AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 blurred lines

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage



Invité

Invité




MessageSujet: blurred lines   Mar 28 Jan - 23:28

Spoiler:
 

01h09 ; affiche mon smartphone. Cela fait dix minute que je suis plantée devant le Cima, bien apprêtée, correctement maquillée, fraîche et pourtant bien fatiguée. Je n'ose pas entrer. Je n'y aie pas mis les pieds depuis deux semaines.

Depuis ce fameux soir, où je m'étais livrée à de doux moments avec ce barman, Hyuk Jin. En réalité, ce fut ma première expérience de "coup d'un soir". Je m'étais montré si fragile, fébrile et terriblement en manque d'étreintes. De sexe à proprement parlé. Et Hyuk Jin s'était montré, lui, tellement attentionné à mon égard, que je n'ai su lui résisté bien longtemps. À mon réveil, je m'étais senti terriblement honteuse. Nue sous ses draps, physiquement et plus encore. J'ai préféré fuir. J'avais attrapé mes affaires, je l'avais gentiment remercié et nous nous étions quitté ainsi. Sans un mot de plus, sans formalité. J'ai fuis comme une voleuse, prenant ce dont j'avais envie et repartant aussitôt. Cela ne me ressemblait pas. J'avais paniqué. Et je ne pouvais pas accuser le coup, je n'étais plus sous les effets de l'alcool pendant cette merveilleuse action, il n'y avait que mon attirance pour lui, uniquement. J'ai repris le cours de mon existence depuis, comme s'il n'avait été qu'un simple rêve, qu'un fantasme. Très séduisant. Néanmoins, j'y ai beaucoup repensé, souvent les traits de son visage marqué par le plaisir me reviennent et rougissent violemment mes joues.

Quatorze jours, où j'hésite, à y remettre les pieds, ou non. Toutefois, ce paquet que je serre contre ma poitrine lui est destiné. Il contient les vêtements que je lui avais emprunté et un cadeau. Hier, je me suis baladée en ville avec Cho Hee, nous avons parcouru les belles boutiques d'Ulsan. J'ai jeté un œil dans le rayon homme par hasard —j'aime aussi la mode masculine. Mon intérêt fut capturé par une sublime chemise noire, satinée. Je l'y voyais bien, derrière son bar, ses cheveux foncés relevés, son regard intense, arborant un léger sourire. Lorsque j'eus finis de rêvasser, j'étais déjà passé en caisse, le sac à la main. Incompréhensible. Ce vêtement, c'était pour me faire pardonner et pour le remercier. Toutefois, je n'ai aucune garantis qu'il soit de service ce soir. J'ai pris tout de même le risque de me déplacer, en voiture cette fois puisque je ne compte pas boire. Je veux clore cette histoire rapidement et de manière convenable. Perfectionniste sur les bords, j'aime que les choses soient bien faites.

Quinze minute que j'attends, les yeux rivés sur le logo lumineux de l'établissement. Je sens le regard des futurs clients me jugé. J'ai l'air stupide, c'est vrai. Alors, j'avale une grande bouffée d'air, crispe le papier sous mes doigts et m'élance à l'intérieure des lieux. Le bruit des talons claquant contre le sol passent bien sûr inaperçu. La musique couvre l'excitation des fêtards, font presque trembler les murs. Les lumières agressent quelque peu mes yeux, les dilatent, ils n'en deviennent que plus brillant. Je me dirige tout naturellement vers le bar. Je prends place, auprès de deux autres jeunes femmes, j'y retire mon chapeau. Il n'est pas là. Déception. Et pourtant, je me sens aussi soulagé de ne pas avoir à l'affronter. Je suis affreusement lâche, s'en est désolant. Je dépose le paquet sur le bar, je lui ferais passé par un de ces collègues, tant pis. Je commande tout de même un verre, façon de rentabiliser mon déplacement. Mécaniquement, j'extirpe mon portable de ma pochette, posée sur mes genoux, afin de jeter un œil sur les réseaux sociaux et de faire passer le temps. Le verre est déposé sous mon nez. Je relève alors le visage, remerciant le serveur.
Surprise. Il est là. Hyuk Jin. Je le fixe, le regard sombre. Mon cœur éclate dans ma poitrine, j'entends ses battements sourds envahir mes tympans. Mon sang se glace. Foutu ascenseur émotionnel ! Je ne sais pas quoi dire, je ne sais plus du moins. Je lui gratifie d'un simple sourire en coin. Je suis tout de même heureuse de le voir. Et son charme a toujours son petit effet sur moi, ce que je craignais.
Revenir en haut Aller en bas

