AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 that day mommy and daddy misunderstood us.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

avatar

Hwang Kazimierz



■ messages : 81
■ à ulsan depuis : 30/01/2014
■ occupation : réincarnation de baudelaire ça passe ?

■ all about me
dirty little secrets:
relationships:


MessageSujet: that day mommy and daddy misunderstood us.   Sam 8 Fév - 13:06

Sa mère était du genre à beaucoup se soucier de sa vie sociale. Déjà petit, Kazimierz n'était pas vraiment loquace et elle le poussait toujours pour qu'il aille jouer avec les autres enfants, soucieuse de voir son rejeton être rejeté. Désormais, sans doute s'inquiétait-elle car elle savait la société coréenne très fermée et parfois quasiment xénophobe envers les étrangers : car après tout, bien que coréen de moitié, pour certains, Kaz était encore perçu comme un individu à part. Son coréen s'était pourtant bien amélioré ces dernières années même si il avait encore un peu de peine parfois et que le polonais lui venait bien plus naturellement. Bref, son inquiétude s'était comme qui dirait intensifiée avec la découverte de la fibromyalgie de son fils et elle n'avait de cesse de redoubler d'efforts pour le faire sortir de la maison, pour le faire voir du monde. Il savait que ça partait d'une bonne intention : du moins, il essayait de s'en convaincre même si ça l'agaçait parfois. Après tout, il était aussi très bien on his own.
Toujours est-il que lorsqu'elle débarqua dans sa chambre alors qu'il dormait encore, ce matin, c'était pour lui annoncer l'arrivée imminente d'un visiteur. Il était déjà onze heures.

- Je t'en prie Kazi, ça fait presque trois jours que tu n'es pas sorti de ta chambre... tu pourras peut-être aller te promener avec lui après manger...

Oui d'accord maman, t'inquiète pas je vais me lever maman, je vais rapidement traîner ma lourde carcasse jusqu'à la douche pis quand j'en ressortirai je serai tout beau tout propre. Il lui avait dis quelque chose du style pour qu'elle parte, puis étais resté une petite dizaine de minutes allongé dans son lit afin de trouver la motivation de se lever. Or, motivation – à peine potable, il faut l'avouer – ne venait à Kazimierz qu'une fois ses antidouleurs avalés. C'est pourquoi il tendit mollement la main vers sa table de nuit pour y saisir une des nombreuses boîtes de médicaments qui s'y amoncelaient et avala quelques cachets. C'était la seule chose qui le soulageait un tant soit peu : pas de médocs spécifiques pour les cas comme le sien, pas de solution, pas d'exit. Sa seule échappatoire à la douleur n'était que temporaire et il veillait à ne pas en abuser : prendre des pilules toute la journée jusqu'à être aussi shooté qu'un junkie ne le tentait pas, bien au contraire, ça lui faisait plutôt peur. Et puis, ça faisait peur à sa mère aussi.

La douche était à l'autre bout du couloir. Il lui fallu encore une bonne dizaine de minutes pour parvenir à s’asseoir dans mon lit, à réunir quelques vêtements chopés au hasard dans ses tiroirs et à traverser l'étage pour atteindre la salle de bain. Il était presque dix heures et demi lorsqu'il sortit de ladite salle de bain, onze heure moins le quart quand il atteignit le rez-de-chaussée et onze heures précises lorsque ding dong sonna. Jung Wan était drôlement à l'heure. À ce moment-là, Kaz était assis sur le canapé, en train de feuilleter distraitement un journal : sa mère lui cria de bien vouloir aller ouvrir mon chéri et oui ma maman j'y cours j'y vole. Comme ça, on pourrait sans doute croire que Kazimierz n'en avais rien à foutre de sa mère ou des efforts qu'elle faisait pour lui : c'était parfaitement faux. Il n'était juste pas quelqu'un du genre, à son contraire, à s'extasier pour un rien ni doté d'une volonté de fer : Kazimierz était plutôt comme un philosophe du portique à la volonté de marshmallow. Mais ne vous inquiétez pas, il était gentil avec elle, appréciait tout ce qu'elle faisait pour l'aider. Et puis, c'était la personne dont il se sentait le plus proche : elle lui parlait encore en polonais, la langue que le garçon maîtrisait le mieux. Ça le sécurisait, en quelque sorte, de ne pas avoir à réfléchir à l'ordre de ses mots chaque fois que lui venait l'envie de parler. En vrai, Cracovie lui manquait un peu.

Après s'être planté derrière la porte, il tourna la poignée. Jung Wan était un très bon ami. Quelqu'un de vraiment sympathique qui, tout comme sa mère, avait sans doute envie de le voir l'ouvrir au monde. Il n'y était pas tout à fait fermé, pourtant ! Disons simplement qu'il restreignait consciencieusement les interactions entre lui et ce monde au simple minimum... mais Jung Wan faisait bien de le tirer vers l'extérieur : il savait pertinemment que rester seul avec lui-même 24h sur 24h n'était pas bon pour son moral, il savait qu'il lui fallait faire des efforts.

- Salut Wawan, entre ! lança-t-il à leur invité avec un petit sourire – petit, mais sincère. Tu vas bien ?

Il s'écarta pour lui laisser le passage libre, puis referma doucement la porte derrière lui. Poliment, il saisit sa veste pour la suspendre au porte-manteaux avant de faire quelques pas dans le couloir.

- Je crois que ma mère a fait du golabki*. Tu en as déjà mangé ?

*chou farci


Dernière édition par Hwang Kazimierz le Ven 14 Fév - 14:48, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

Song Jung Wan



■ messages : 122
■ à ulsan depuis : 08/01/2014
■ localisation : Au "Wendy Flowers"
■ occupation : Fleuriste, chanter.
■ humeur : Souriant et dans mon délire, comme d'habitude.

■ all about me
dirty little secrets:
relationships:


MessageSujet: Re: that day mommy and daddy misunderstood us.   Sam 8 Fév - 16:48

Ce matin Jung Wan était de bonne humeur. En effet, les parents de Kazimierz l’avaient invité à dîner ce midi. Bien sur, quand il s’agit de nourriture, Song Jung Wan est le premier à être partant. C’est simple, quand il y a de la nourriture, en général pas loin il a le garçon. Etant gourmand et n’aimant pas ce privé de ce bien précieux, comme il dit souvent. Et puis, il allait voir son enfant. Ce n’est pas son véritable enfant, surtout qu’il doit être trois ans plus vieux que lui. C’est juste que Wannie a beaucoup d’affection pour lui. Celui-ci ne sort pratiquement jamais alors que Jungie, lui, c’est bien le sens contraire. Oui, je parle bien de Kazimierz, là. C’est marrant car au plus le plus vieux met de la distance entre eux, au plus le plus jeune s’approche de lui.

A croire que la vie de Jung Wan tourne autour de la nourriture, les fleurs et le chant. Sans compter les conneries qu’il raconte entre temps, mais passons ce détail pour le moment. Il devait être chez les Hwang pour onze heures. Et comme il c’était levé tôt ce matin, la matinée serait donc très longue. Surtout après l’attente de nourriture ! En attendant, il mange une cuisse de poulet, un petit restant d’hier qu’il avait laissé sur le coté pour le lendemain, ce connaissant trop bien. Oui, il a réussi à garder de la nourriture pour le lendemain. D’ailleurs, là, il note quelque chose sur le calendrier plutôt fier de lui.

- J’ai réussi à garder de la nourriture pour le lendemain.

Dit-il en disant tout haut ce qu’il marque. Oui ! Il l’a vraiment écrit, quoi ! Après avoir fait fier de lui, ce qu’il devait faire et surtout, après avoir terminer sa cuisse de poulet, qu’il mange dès le matin, quoi…. Il alla enfin prendre sa douche. Bah oui, tant qu’à être invité, autant être présentable et sentir bon, non ? Bon, est ce que le détail : « il chante sous la douche », il est intéressant ? Non ? Oui ? Bon bah tant pis, je les quand même dit, même si c’était qu’un détail. Une fois qu’il eu fini ce qu’il devait faire, il repassa devant le calendrier et ce stoppa. Puis après un moment, il reprit un stylo et signa sa propre connerie. C’est bien Mun Hee qui va rigoler en voyant ça !

