ait  brisé mes rêves où je pensais rester les yeux clos éternellement, au contraire, il m’a permis de me réveiller du cauchemar que j’étais en train de faire. Enfin, je n’avais pas tant l’impression que ça de m’être réveillée  de mon cauchemar finalement, une semaine était passée depuis cette soirée-là, pourtant je n’arrivais toujours pas à fermer l’œil la nuit, comme si je craignais de nouveau quelque chose.
Je me levai alors avec un énorme mal de crâne, je crus même que j’allais en tomber à la renverse tellement il était douloureux, je peinais à tenir sur mes pieds également.  Je restais debout quelques longs instants avant de me diriger dans le salon, dans lequel aussitôt je m’assis dans le canapé, le regard vide, les yeux orienté vers la télé éteinte, je la regardais sans la regarder, l’écran brisé me rappelait de mauvais souvenir, cette pièce presque vidée de tous les objets qu’elle possédait avant allait me rendre folle, ce silence, cette solitude et le bruit agaçant de l’horloge annonçant que l’heure passe malgré que je sois hypnotisée par mes propres pensées. C’était trop propre et trop vide. Je ne supportais même pas le fait d’être dans mon propre salon. Rien qu’à l’idée te devoir passer une journée entière chez moi parce qu’aujourd’hui comme chaque samedi je ne travaillais pas me donnait la chair de poule. Je ne pouvais rester ici, bien que je n’avais personne à qui rendre visite, il fallait que je sorte de mon chez moi qui m’effrayait.
Je bondis de mon canapé et me dirigeai vers la salle de bain, poussant au passage un petit cri en voyant ma face de déterrée. Je ressemblais sûrement à une sorte de maniaco-dépressive ou quelque chose comme ça, mais en tout cas je ne semblais pas en très bonne santé avec mes cernes.

Après une bonne douche, je partis m’habiller puis une fois prête, je me postai dans le miroir, me regardant pendant cinq bonnes minutes. J’avais réussi à cacher ma mine étrange au moins c’était déjà ça, bien qu’en fait mes lunettes faisaient la plus grande partie du travail. Je lâchais un petit soupir me rendant compte que le miroir lui aussi était fissuré, j’avais beau passer devant tous les jours je n’avais jamais réellement fait attention à la grosse fissure dessus. Je fixai de nouveau quelques instants ma tenue puis décidai enfin de quitter mon appartement.

Dehors, je pris une grande bouffée d’air, étrangement je me sentais plus en sécurité à l’extérieur que chez moi. Ne sachant pas trop quoi faire ni où aller, je tournais en rond dans la ville, regardant les boutiques que d’habitude je ne regardais pas, j’entrais presque dans chaque magasin. Puis finalement je tombai sur le White Coffee, fut une époque où j’y allais souvent, maintenant j’y vais moins régulièrement mais il m’arrive entre quelques pauses quand je travaille de m’y rendre.
J’entre dans le café, me mets à la queue, sors mon porte-monnaie et là, c’est le choc total. Il est plus désert que le Sahara, même pas une petite pièce, il n’y avait rien, rien de rien. Je lâchais un long soupir exaspérée, moi qui mourrait d’envie d’un café, chose qui sûrement me détendrait, et finalement, je n’ai rien. Je m’assis à une table au hasard, prise ou pas par quelqu’un je n’en avais que faire, ce n’était pas la première des choses qui m’interpelait. Puis là sans m’en rendre compte, je me lance dans ma longue tirade qui à la base était le fruit de les pensées… Mais malheureusement, j’avais pensé à voix haute :

« Quelle journée pourrie, ça va faire une semaine que je fous rien, que j’ai également la trouille que l’autre bâtard de Hyun Wu fasse son comeback, il a foutu le bordel chez moi et j’ai pas un rond pour me repayer la moitié ds choses qu’il a foutu en l’air… J’ai pas d’inspiration, pourtant j’ai couché trois fois avec Seong Hee dernièrement, j’arrive plus à dormir, j’ai plus de vernis, j’ai pas de tenue pour le rendez-vous que j’ai dans une semaine, j’ai grossi, ma voiture est en panne et j’ai même pas d’argent pour m’acheter un misérable café, je crois même que les verres d’eau chez eux sont payant. Mon Dieu comme j’ai fin, puis l’odeur de ce vieillard en face avec son chocolat au caramel salé… Il faut que je pense à autre chose, merde. Mais ça a l’air bon… Puis ça fait longtemps que je n’en ai pas bu… Avec un cookie ce serait… Oh mon Dieu, j’ai faim. Mais je suis au régime. Pourquoi je pense à tout ça… » J’essayais de ne pas regarder sa boisson mais c’était trop dur. Puis d’un coup, le gars d’en face m’interpelle, irrité semblait-il. Il semblait comme m’avoir entendu… J’ai parlé à voix haute ? Je retire mes lunettes, choquée par tant d’agressivité.

« Comment ça quoi ? Non mais je rêve, un peu de pitié pour moi quand même ! Si vous n’êtes pas content bah partez ! Puis merde alors… On a plus le droit de s’exprimer ? Retournez à votre lecture au lieu de me regarder comme ça, tss… » Sur le coup de la colère, je saisis sa boisson avant de me la finir à moi toute seule, comme si je l’avais payé. Sous son regard choqué, je le toise du regard et lui lance finalement à mon tour :
« Quoi ? Je vous ai dit de retourner à votre lecture, non ? » Puis j remets mes lunettes et croise es bras et les jambes, un air en colère sur le visage.



love.disaster
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 

Black iced coffee

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Black immigrants see personal triumphs in Obama
» contenue de la boite :Battle for Black Reach.
» Petit travail au black
» Black Hole RPG
» Black Lagoon Roberta's Blood Trail

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
❝ HELLO ULSAN ❞ :: La Ville :: les rues :: le whitecoffee-