avatar

Song Hyuk Jin



■ messages : 92
■ à ulsan depuis : 18/01/2014


MessageSujet: Re: blurred lines   Mer 29 Jan - 14:43



Blurred Lines

Na Eun



Une semaine auparavant :  La nuit  de service passée avec Na Eun avait été la dernière avant d’avoir un moment de répits, un jour ou deux de congé pour souffler, reprendre mon rythme, oubliant ce monde étrange de la nuit.

Après cette soirée mettre un pieds chez moi me paraissait encore plus dur, chacun des éléments positionné laba me rappelait à quel point j’étais seul ! Triste je me rendais toujours auprès de ma sœur  Hyo ri’ que j’aime beaucoup pour passé un long moment à ses cotés, élément qui ne manquait jamais de révéler le doute sur moi puisque tout de suite elle remarqua que quelque chose n’allait pas.


Ses yeux de chien battu et sa main sur mes cheveux « Hey qu’est ce qui se passe mon Hyuki chou ?  Je vois que ça ne vas pas !» me disais Hyo ri’ en m’enlaçant tout contre elle, ses câlins j’en aurais demandé et redemandé, depuis mon enfance il n’y a eu qu’elle pour prendre soin de moi à tel point que parfois je me demandais si elle n’avait pas pris le rôle de grand frère qui m’était dédié.

« Ne t’inquiète pas ma belle je vais bien » Sa moue non convaincu se lis sur son visage me fessant lâcher un petit rire avant qu’elle ne plisse les yeux «  aissh comment tu mens trop mal ! Je finirais par savoir un jour ou l’autre » s’entêtait-elle à me dire avant de m’enlacer sous de doux baisées amicaux, rien de plus qu’une relation entre frère et sœur fort heureusement.

Aujourd’hui la fatigue  est le maître mot pour moi ce soir.
Je ne compte plus les nuits passées derrière se bar, ni le nombre de verres que j’avais pu servir! Une sorte de routine c’était installé, je me demandais parfois ce qui changeait avant de me répondre à moi même intérieurement : Hé bien Les fins de soirées…Les imprévus...  rien n’est pareil pas un jour ne ressemble à un autre sur ces points.

Il est déjà minuit, j’ai l’impression que ce début de service n’en finirait jamais !! Depuis bientôt une demi-heure j’étais coincé en zone VIP, occupé à servir patiemment les personnes de ce groupe toujours un peu plus exigeant au fur et à mesure de mes passages, de quoi me donner un peu l’envie de les envoyer chier malheureusement je n’en fis rien et mord sur ma chique en prenant commande avant de m’éclipser. Mon corps se pose dans un coin un instant pour souffler, décompresser. Je me sens un peu nerveux et cela ne s’arrange pas puisqu’on m’envoi en salle dés mon retour ! Le patron avait-il une dent contre moi aujourd’hui pour m’envoyer à tant d’endroits différents ?...

Enfin ! Après une bonne heure je pu retourner derrière le bar, certainement l’endroit que je chérissais le plus au monde ; comme une petite bulle ou je me sens pausé, au calme, malgré l’agitation qui régnait provoqué par les commandes des nombreux clients. Mes mains ne fessaient que se balader de droite à gauche saisissant les bouteilles les unes après les autres, remplissant les verres transparents de fluides aux couleurs diverses…

Parfois je me pendais dans mes pensées, en repensant au soir ou j’avais refais le portrait à l’un ou l’autre… mais la pensée qui ne quittait pas mon esprit ces jours si devait être ce fameux soir ! Ce fameux soir ou j’avais accompagné cette magnifique inconnu ou presque jusqu’à chez moi, allant jusqu’à lui faire assez confiance pour me livrer à elle… Les souvenirs de cette soirée resteraient certainement gravés au fond de ma mémoire.