Il regarda l’heure. Il va pouvoir bientôt sortir, mais avant ça il prépara un bouquet de fleur pour la maman de Kazimierz. Bah oui quoi, il va être invité ne jamais venir avec les mains vide, surtout quand c’est eux qui t’invites. Ses parents l’ont bien éduqué, hein ? Après avoir choisi les fleurs et l’emballage, Jung se prépara pour sortir. Mais il eu une idée en plus. Il alla prendre autre chose, pour une autre personne. Chose, qu’il emballa aussi. Ensuite, bien entendu il sortie de chez lui avec le bouquet en main et l’autre chose dans l’autre.

Après un petit trajet, il arriva devant la fameuse porte. Oui, la fameuse porte, quoi ! Bien entendu, il sonna car il ne va pas rester derrière la porte comme un imbécile. Bien que quoi que…. C’est bien un imbécile heureux. Bref de bavardage, la porte s’ouvrit et c’est avec un grand sourire que notre imbécile heureux répondit au petit sourire de son ouvreur de porte : Kazimierz.

- - Salut Wawan, entre ! Tu vas bien ?

- Yeah ! Mon enfant !!! Je vais dix fois mieux en te voyant !

Son ami s’écarta pour le laisser entré. Bien entendu, Wannie entra avec un grand sourire aux lèvres et sans qu’on doit le proposer deux fois. Il saisit sa veste, euh ouai…après que Jung Wan posa les deux cadeaux par terre car sinon ça n’allait pas le faire.

- - Je crois que ma mère a fait du golabki*. Tu en as déjà mangé ?

- Non, mais j’ai hâte d’y goutter !

Bien sur, il est toujours partant pour de la nourriture ! Ils traversèrent le couloir puis il entra dans une autre pièce. Là, il vit les parents de son accompagnateur.

- Bonjour monsieur et madame Hwang ! Merci de m’avoir invité à diner. Pour vous remercier, je vous offre ce magnifique bouquet de fleur fait par mes soins !

Dit-il en donnant son bouquet de fleurs aux parents.

- Ah, et Kazi mon enfant, je t’offre cette rose !

Dit il en se mettant à genoux, faisant style de faire une demande en mariage. Il n’avait pas pensé plus loin que le boue de son nez, c’était surtout pour rigoler. Mais cela pourrait causer des malentendus.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

Hwang Kazimierz



■ messages : 81
■ à ulsan depuis : 30/01/2014
■ occupation : réincarnation de baudelaire ça passe ?

■ all about me
dirty little secrets:
relationships:


MessageSujet: Re: that day mommy and daddy misunderstood us.   Ven 14 Fév - 16:36

Jung Wan était, en quelques sortes, l'antimatière de Kazimierz. Son contraire, mais sous une forme obscure et encore indescriptible, il le complétait. La joie de vivre de son ami stoppait ses idées moribondes, son enthousiasme le sortait de son lit et son excentricité le faisait rire. C'était déjà un bel exploit. Ils étaient très différents l'un de l'autre et pourtant ils arrivaient quand même à se supporter mutuellement : eh bien oui, Kazimierz aurait pu être exaspéré par la bonne humeur éternelle de Jung Wan, et Jung Wan pourrait, pour son compte, se désespérer du manque de vie de Kaz. Et pourtant non, ils restaient amis, bien qu'improbables. Parfois, Kazimierz était un peu excédé par Jung Wan. Déjà fatigué de base, Kazimierz avait peu de tolérance au tapage. Mais le plus souvent, ça passait parce que c'était Wawan, que Kaz lui devait bien ça et que de toutes façons, son compère ne s'arrêtait guère aux normalités.

Quand Jung Wan était arrivé, Kazimierz ne savait pas encore ce qui l'attendait. Lorsqu'il lui ouvrit la porte et le laissa entrer tranquillement il souriait discrètement parce qu'après tout, comme l'avait certainement prévu sa mère, c'était bien vrai que ça lui faisait plaisir de le voir. Kazimierz s'effaça afin qu'il puisse entrer. Mais Jung Wann était chargé d'un gros bouquet de fleurs : ce n'était pourtant l'anniversaire de personne, pensa Kaz, mais il comprit bien vite que ce bouquet était destiné à ses parents. Jung Wan et les fleurs... il était fleuriste, et il fallait bien avouer qu'il savait merveilleusement bien faire les bouquets. Celui-ci était ravissant, vu par les yeux d'un néophyte total face à l'art floral tel que l'était notre jeune polonais. Il n'aurait probablement pas su différencier deux fleurs l'une de l'autre aussi différentes puissent-elles être. Bref. Ils étaient arrivés à la salle à manger et ses parents – surtout sa mère – avaient l'art ravis. Cette dernière saisi le bouquet en remerciant affectueusement Jung Wan – elle le serra dans ses bras quoi, elle ne faisait cas que de peu de chichi même avec les coréens, en général – puis saisit un vase sur une étagère non loin de là. C'est cet instant-ci que choisi son ami pour faire quelque chose de totalement déplacé.

Jung Wan s'agenouilla face à Kazimierz et lui tendit une rose – oui, une rose. Kaz plissa les yeux, interdit, s'attendant presque à voir son ami partir en fou rire suite à sa propre blague. Mais il restait sérieux et Kaz fût bien obligé de prendre la rose entre ses doigts, rose qui était, soit dit en passant, somptueuse. Il la regarda, presque crispé. Sa maman laissa échapper un petit rire amusé mais lui, il ne trouvait pas ça nécessairement rigolo. Oh, il n'était pas fâché hein, c'était juste bizarre ! Mais devait-il prêter attention aux lubies de son ami ? Non, bien sûr que non, Jung Wan était un original, s'il faisait ça c'était uniquement pour être gentil. C'était évident. Du moins, ça l'était pour Kazimierz.

- Merci beaucoup, dit-il, un peu embarrassé tout de même. Maintenant que j'y pense et te connaissant ça me surprend que tu ne m'en ai jamais offert avant... enfin bon, viens t’asseoir. Qu'est-ce que tu aimerais boire ?

Il fit signe à Jung Wan de s'assoire avant de se diriger vers la cuisine, qui ne faisait qu'un avec la salle à manger en une grande pièce ouverte, afin de plonger également son présent dans un petit vase qui traînait dans un placard. Plus tard, il irait la mettre dans sa chambre, sur son bureau : peut-être cela l'inspirerait-il dans ses écrits d'avoir une jolie petite fleur sous le nez. C'est cet instant-ci, pendant que son père s'était installé à la table auprès de Jung Wan pour lui taper amicalement la causette, que sa mère se pencha vers lui tout en s'occupant de ses casseroles. Elle lui parla en polonais sans baisser le ton – après tout leur invité ne parlait pas un mot de polonais et son père n'en connaissait que les bases les plus pures :

- Jung Wan est un garçon vraiment gentil, n'est-ce pas ? Tu ne devrais pas avoir honte de l'inviter à la maison plus souvent, on comprend ton père et moi, ça nous fait très plaisir de le voir, tu sais...
- Hein ? Quoi ? s'étonna Kazimierz en relevant la tête, n'ayant pas totalement compris. Il vient pourtant déjà beaucoup non ?

Mais sa mère se contenta de rire, d'empoigner la casserole et d'aller la poser sur la table. Elle servit Jung Wan, puis son père et Kazimierz, qui les rejoignait à petit pas, interdit. Il n'était pas exactement certain d'avoir compris ce qu'elle avait dit – ou sous-entendu. Notre jeune protagoniste n'était pas tellement du genre à ramener du monde à la maison, même ses amis il ne les invitait pas souvent, alors bien sûr, ses parents n'avaient pas vraiment eu l'occasion de le voir revenir avec une jolie jeune fille au bras. Ou un joli garçon. On peut dire que Kaz aimait tout le monde, et que s'il n'en avait jamais parlé à sa famille, celle-ci avait fini par comprendre. Il n'était pas efféminé ni ne se donnait des airs, mais. C'était difficile à expliquer, ça allait de soi qu'il ne discriminait personne. Il aimait des gens, pas des sexes, or si ses parents avaient compris cela et s'étaient fait de drôles d'idées sur Jung Wan et lui, c'était compréhensible. Kaz s'assit à côté de son ami.

- Alors, enchaîna son père visiblement déterminé à taper la discute à Jung Wan, depuis combien de temps vous vous connaissez les deux ? Tu deviens presque notre deuxième fils, Jung Wan, à force, ha ha !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

Song Jung Wan



■ messages : 122
■ à ulsan depuis : 08/01/2014
■ localisation : Au "Wendy Flowers"
■ occupation : Fleuriste, chanter.
■ humeur : Souriant et dans mon délire, comme d'habitude.

■ all about me
dirty little secrets:
relationships:


MessageSujet: Re: that day mommy and daddy misunderstood us.   Dim 16 Fév - 15:09

C’est sous une pause de demande en mariage donc, que Jung Wan donna sa rose. Vu la tête de Kazi, notre clown avait bien envie de rire mais cacha se sourire et resta sérieux jusqu’à la fin. Sur le coup, il ne pensait pas que celui allait prendre la fleur alors qu’il était dans une telle position. Non, loin de là. Pourtant c’est ce que fait son interlocuteur. Il l’accepta, serte embarrassé, mais il l’accepta quand même. Du coup, Jungie n’avait plus envie de rigoler mais celui de sourire. Chose qu’il fit à la remarque de son ami, comme quoi il ne lui avait jamais offert de fleur avant et que cela l’étonna. Il se mit debout, et marqua cette remarque dans sa tête en se disant cas partir de maintenant il lui offrira plus souvent les fleurs, vu que son ami à l’air quand même de bien les aimer .Il aidera et que si il faut, il lui conseilla pour bien les soigner ces jolies fleurs. Mais il n’eut pas le temps de répliquer quelque chose que Kazimierz lui demanda ce qu’il veut comme boisson.

- Oh, donne ce que tu as sous la main. Je ne suis pas difficile mon Kazi.

Il alla s’asseoir à une chaise et regarda son ami mettre la fleur dans un vase. Oui, il lui en offrira plus souvent ! C’est décider ! Le père de son ami vient s’asseoir à coté de lui et commença la conversation alors que celui avait déjà commencé un petit jeu enfantin, serte. Avec sa fourchette il faisait une catapulte et lançais les trucs non cassant sui y avait sur la table. Heureusement qu’il n’y a rien qui fait mal. Souvent, c’était les serviettes en papier qui y passait. Il en faisait une boule et arrivait à les lancer loin….très loin. Tel un enfant. Un grand enfant. Kazi et sa mère parlaient en Polonais, ce qui ne dérangeait pas Jung qui ne comprenait rien tellement absorber par sa tâche. Enfin, jusqu’à la conversation du père.

- Alors, depuis combien de temps vous vous connaissez les deux ? Tu deviens presque notre deuxième fils, Jung Wan, à force, ha ha !

- Un petit temps déjà, vu que j’ai trop l’impression d’être chez moi là.

Dit il en ramassant les conneries qu’il venait de faire et sur le ton de la bonne humeur. Il alla mettre ses déchets à la poubelle et alla s’assoir, s’ensuivie de Kazi qui s’assit à coté de lui et surtout…surtout ! La mère du jeune homme qui arriva avec le dîner ! Il allait pouvoir gouter ces fameux Golabki et rien que l’odeur lui donna appétit. Chose qu’ils entendirent tous en entendant le ventre de Jungie qui gargouillait à mort.

- Oups, mon estomac réclame beaucoup là.

Son estomac lui faisait souvent le coup du « J’ai faim, nourrit moi ! ». Ce qui lui fit rire, rire qui se partagea ensemble surtout vu les manières de Jung Wan qui commençait à parler à son ventre pour lui demander d’attendre et que le manger allait bientôt arriver à destination….. Oui, c’est un malade mental.

La mère de Kazimierz le servit en premier vu qu’il était l’invité puis ce fut le tour de son mari, son enfant et puis ce fut son tour. Bien sur, par politesse il attendit que tout le monde était servit. Puis il souhaita bon appétit à tout le monde ici présent dans la maison et surtout à ceux qui mangeait ! En gros, tout le monde, quoi. Il mangea tout en discutant avec le père de son ami sans oublier d’envoyer une conversation à la mère. Il arrivait à faire deux conversations tout en mangeant. En mangeant vite en plus ! Il adorait le plat ! Et quand on lui demanda si il en voulait encore, il accepta volontiers. Personne ne sait ou il met toute cette nourriture. Mais le pire c’est qu’il ne grossissait pas. Il regarda Kazimierz qui ne mangeait pas grand-chose. Du moins, il était à la moitié de son assiette, donc pour Song Jung Wan ça s’appelle « manger pas grand chose ».

- Mon enfant, ça va ? Tu ne manges pas grand-chose….

Semblant de rien il était inquiet. Mais une idée lui vint, serte pour rigoler. Mais une idée assez bizarre. Enfin, bizarre ? Pour lui ,non. Pour les autres, oui.

- Ouvre grand la bouche mon enfant !

Oui ! Il veut lui donner à manger comme un enfant qui ne sait pas manger tout seul ! D’ailleurs, il avait prit la fourchette (ou baguette) de son ami alors que celui-ci était occuper. Heureusement, il ne va pas recracher ce qu’il a dans la bouche vu qu’il a fini, qu’il a reposé son verre, et que Jung Wan avait prit la nourriture qui était dans l’assiette de son ami et essaya de le lui donner.

Quel sera la réaction de Karimierz ???
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

Hwang Kazimierz



■ messages : 81
■ à ulsan depuis : 30/01/2014
■ occupation : réincarnation de baudelaire ça passe ?

■ all about me
dirty little secrets:
relationships:


MessageSujet: Re: that day mommy and daddy misunderstood us.   Mer 26 Fév - 17:44

Dans la famille de Kazimierz, les gens avaient beau être vraiment aimables, aucun d'entre eux n'était extravagant. Sa mère pourtant assez calme devait certainement être la moins réservée de la famille, tandis que Kazimierz était le pire : il ne parlait que peu, n'était pas nécessairement jovial et était très replié sur lui-même. On peut donc dire que chaque fois qu'il venait, Jung Wan détonnait vraiment. Mais père et mère Hwang adoraient ce jeune fou : il mettait un peu de gaîté dans leur chez-eux et puis, il fallait bien avouer qu'il était tout à fait sympathique. Parfois, Kazimierz avait envie de le saisir par les épaules et de le secouer en hurlant pour le calmer, parce qu'il lui donnait des migraines. Bien évidemment, il ne l'avait jamais fait : déjà parce que ce n'était pas son genre de se mettre à gueuler sur ses amis, mais aussi parce qu'il savait que Jung Wan ne méritait pas ce genre de comportement de sa part. Après tout, un rien lui collait une terrible migraine alors il ne pouvait pas lui en vouloir.

En parlant de douleur, Kazimierz avait pris ses anti-douleurs depuis un moment déjà et leurs effets – peu utiles de manière générale – commençaient gentiment à s'estomper. Il n'aimait pas trop en prendre, mais il ne pouvait pas non plus vivre en permanence en se tordant de douleur comme un ver de terre. Il sentait les picotements se répandre doucement dans son corps, comme par vagues. Dans le fond ça le déprimait que ça le reprenne si vite : il voulait profiter d'avoir son ami à la maison sans avoir à se soucier de l'état de son corps. De plus, comme d'habitude, il ne voulait pas se laisser aller, Kazimierz voulait donner l'impression que tout allait bien. Ce n'était pas se voiler la face : c'était surtout une façon de ne pas s'attirer la pitié des autres à cause de sa maladie. Mais pour le moment, il était occupé à scruter le golabki que sa mère était en train de distribuer généreusement dans leurs assiettes. Le ventre de Wawan gargouillait, ce qui faisait sourire Kazimierz : ce type-là était un véritable estomac ambulant, tandis que Kaz était plutôt du genre à manger comme un oiseau. Ses parents rirent aussi aux cris de désespoir du ventre de son ami. Franchement, parfois, Kaz aurait souhaité pour ses parents qu'ils aient eu Jung Wan comme fils plutôt que lui, qui était si fragile et facilement irritable. Il regarda son assiette, y planta sa fourchette et farfouilla à l'intérieur comme s'il était en train de disséquer une grenouille : il n'avait, tout compte fait, pas vraiment envie de manger et picora lentement quelques morceaux de chou tandis qu'à ses côté, son comparse s'en mettait plein la panse.