Devant mes yeux quelqu’un s’agite pour passer commande et je ne réagis pas ! Je sens un souffle et me fais légèrement poussé par un de mes collègue  avant de reprendre mes esprits.


« Désolé Xu »

J’adresse en sa direction un hochement de tête en guise d’excuse, excuses qu’il accepte avant que je ne me remette au boulot toujours pensif.

La façon dont je lui avais offert mon corps.. Ne me ressemblait que trop peu ! Mais c’était comme si son corps tout entier m’avait toujours désiré !! Me cherchant de façons et d’autres, j’avais fini par succomber comblant son désir charnel mais également le mien ; rien de tout ça n’avait été désagréable que du contraire. J’avais apprécié sentir sa peau si douce sous mes doigts, ses lèvres contre les miennes.

Repensant à cet instant là : la sensation de liberté qu’elle dégageait pendant ce moment d’échange. Je me mords doucement la lèvre, arrg ce mauvais tic encore !!!
Il c’était passé ce qui s’était passé seulement à son réveil les choses avaient été beaucoup plus compliqué, s’agrippant aux draps elle préférait fuir, un simple remerciement sortant de sa bouche me fendant le cœur en deux, l’avais-je blessée ?!

Pendant tout ce temps, deux semaines précisément ! Quand une jeune femme s’asseyais à la place qu’avait choisie Na Eun ce jour la ; je n’avais qu’une envie lui dire de partir mais n’ayant aucunement le droit de faire ça, je retenais ma frustration de ne pas recroiser le regard de la jolie brune une fois de plus.  
Deux semaines étaient passées avec toujours un petit regard vers ce siège pourtant si vide... vide de sens à y voir ceux qui se pausaient dessus le corps absent.

Après autant de jour à espérer inutilement,  mon regard se défait de cet endroit du bar alors que mes collègues me charriaient toujours sur ma rêverie habituelle me lançant parfois en riant ces mots là :
«  Arrête de rêver Huyk !! », s’expliquant par le fait que tous m’avaient vu retourner avec elle légèrement mal en point. Certains fabulaient, d’autres rigolaient «  alors Hyuk comment c’est terminer ta soirée mon Pot’ »  une main amicale sur l’épaule j’adresse un soupire avant de continuer mon service.

Aujourd’hui derrière mon bar j’adressais parfois quelques sourires à des clients très agréables de par leur politesse et leur enthousiasme ; n’arrêtant pas une seconde de servir ses précieux breuvages tant rechercher en soirée.
J’étais occupés d’un autre côté quant une collègue vint me parler à l’oreille
« Remplace moi de l’autre côté, puis je crois que tu t’y plaira mieux », mon visage se retire du creux de son cou pour la regarder un regard interrogateur alors qu’elle me pousse pour que je passe de l’autre côté «  Oh j’oubliais la commande est marqué sur le papier c’est pour le siège 7 », un soupire et je m’en vais de son côté qui devenait maintenant le mien prenant ce bout de papier entre mes mains puis le verre et la bouteille  concentrer je ne relève le regard qu’au moment de servir ; Et Quelle surprise!

La jolie jeune femme ne semblait pas avoir réaliser que c’était moi qui la servait, à ce moment elle m’adresse un merci ainsi qu’un sourire en coin ses pupilles dilatés ne laissent que peu de place pour apercevoir la couleur de ses yeux. Son regard dans le mien je me sentais un peu gêner après notre séparation à la sortie du lit je me demandais encore comment elle allait réagir !?

Ma main s’avance vers son visage le prenant entre mes doigts légèrement pour l’embrasser au sein de ses joues,
«  Derien, Tu viens te perdre par ici ?? »  Je lui adresse un sourire «  Est ce que ça va ? ».

Je manque de renverser son verre puisque le haut de mon corps s’était légèrement déporté au dessus du comptoir pour seulement effleurer du bout de mes lèvres sa joue.


« Ow, J’ai failli gâcher ton si beau paquet  ».

Chose dont elle s'empare avant de me dire sur un ton timide " On peut se parler cinq minutes?"

Mon coeur s'accélère soudainement comme si je sentais quelque chose arriver mais quoi ? Mon regard sur le sien je souris avant de regarder autour de moi mes collègues pour faire signe que je prenais un moment.