D'ailleurs, celui-ci le remarqua bien vite. Et pour ne pas changer, Jung Wan avait une idée farfelue derrière la tête : il avait saisit sa fourchette dans son assiette, l'avait remplie de nourriture et s'apprêtait à la lui enfourner dans le gosier comme on le fait pour les petits enfants incapables de se nourrir d'eux-même. « Ouvre grand la bouche » : à cette demande, Kazimierz lui lança un regard un peu courroucé. Sa mère piaffait dans son coin face au spectacle tandis que son père laissait échapper un « ha ha ! » grave sans cesser de manger, gardant un œil vague sur eux deux. Mais face à l'insistance de Jung Wan, Kaz se résolut à ouvrir lentement la bouche et à le laisser y glisser le couvert plein. Il resserra ses lèvres sur le métal tandis que la fourchette faisait le chemin en sens inverse pour s'extraire d'entre ses dents. Kaz avait juste envie de se fracasser la tête contre la table à s'en faire céder le front : c'était juste. Juste. Juste sexuel quoi, putain. La scène au ralenti aurait certainement choqué ses parents et dans le fond, notre jeune protagoniste lui-même s'effrayait de ce qu'il se laissait faire présentement : lorsque la fourchette fût enfin totalement extirpée de sa cavité buccale, il la saisit fermement, la reposa le plus calmement possible dans son assiette et se pencha vers Jung Wan.

- Si tu continues comme ça mes parents vont se poser des questions, Jung Wan... chuchota-t-il à son oreille, sans vraiment se rendre compte que cette fois, c'était lui-même qui faisait quelque chose de suspicieux. Tu vois ce que je veux dire, hein ?

Sa mère, qui s'était levée entre-temps pour aller récupérer la casserole sur le feu, l'empêcha de continuer à s'expliquer auprès de Jung Wan en venant remplir l'assiette vide de celui-ci. Honnêtement, Kazimierz n'était pas certain que son ami avait compris où il voulait en venir. Sa mère lui fit un clin d’œil complice en se rasseyant sur sa chaise. Autant dire que Kazimierz avait envie de se jeter par la fenêtre en hurlant : il avait honte. Exactement honte. Pas par rapport à lui, ni à Jung Wan ni à une relation potentielle entre eux à laquelle ses parents risquaient de croire, mais parce qu'il n'avait jamais abordé le sujet avec eux : le sujet des petits copain et des petites copines. Il était déjà sorti avec des gens, de tous sexes, mais s'était jusqu'à présent bien gardé de les présenter à ses parents car, au fond de lui, il avait peur que ces derniers soient déçus et lui en veuillent d'avoir choisi telle ou telle personne plutôt qu'une autre plus acceptable. En tout cas, sur ce point, pensa Kaz, Jung Wan aurait probablement convenu à Monsieur et Madame Hwang même si lui-même aurait flippé pendant des mois d'entendre un jour une critique fatidique le poussant à abandonner sa moitié. Oui, ses parents comptaient à ce point pour lui.

Désormais, il avait juste hâte que le repas se termine. Il n'avait mangé qu'un peu plus de la moitié de son assiette et gardait un œil avisé sur Jung Wan pour prévenir toute action suspecte qu'il lui faudrait tenter de tuer dans l’œuf. Ses douleurs musculaires s'étaient encore un peu intensifiées, lui donnant envie d'aller se rouler dans son lit pour dormir telle la sale loque qu'il était. Kazimierz continua de jouer avec le contenu de son assiette en attendant patiemment que Jung Wan termine son repas – ce qui, il le savait, pouvait parfois durer long, très long. Kazimierz était alerte. Mais pas assez. Il avait deux mains. Oui, deux mains, dont une qu'il avait oublié de replacer correctement sur la table après s'être penché vers Jung Wan. Cette main, la gauche, qui gisait toujours, depuis quelques minutes, sur la cuisse du fleuriste et dont il avait oublié la position embarrassante. Kaz l'ôta précipitamment du corps de son ami. Il avait désormais, face à son père qui leva discrètement un pouce dans sa direction avec un sourire compréhensif, vraiment envie de se suicider.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

Song Jung Wan



■ messages : 122
■ à ulsan depuis : 08/01/2014
■ localisation : Au "Wendy Flowers"
■ occupation : Fleuriste, chanter.
■ humeur : Souriant et dans mon délire, comme d'habitude.

■ all about me
dirty little secrets:
relationships:


MessageSujet: Re: that day mommy and daddy misunderstood us.   Mer 5 Mar - 17:17

Song Jung Wan aimait vraiment Hwang Kazimierz. Tellement il le prenait pour son enfant, ses actions étaient exagérés envers le jeune homme. Jeune homme étant un peu plus vieux que lui d’environ trois ans. Mais Jung Wan ne pouvait s’empêcher de le taquiner tellement il aimait la façon dont réagissait à chaque fois son aîné. Wannie avait l’habitude que son enfant ne parlait pas vraiment, alors que lui c’était tous le sens contraire. En fait, ils sont totalement opposés l’un à l’autre Mais si ils arrivent à se supporter c’est que ça doit quand même bien coller entre eux, non ?

Jung Wan est une vrai calamité ambulante. Il ne sait pas que ses actions peuvent parfois gêner ses amis. Pour lui, tout est normal. La chose comme donner à manger à Kazimierz pour lui est tout à fait normal. Donner une rose en se mettant à genoux tel une demande en mariage….c’est pour rigoler, pour lui c’est normal. Même si en réalité il vit sa vie comme il le souhaite et qu’il ne fait pas vraiment attention aux avis des autres. Oui, Jungie est comme ça. Alors oui, certains ne le supporte pas car ils pensent qu’il est trop immature pour son âge. Mais lui, il s’en fou. Car en réalité Song Jung Wan sait très bien que quand il le doit, ou qu’il le sent, il deviendra sérieux…..mais pas avant.

Le fait de toujours sourires, il tient ça de sa mère. Sa mère, elle, elle est toujours souriante et très social. Son père aussi est social et souriant, mais pas tous le temps. Par compte, il a des gestes automatique de son père tel que… ne pas toujours regarder droit dans les yeux de la personne avec qui il parle quand il est gêné. Très peu de personne la savent et /ou ne font pas attention, mais il a bien ce tic. D’ailleurs, on se demande si lui-même il s’en es rendu compte qu’il l’a ce tic.

Bref bref, revenons à nos moutons. Donc ! Ah oui ! Jung Wan était occupé de nourrir Kazimierz sous l’œil attentive des parents de son ami. D’ailleurs, Kazi a quand même mangé ce que le cinglé à coté de lui, lui donnait. Il avait entendu le rire du père de son ami et des ricanements de la mère de celui-ci, mais essaya de ne pas faire attention pendant qu’il nourrissait son enfant. Mais bon, ça ne devait pas trop plaire à son ami qui repris directement après être nourris la fourchette que Jungie avait en main.

- Si tu continues comme ça mes parents vont se poser des questions, Jung Wan... Tu vois ce que je veux dire, hein ?

Euh….c’est vraiment à lui que tu chuchote ça ? Est-ce que je suis obliger de préciser qu’il ne voit pas ce que tu lui dit mon cher et tendre Kazimierz ? Donc oui, dans la tête de Jung Wan pour lui tout est jeux. Pas de ma faute si toi tu vois ça autrement. Ah, mais que dis je ? Tu ne sais pas m’entendre, moi la narratrice . C’est con de parler toute seule. Donc, oui je continue mon histoire.

Quand son ami lui mit la main sur le genoux pour lui chuchoter ça, et je dis en passant qu’il s’en fou royalement de ce que peuvent penser les parents, ouai bah… ça ne le dérangeait pas,quoi. Même quand la main de Kazi était rester alors qu’il allait s’apprêtait à continuer à manger. Chose qui fit, alors que son enfant avait retirer sa main à cause de la gêne… Non mais sérieusement ! Qui ? Oui, qui ça ne dérangerait pas d’avoir une main poser sur sa cuisse ? Pas besoin de chercher loin : Song Jung Wan.

Pendant ce temps là, bah l’imbécile mangeait à sa guise. Il n’avait même pas pis la peine de répondre à son ami car il avait vu la nourriture qui arrivait dans son assiette pour ensuite attérir dans son estomac. Donc ! C’est après quelques assiettes….oui, vous avez bien lu….C’est après quelques assiettes qu’il termina son repas.

- Kazi – Kazou tu veux que je termine ton assiette pour toi ?

Ouai, totalement pas gêner celui la. Ouai bah, pas la peine de vous dire que son ami avait refuser l’offre, donc Jungie le bouda tel un enfant pendant quoi… cinq minutes même pas. Oui, car la mère de son ami alla chercher le dessert s’ensuivit du père qui alla aider. Bien sur, Jung Wan avait bel et bien proposer son aide mais les parents ne voulaient pas disant que >lui et Kazimierz devraient rester à la table pour discuter car après tout il était venu chez eux c’était pour passer du bon temps <. Euh….ouai, la phrase était ambigue en réalité mais pas pour Jung Wan, encore une fois.

Donc, pendant que les parents était dans la cuisine juste à coté et ouverte, Jung Wan essuya la bouche de Kazimierz. Genre…bah ouai, c’est normal, il essuie la bouche de son ami,quoi. Puis, Kazi fit tomber sa fourchette par terre. Son ami voulait le ramasser, mais Wannie fut plus rapide que lui et était déjà sou la table.

- Attend, attend. Je les !

Dit il totalement accroupie sous cette fameuse table. Bien sur, il eu la fameuse idée de se mettre entre les jambes de Kazou déjà légèrement écarté. Surement pour voir ce que l’imbécile faisait et surtout si il le faisait à bien. Mais lui, il appuya sa main gauche sur la cuisse droite de son ami levant avec fierté sa main droite avec la fourchette. Il était debout sur ses genoux, à l’auteur de son interlocuteur , main posé sur la cuisse de celui-ci. Surtout pas gêner, au passage. Il posa la fourchette, et mis sa deuxième main sur l’autre cuisse de Kazimierz pour se relever. Bien sur, il n’avait pas vu ni entendu les parents près de la table qui arrivaient avec le gâteau et la boisson.

- J’aime beaucoup les dessous de table, pas vous ?

Dit il en souriant et surtout cette phrase pour rigoler. Mais en fait, je pense surtout que les parents ont du être choquer de la situation….et peut être son ami avec, par la même occasion. Puis même, même sa dernière phrase est....bizarre.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

Hwang Kazimierz



■ messages : 81
■ à ulsan depuis : 30/01/2014
■ occupation : réincarnation de baudelaire ça passe ?

■ all about me
dirty little secrets:
relationships:


MessageSujet: Re: that day mommy and daddy misunderstood us.   Mar 11 Mar - 16:06

Fou. Jung Wan rendait Kazimierz fou. Tout simplement parce que Jung Wan était lui-même complètement dingue, sans doute. Quand on y repensait, le fleuriste aurait mieux fait de bosser dans un cirque en tant que clown, au moins ç'aurait réellement correspondu à sa personnalité. Mais bon, Kaz n'était pas exactement bien placé pour remodeler les choix de vie de ses amis puisqu'il ne travaillait ni n'étudiait lui-même. Mais quand même... il n'arrêtait pas de jeter des regards désespérés et lourds de sens à son ami tandis qu'il faisait maintes conneries. Oui, il avait espéré, l'espace de dix minutes, que l'autre comprendrait... il n'était pas stupide, mais ce genre de messages passaient totalement au-dessus de la tête de Jung Wan. C'était pas sa faute, il était comme ça. Kaz l'aimait aussi pour ça, pour le fait qu'il était toujours totalement à côté de la plaque : quand il ne le stressait pas comme aujourd'hui, sa présence le détendait vraiment. Il rigolait, ce qui n'était pas si courant. Mais aujourd'hui, il ne rigolait pas : Jung Wan ne comprenait vraiment pas que ses parents les prenaient pour un couple. Pour un fichu couple. Dans un sens c'était comique, parce qu'ils se faisaient des idées sur eux, qui n'avaient pourtant aucune relation de ce genre, mais n'avaient jamais réalisé qu'il avait fricoté pendant deux ans avec le fils d'amis à eux. Y'a pas d'justice en ce bas monde. Le repas avait, entre-temps, bien avancé. Kazimierz, qui n'avait jamais eu l'intention véritable de finir son assiette, en était désormais au stade où il jouait avec le contenu de son assiette. Bien sûr, Jung Wan lui proposa de la terminer, mais Kaz refusait de considérer comme une poubelle de table et lui répondit gentiment qu'il mettrait ses restes au frigo pour plus tard.

Ses parents s'éclipsèrent le temps d'aller préparer et chercher le dessert. Jung Wan essuya la bouche de Kazimierz avec sa serviette comme on le ferait d'un petit bébé – Kaz se débattit un peu, bien évidemment – et c'est pendant que notre jeune polonais se révoltait en agitant un peu les bras qu'il lâcha sa fourchette. À peine voulu-t-il se pencher pour la saisir que Jung Wan s'était déjà précipité sous la table. Kaz allait reculer sa chaise pour lui laisser plus de place, et c'est certainement à ce moment-là qu'il écarta légèrement les jambes. Mais Wannie surgit du dessous de la table, à genoux, son visage à quelques centimètres du sien. Oh, ça, Kaz le sentait mal encore une fois. Son ami avait à son tour déposé sa main sur sa cuisse, et franchement, c'était le truc le plus suspect qu'il leur avait été donné de faire jusque-là. En espérant pour le pauvre petit coeur de Kazimierz que c'était le dernier, hein, parce qu'il n'en pouvait plus : il était sur les nerfs, ce qui le tendait et lui faisait circuler des douleurs, surtout dans le dos. Il soupira, en regardant Jung Wan dans les yeux, le gaillard tout content et fier d'avoir retrouvé la fourchette. Il avait envie de saisir sa p'tite tête d'imbécile heureux entre ses doigts et de lui presser les joues jusqu'à lui faire un cul-de-poule. Il avait levé la main pour le faire quand il réalisa, en même temps que Jung Wan certainement, que ses parents étaient sur le seuil de la porte, sa mère avec un magnifique gâteau dans les bras. « J'aime beaucoup les dessous de table » LES DESSOUS DE TABLE ? TU TE PAIES MA TÊTE ?! C'était pas du genre à Kaz de se mettre à hurler pour ça, mais dans sa tête, c'était la déferlante, la beuglante. Il regarda ses parents et Jung Wan, successivement.

- N'allez pas croire n'importe quoi, les avertit-il, un peu paniqué. C'est juste un malentendu. Toi, viens par là.

Kaz saisit littéralement Jung Wan par le col et le tira si fort vers le haut que l'autre aurait pu s'étouffer. Il le traîna hors de la salle à manger en passant à côté de ses parents qui souriaient naïvement – comment était-il possible de vouloir à ce point le bonheur le plus parfait de leur fils ? - monta les escaliers jusqu'à sa chambre et poussa son ami à l'intérieur. Sa chambre était un vrai bordel. Le lit n'était même pas fait, ses médicaments s'étalaient un peu partout et tous ses textes en cours volaient dans la pièce ou s'amoncelaient au sol, prenant la poussière. Avant de refermer la porte derrière lui, Kazimierz pencha la tête à travers l'embrasure en direction de l'escalier.

- ET ON NE BAISE PAS ! s'écria-t-il, à bout.

Il fallait vraiment faire comprendre le problème à Jung Wan avant le dessert, sinon il risquait de perdre toute sa santé dans ce repas.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

Song Jung Wan



■ messages : 122
■ à ulsan depuis : 08/01/2014
■ localisation : Au &quot;Wendy Flowers&quot;
■ occupation : Fleuriste, chanter.
■ humeur : Souriant et dans mon délire, comme d'habitude.

■ all about me
dirty little secrets:
relationships:


MessageSujet: Re: that day mommy and daddy misunderstood us.   Dim 16 Mar - 5:53

- N'allez pas croire n'importe quoi, C'est juste un malentendu. Toi, viens par là.

Oui, sa dernière phrase était tellement bizarre que n’importe qui aurait pu croire qu’ils faisaient quelque chose d’assez spécial. Alors, c’était largement normal que Kazi était un peu paniquer. Enfin, un peu beaucoup. Jung Wan tes un imbécile de première. Alors oui il se fit tirer le col par son enfant, largement à bout de nerf. WanWan ne broncha pas. Car même si il se disait quand lui-même sa dernière phrase c’était pour rigoler, il savait pertinemment bien que personne ne rigolait en ce moment même, et savait aussi que sa dernière phrase pouvait être confus pour tout le monde ici présent. Alors il se laissa guider. Kazimierz l’emmena dans sa chambre, en bordel. Oui, la chambre de son enfant était en bordel. Et après ça, il ne pourra plus dire que la sienne est en bordel. En fait, Jungie était impressionner du désordre. Puis ? il entendit un « Et on ne baise pas » de la part du Kazou très énervé. En même temps, ça ne m’étonne pas le moins du monde.

- Bien sur qu’on ne baise pas, ce serait un inceste….

Mais vu comment Kazou son enfant était énervé, il s’arrêta avec ses conneries. Puis, il le laissa lui parler, lui expliquer la situation de long en large. Il y a aussi le fait quand ce moment même, il c’était rendu compte que Kazi n’allait pas très bien , mais ne dit rien même si il s’inquiétait pour lui. Alors, après l’explication de son ami, il se mit à rire. Mais vraiment à rire, jusqu’à ne plus savoir rester debout. Il alla donc s’asseoir sur le lit défait. De l’extérieur on aurait dit qu’il était mort de rire de la situation, mais en réalité il était plus gêner que tout autre chose. Même si d’un autre sens c’était comique pour lui de savoir que les parents de Kazii les prenait pour un couple. Puis d’un coup, il s’allongea complètement dans le lit de son ami et mit la couverture en dessus de lui, celle-ci recouvrait tout son corps sa tête y compris. En gros, on ne voyait plus rien de lui, à part la forme de son corps sous la couette.

- J’hiberne, laissez moi tranquille.

Il hiberne dans une couette, lui ? Bon ok, je pense qu’il n’y a rien à comprendre. Mais genre, il aurait pu hiberner ailleurs, non ? Enfin bref, c’est Jung Wan quoi ! Puis, on entendit dans la pièce un autre petit rire venant d’en dessous de la couverture. Oui, il n’est pas remis de ses émotions. Puis, on ne l’entendit plus et il sortit sa tête de la couverture et tira ensuite le reste et se mit debout.

- Bon, j’ai bien rigolé merci.

Oui, je pense qu’il avait compris Jungie que tu avais bien rigolé. Pas besoin de le lui dire, tu sais.

- J’y pense mon enfant tu préfère les filles ou les garçons ?

D’un naturel pas possible, celui la ! C’est bien le genre de question qui ne se pose pas directement mais bien indirectement, non ? Enfin, indirectement…. En contournant la question, je veux dire. Hors lui, il est direct. Je pense que Kazimierz a du réfléchir avant de lui répondre. Après tout, on ne sait jamais la réaction des gens quand ils apprennent que tu préfère les garçons ou/et les filles. Mais bon, Song Jung Wan est quelqu’un qui accepte facilement ce genre de chose. Lui et sa grand-mère accepte ce genre de situation. Question de ses parents, il n’en sait trop rien. Pour lui comme Wendy avant, c’était le bonheur qui comptait avant tout. Et encore maintenant, malgré que sa grand-mère ne soit plus de ce monde. Il se rappela quand MunMun leur parlait de son inquiétude envers ses parents. Celui-ci se demandait si ils allaient l’acceptait alors qu’il aimait les garçons. Wendy et Jung Wan qui n’étaient pas du tout homophobe avaient été avec lui voir les parents de Mun Hee. Mais il s’avère qu’ils l’ont très bien pris, à leur plus grande joie. Malgré tout, ils étaient la pour le défendre au cas ou et il referait la même chose encore si il le fallait.

Jung Wan était heureux, que Kaz lui parlait sincèrement de son orientation sexuelle. Et je pense bien que jamais, celui-ci n’aurait imaginé que Jungie allait être super heureux de l’apprendre. D’où le fait qu’il a été vers lui pour lui faire un gros câlin.

- Mon enfant, je suis heureux que tu le dis à ton papa. Ah !!! Mon enfant devient grand !!!

Euh…oui Jung Wan, je pense que tu devrais arrêter la drogue maintenant. Ah merde c’est vrai ! Il ne prend pas de drogue, c’est naturel ! C’est encore plus pire que ce que j’avais imaginer.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

Hwang Kazimierz



■ messages : 81
■ à ulsan depuis : 30/01/2014
■ occupation : réincarnation de baudelaire ça passe ?

■ all about me
dirty little secrets:
relationships:


MessageSujet: Re: that day mommy and daddy misunderstood us.   Ven 21 Mar - 17:50

Jung Wan avait vraiment beaucoup de chance que Kazimierz l'aime sincèrement et beaucoup. Car si ça n'avait pas été le cas, il va sans dire que Kaz aurait déjà sauté par la fenêtre – ou aurait balancé son ami à la place. Mais non, Kaz, bien que stressé, gardait son calme au maximum : quelque part, il se disait que s'il perdait la face, il aurait l'air encore plus con auprès de ses parents qui croiraient certainement à un stress lié à leur découverte. Or, c'était exactement tout ce qu'il voulait éviter : donner à ses parents l'impression qu'ils avaient visé juste. Lorsque Kazimierz, qui avait traîné son ami jusqu'à sa chambre, se retourna pour commencer son speech à Jung Wan, celui-ci répondit à son message à l'intention de ses parents – soit qu'ils n'étaient pas en train de baiser – en lui disant qu'il s'agirait d'inceste. Kaz se frappa la main sur le front et soupira. Jung Wan avait bien raison, quelque part : ils étaient si amis que s'il y avait ce genre de lien entre eux, ç'aurait juste été bizarre et déplacé, anormal. Jung Wan avait toujours pris ce rôle quasi paternel envers lui – rôle qu'il n'avait jamais totalement compris puisqu'il était lui-même le plus âgé des deux – et Kaz n'avait jamais pensé à Jung Wan en des termes tendancieux. Mais quelque part, Kaz sentait quand même que son ami ne comprenait pas exactement ce que s'étaient imaginé ses parents : sans doute était-il même loin de la réalité, perdu dans un monde où n'existait que paix, bonheur et nourriture. Il restait souriant, innocent, presque niais : ça prouvait bien qu'il ne pigeait pas vraiment la situation...

- Mais Jung Wan, mes parents nous prennent pour un couple ! Ils se font des idées tordues sur nous et avec tout ce que tu fais depuis que tu es arrivé, il sont probablement certains qu'on est ensemble, maintenant... t'es hyper louche comme mec quand même !

Kaz garda son calme : il ne voulait ni vexer Jung Wan, ni hausser le ton et s'énerver. S'il se prenait davantage la tête avec tout ça – bon Dieu comme il portait importance à ce que pensaient ses parents... - il risquait d'avoir le pire mal de tête de toute son existence. Ce qui n'était pas peu dire. Du moins, c'était comme ça qu'il le percevait, déjà qu'il ne se sentait pas super bien depuis le début de la journée... mais tandis qu'il ressassait tout ça, le Song se mit à rire. À gorge déployée. Cela cloua presque Kazimierz sur place, qui était tout bonnement incapable de voir en quoi ses explications – qu'il avait voulues claires et concises pour être certain que Jung Wan le comprenne, cette fois – étaient drôles. Il fronça les sourcils sans piper mot, l'observant s'allonger dans son lit et recouvrir tout son corps de sa couverture. Il passa encore un petit moment à rire, moment pendant lequel Kaz vint s’asseoir à côté de lui dans le lit, presque fatigué de rester ainsi debout. Ses muscles le lançaient. C'est cet instant-ci que choisit Wan pour ressortir la tête d'entre les draps et de lui demander, le plus sérieusement du monde, s'il préférait les filles ou les garçons. Passa un ange. Kaz le regarda quelques secondes avec de gros yeux, la bouche légèrement ouverte. Il ne s'attendait pas à cette question. Maintenant qu'il y repensait, effectivement, il n'en avait jamais parlé avec lui. Sans doute n'était-il même pas au courant qu'il était plus ou moins sorti deux ans en cachette avec Tae Hwan... en même temps, rares étaient ceux qui avaient vraiment su pour leur relation. Quand il y repensait, il réalisait à quel point la relation qu'il avait entretenue avec lui était étrange. Kazimierz réfléchit quelques secondes à la manière qu'il convenait de répondre à sa question, puis s'allongea à son tour sur le lit en se laissant tomber en arrière, les mains derrière la tête.

- T'as de ces questions, marmonna-t-il vaguement. Je préfère aucun des deux, en fait. J'veux dire. J'aime des personnalités, tu vois. Pas des sexes. Juste que ça me gêne par rapport à mes parents, même si je sais qu'ils sont très ouverts. Je suis sorti avec un garçon pendant deux ans et ils n'en ont jamais rien su. Je sais pas, ça me bloque de les mêler à cette partie de ma vie.

Il lança un regard à Jung Wan. Ça lui faisait bizarre de parler de ça avec lui. Ça lui faisait bizarre d'en parler tout court, en fait. Kaz n'était pas trop du genre à raconter sa vie et à déblatérer pendant des heures sur ses expériences amoureuses qui étaient, il faut bien l'avouer, quand même assez minces. Il privilégiait la qualité à la quantité, dira-t-on, mais en vrai, il n'avait juste pas l'amour facile. Et puis, ça ne s'était pas très bien fini avec Tae Hwan, ce qui l'avait pour ainsi dire bloqué pour recommencer quelque chose avec quelqu'un d'autre depuis. Il avait bien, quelques fois, filles ou garçons, été tenté, mais rien n'y faisait : quelque part, Kaz devait avoir peur d'aimer et d'être aimé. Bien plus fragile qu'il ne pouvait en avoir l'air, notre petit bonhomme ne voulait certainement pas ressortir brisé d'une relation viciée qui l'aurait, au final, encore plus traîné vers le fond. Oui, Kaz avait désormais une vision très manichéenne et mauvaise de l'amour.
Kaz, toujours allongé sur le dos à côté de Jung Wan, saisit l'unique peluche qui traînait dans son lit : un dragon vert, symbole de Cracovie, sa ville d'origine, et la posa sur son ventre face à lui. Jung Wan lui dit à quel point il était heureux qu'il se confie à lui, ce à quoi Kaz se contenta d'hausser vaguement les épaules. Il ne racontait pas ce genre de choses à n'importe qui : ça prouvait bien que même si Jung Wan était extraverti et très bizarre, Kazimierz lui faisait quand même confiance. Notre jeune Polonais changea de position pour se placer confortablement sur le ventre, le menton posé sur ses avant-bras croisés et sa peluche totalement écrabouillée sous lui.

- Et toi Jung Wan ? demanda-t-il en souriant. Je ne crois pas t'avoir déjà vu non plus au bras de quiconque. Plutôt filles, plutôt garçons ? Ou ton amour pour les gâteaux supplante tout ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

Song Jung Wan



■ messages : 122
■ à ulsan depuis : 08/01/2014
■ localisation : Au &quot;Wendy Flowers&quot;
■ occupation : Fleuriste, chanter.
■ humeur : Souriant et dans mon délire, comme d'habitude.

■ all about me
dirty little secrets:
relationships:


MessageSujet: Re: that day mommy and daddy misunderstood us.   Mar 1 Avr - 7:44

Kazimierz avait raison en lui disant qu’il était louche comme mec. Après tout, Jung Wan est quelqu’un avec des idées tordu. Souvent il le fait consciemment, surtout pour faire rigoler la galerie. Car, on le sait bien et je le dis depuis bien trop souvent déjà même >> Song Jung Wan aime faire rigoler le monde qui l’entoure. C’est vrai qu’il aurait pu être dan un cirque. Mais non, c’est un fleuriste…..bizarre. Ah, mais c’est sur que si il aurait été dans un cirque qu’il y aurait tout le temps du monde pour venir voir le clown qu’il est. Ensuite, il le fait inconsciemment. Parce que, malgré qu’il essaye d’être calme et sérieux, il va toujours dérapé sur un autre sujet quelque peu hors sujet avec la situation. Mise à part si le sujet l’intéresse. Parlons gâteaux, par exemple. Là, il sait qu’un gâteau va l’attendre à l’étage inférieur, j’en sur qu’il arrivera à faire changer sa conversation sans le vouloir sur le gâteau. Mais bon, je pense qu’on arrivera jamais à le faire changer celui là.

- Mon enfant, tes parents ils t’aiment…et vue leur actions vis-à-vis qu’ils ont cru qu’on était un couple, ils doivent bien le prendre.

Bizarrement, je sens qu’il va dire quelque chose de….

- Je suis ton pôpa et le fait que tu peux aimer autant les filles que les garçons ne me dérange pas.

…. Quelque chose de cinglé ? WanWan, arrête de te prendre pour le père de Kazou s’il te plait. En plus tes plus jeune que lui. Quoi que….. non, tu peux continuer en fait. C’est marrant.
Je vais vous l’avoué car je hante en ce moment même l’esprit de l’imbécile heureux ici présent, il a dit consciemment, en espérant au moins faire sourire son soit disant « enfant ». Mais il est vrai que bizarrement, et on ne sait pour qu’elle raison Jung Wan aime bien jouer le rôle du père à Kazimierz. C’est du fait qu’il l’adore. Il sait aussi que son ami n’est pas quelqu’un de très social et il est heureux de l’avoir rencontré. Pas pour rien, qu’il aime l’ennuyer amicalement bien entendu.

- Je suis une petite crevette !!!!!

Commença t-il a crier d’un coup, totalement dans son délire la. Mais bon, c’est marrant. Puis, c’est pour ça qu’on l’aime notre Jung Wan, non ? Non sérieusement, Kazimierz n’hésite pas à le frapper pour lui remettre ses idées en place. Torture le, séquestre le, fais tous ce que tu veux avec mais fais quelque chose sinon ça va empirer. En sachant, qu’il ne prend pas de drogue, ni de médicament, ni quoi que ce soit qui peut nuire à son cerveau. C’est naturel, quoi ! Vivement qu’il va dormir. Car le seul moment ou vous aurez la paix, c’est quand il dort. On croirait même que c’est un ange dans ces moments là.

- Et toi Jung Wan ?

L’intéresser le regarda, il n’avait pas fait allusion à ce que la situation pouvait se retourner contre lui.

-Je ne crois pas t'avoir déjà vu non plus au bras de quiconque. Plutôt filles, plutôt garçons ? Ou ton amour pour les gâteaux supplante tout ?

N’empêche, beau retournement de situation. Franchement, Hwang Kazimierz je te félicite pour ce coup ! J’ai l’impression de jouer aux échecs là. Alors, qui fera échec et mat ? Oui dis nous monsieur le Song, alors plutôt fille ou plutôt garçon ? Quoi que… Kazi tu n’aurais pas du inclure les gâteaux. C’est de toute sa vie que tu parles, là.

- C’est une question piège ?

Question piège, ouai !!!  Alors, tu vas y répondre ? Accouche !

- Vive les gâteaux, moi je dis !

Oui, Jungie gâteau ! Là, étant occuper depuis tout à l’heure de m’incruster dans le cerveau de Jung Wan, je pense qu’il pense qu’il veut du gâteau, d’un coup. Oui, c’est une histoire de gâteau. Non aller sérieusement, dis nous plutôt fille ou plutôt garçon ?

- M’enfin je suis bisexuel, mon cher enfant.

Ouai révélation ! Enfin, ça ne les pas pour moi mais c’est pas grave. Oui, je divague complètement et alors ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

Hwang Kazimierz



■ messages : 81
■ à ulsan depuis : 30/01/2014
■ occupation : réincarnation de baudelaire ça passe ?

■ all about me
dirty little secrets:
relationships:


MessageSujet: Re: that day mommy and daddy misunderstood us.   Jeu 10 Avr - 1:32

On vivait dans un de ces mondes, quand même... les choses avaient changés. À vrai dire, quand Kazimierz avait découvert, durant son adolescence, qu'il aimait autant les garçons que les filles, au début, il avait vraiment flippé. Parce qu'il savait qu'on le verrait de travers pour cela, que la société coréenne – et les autres d'ailleurs – n'acceptaient pas très bien ce genre de choses, que c'était pas exactement normal. Et pour l'acceptation de soi, quand on est un peu timide et pas très expressif, bonjour. Honnêtement, Kazimierz avait mal vécu cette découverte... d'ailleurs, chaque fois que quelque chose tournait « de travers » avec un garçon, il se sentait un peu bizarre. Il avait désormais accepté tout ça, mais il était encore bloqué par le regard des autres : rien ne se faisait publiquement, avec Kaz. Même entre amis : les coréens étaient tactiles entre eux, ce qui gênait beaucoup Kazimierz qui avait tout de même vécu une grande partie de sa vie en Pologne, où les hommes ne se fréquentaient pas autant. Il préférait garder ses attirances pour lui, ne pas prendre le risque d'attirer le regard. Même à ses parents, il n'avait rien dit de ses relations passées : d'ailleurs, il se demandait bien de quelle manière ils en avaient conclu qu'il était attiré par les mecs. Était-il efféminé ? Non, quand même... avait-il inconsciemment donné des indices ? Il n'en avait pas l'impression. Les parents sentaient peut-être ce genre de choses, et franchement, Kaz avait de la chance d'avoir un papa et une maman aussi ouverts : il n'avait pas à les craindre autant qu'il le croyait. Au contraire, ça semblait même les attendrir, les amuser, leur faire plaisir qu'il s'affiche face à eux avec Jung Wan. Même s'ils se faisaient des idées et qu'ils avaient tout compris de travers entre eux. En parler avec Jung Wan l'embarrassait, mais ce n'était pas si terrible qu'il l'aurait cru : Wawan lui dit qu'il n'était absolument pas dérangé par tout ça.

- Ça me fait plaisir que ça t'embête pas, lui dit Kazimierz, toujours à plat ventre sur la peluche-dragon. Avec tout ce que tu fais depuis que tu es arrivé chez nous, ç'aurait été le comble ! plaisanta-t-il.

Et puis, Kaz retourna la question à Jung Wan. C'était donnant-donnant, non ? Et bon, c'était vrai quoi, il ne s'était jamais demandé ce qu'il en était de Jung Wan : après tout, jamais il ne l'avait vu avec qui que ce soit. C'était sa vie privée, donc en soit, Kazimierz ne se souciait pas de ce qu'il en faisait : quoiqu'il en soit, il devait bien gérer son truc vu qu'il n'était jamais malheureux. Du moins, c'était l'impression qu'il donnait au jeune polonais, le menton plongé dans les couvertures de son lit. L'amour et tout ça, ça déprimait beaucoup Kaz. Chaque fois qu'il en pinçait pour quelqu'un – fait rare mais pas impossible – il finissait toujours par en souffrir au début, au milieu et à la fin. La capacité qu'avait Kaz à se créer des malheurs lui-même était inépuisable. Finalement, Jung Wan lui dit qu'il était bisexuel. Comme Kaz, en somme, bien qu'il n'aimait absolument pas ce terme. Bizarrement, ça fait sourire notre petit écrivain en herbe : il s'en doutait. Ou en tout cas, ça ne le surprenait absolument pas. Ça le rassurait, même, un peu. Il n'était pas le seul dans son entourage à avoir dévié du beau sexe pour s'intéresser à son rival. Du coup, ses parents les imaginaient ensemble, ce qui, dans un sens, aurait bel et bien pu être possible : si Kaz n'y avait jamais pensé, c'était vrai qu'ils étaient proches et que leur amitié pouvait certainement porter à confusion. Kaz pinça Jung Wan au niveau des côtes.

- Mes parents doivent avoir senti que tu aimais les garçons et ont pensé que tu m'aimais moi, du coup. Ça prête à confusion tout ce bordel, sérieux. Des fois j'aimerais mieux être juste hétéro, me marier et avoir des enfants. Un truc normal. Ça changerait de d'habitude.

Kaz aimait sincèrement les filles. Il aimait Eun Jung, par exemple, il l'aimait de tout son cœur : il se serait marié avec elle sans hésitation, aurait emménagé avec elle, lui aurait fait des enfants. Comme ça, il aurait eu une vie normale et heureuse à coup sûr puisqu'il s'entendait à merveille avec elle. Mais les filles, c'était pas pareil que les garçons. Il vivait le truc différemment avec l'un ou l'autre des deux sexes, sans question réelle de préférence ni quoi que ce soit. C'était juste pas pareil. Le problème ne se traitait pas dans le même sens selon Madame ou Monsieur.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

Song Jung Wan



■ messages : 122
■ à ulsan depuis : 08/01/2014
■ localisation : Au &quot;Wendy Flowers&quot;
■ occupation : Fleuriste, chanter.
■ humeur : Souriant et dans mon délire, comme d'habitude.

■ all about me
dirty little secrets:
relationships:


MessageSujet: Re: that day mommy and daddy misunderstood us.   Dim 13 Avr - 16:10

Franchement Kazimierz, pourquoi n’as-tu pas réagi quand t’a encore prit pour son fils ? Oui, il est bizarre et tu t’en es sûrement déjà rendu compte. En même temps, ça doit bien faire deux ans que vous vous connaissez, deux ans qu’il te traite comme son enfant, deux ans qu’il t’emmerde avec ça, deux ans ou ça doit bien te faire casser les…..OK, je ne dirais pas le mot. Mais si vous voulez savoir c’est : casser les couilles. Ah merdouille , je les dit. Bon, pas grave. Mais franchement. Franchement ! Comment as-tu réussi à tenir ton calme ? Surtout ! Oui, surtout ! Quand il a disjoncter tout seul encore une fois en disant qu’il était une petite crevette ?? Kazou, es tu un moine ? Si tu les pas, tu as la patiente d’un moine, en tout cas. Mais je t’avais dit de le torturer, le séquestrer ou faire tout ce que tu veux avec ! Mais non. Môsieur a trop de patiente et est trop gentille pour faire ça à un ami. Jung Wan, tu as vraiment de la chance toi d’avoir un ami comme ça.

N’empêche, il y a personne qui a gagner aux échec. Moi, je voulais qu’on tue le bouffon, quoi. Je suis même pas sur qu’il y a un bouffon mais c’est pas grave. Bref, Kazi lui dit qu’il était heureux que ça ne l’embête pas mais surtout ! Vu ce qu’il a fait depuis le début ça aurait été le comble. Oui ! Bien répondu ! Puis, fut le moment ou Jungie répondit à la question de son ami. Serte, en déconnant avant, puis lui dit son orientation.

- Mes parents doivent avoir senti que tu aimais les garçons et ont pensé que tu m'aimais moi, du coup. Ça prête à confusion tout ce bordel, sérieux. Des fois j'aimerais mieux être juste hétéro, me marier et avoir des enfants. Un truc normal. Ça changerait de d'habitude.

Là, fut un moment marrant si vous regarder la scène de loin. Jungie qui débloque sur la tête à Kazimierz. Si si je vous assure ! Autant pour le fait qu’il lui a dit que ses parents ont dû sentir qu’il soit bi que le fait que son enfant aimerait juste être hétéro.

- Tsé, c’est pas parce que t’a un penchant pour les hommes que forcément tes pas normal. Je dirais même que tu es plus normal que moi, ça c’est sur !

Moment du début sérieux jusqu’au mot normal, mais à totalement déraper le sujet. Mais avouons, que Kazimierz est plus normal que Jung Wan. Au moins, il le sait c’est déjà ça.

- Mais tu sais , il y a le déssert qui m’attend. Regarde il m’appelle… (moment d’imitation super nul de sa part avec une voix un peu plus en aigue tsé>>) « Vite vite Jung Wan, viens vite me manger !!!! » (moment de voix normale) T’as vu, il faut que j’y aille vite, sinon il va pleurer.

Dit il en commençant à partir du lit en faisant tout un système pour passer au dessus de son ami jusqu’au moment il est debout dans la chambre. Puis il se retourna vers son enfant.

- Dis, tes parents nous croivent donc bien pour un couple ?

Il attendit le oui de Kazimierz avant de continuer. Je sens qu’il a une idée en tête !

- Laisse moi continuer le jeu, s’il te plait !

Puis, il se mit à genoux, mit ses mains comme si il faisait sa prière, et fut les yeux de chiens battu tout en disant ces mots à la filer :

- Dit oui !Dit oui ! Dit oui !!....

Et ainsi de suite. Il a des idées chelou, je vous l’accorde. Et je doute fort que son ami acceptera de continuer de faire croire à ses parents qu’ils sortent ensemble. Mais en tout cas, quelque soit la réponse de son soit disant enfant, vu qu’il le prend toujours pour son enfant sisi, je doute fort qu’il acceptera.

Jungie continue de le supplier jusqu’à de plus en plus se rapprocher de Kazi et de continuer de faire les yeux de chiens battu. Ses paroles, toujours les mêmes, furent de plus en plus insistant.

Par la suite, je ne sais pas si il a dit oui ou non, mais Jung Wan se mit debout et descendit rejoindre les parents de Kazimierz. De toute façon, quelque soit la réponse, l’idée il l’a en tête, il le fera.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur



Contenu sponsorisé





MessageSujet: Re: that day mommy and daddy misunderstood us.   

Revenir en haut Aller en bas
 

that day mommy and daddy misunderstood us.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Daddy, le prédateur?
» Daddy V de retour au sommet...
» Big Daddy V en interview... Part II
» MOMMY X BODEGUERO 4 PATTES SANS FRONTIERE
» Big Daddy V en interview...

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
❝ HELLO ULSAN ❞ :: La Ville :: les résidences :: quartier pauvre :: maison de Hwang Kazimierz-