"Oui bien sur"

Spoiler:
 




Dernière édition par Song Hyuk Jin le Sam 1 Fév - 7:00, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur



Invité

Invité




MessageSujet: Re: blurred lines   Ven 31 Jan - 20:41

Je fais un petit signe de main à la charmante serveuse. D'un sourire malicieux, elle prend ma commande et s'éloigne furtivement. Aussitôt, je baisse les yeux sur l'écran lumineux de mon nouveau smart phone afin de m'occuper. Je ne me lasse pas de parcourir, de découvrir ces fonctions, toutes plus élaborées les unes que les autres. Petite merveille de technologie. Je ne patiente qu'un court moment. Mon verre s'écrase sur le bois du comptoir, je le saisis alors, remercie la personne sans lever les yeux pensant bien qu'il s'agit de la jeune femme vue précédemment et je décroche, range mon précieux jouet au fond de ma pochette. Une voix familière résonne :

« De rien. Tu viens te perdre par ici ? »

Ce son chaud et grave ; Jin Hyuk. Mon dieu. Mon cœur palpite. Je lève le visage, constatant que c'est bien lui. Élégant, comme jamais. Éblouissant. Doucement, il se penche vers moi afin d'atteindre ma joue de ses lèvres, qui l'effleure délicieusement. Ses doigts touchent mon visage, m'obligeant à fermer les yeux une courte seconde. J'en soupire d'extase secrètement. Je sens une vague de chaleur m'enrober tout entière. Je ne comprends pas ces attentions. Ni même pourquoi elles m'atteignent de cette manière, si intensément. Cette relation que j'entretiens avec lui, si toutefois elle en est une, est irréaliste. J'entre dans ce bar branché et aussitôt que je l'aperçois, nous n'appartenons plus au même espace temps que le reste du monde. J'ai une sensation de rêver, agréable et tout le contraire à la fois. C'est absurde. Délicatement, je balaye sa main de mon visage. Puis, il se redresse, s'excusant d'avoir risquer nuire à mon paquet. Ah. J'en oubliais presque le paquet. Je le saisis et le serre fortement contre ma poitrine. Je suis venue clore une histoire et y suis bien déterminée. N'est-ce-pas le principe d'une relation d'un soir ? En le regardant bien, je ne suis plus sûre. Et le doute se lit bien sur mon visage. Très bas, si bas qu'il devra sans doute lire sur mes lèvres pour comprendre, je lui dis :

« On peut discuter 5 mins ? ...au calme. »

J'insiste bien sur la fin de la phrase. Il comprend rapidement l'importance de la chose, donne signe à ses collègues et m'invite à le suivre. Je me lève, attrape mes affaires et nous passons l'envers du décor, finissant dans une petite cour. D'ici, nous entendons le son de la musique battre sauvagement, mais il n'en est rien comparé au tonnerre de bruit au sein même de l'établissement. Une légère brise se lève et soulève mes cheveux. Je lui tend le paquet, un air terriblement sérieux sur le visage, que je n'arrive pas à gommer. Mes traits sont graves, sombres.

« C'est pour toi. Enfin je veux dire, c'est les affaires que je t'avais emprunter. Je voulais sincèrement m'excuser de mon comportement de l'autre matin, je suis partie un peu précipitamment ... »

Hyuk Jin me donne envie de fuir, autant que de me jeter dans ses bras. Il me bouleverse.

« Je ne vais pas t'embêter plus longtemps, Jin. À une prochaine fois, peut-être. »

Je visse mon chapeau sur le haut de ma tête, le maintien afin qu'il ne tombe pas, mon visage s'approche du sien et j'y dépose un baiser sur sa mâchoire. Le contact de sa peau m'électrise. Un dernier regard. Je me mord violemment la lèvre et file comme la première fois. Difficile de faire plus ridicule et maladroit. Ai-je décidé de me préserver cette fois ? Sachant que j'y perdrais forcément des plumes étant donné le type d'homme qu'est Hyuk Jin. À secret. « Ne t'accroche pas à moi ... », cette phrase me donne tellement envie de faire tout l'inverse pourtant, de le mettre à nu, de tout lui découvrir.

Mes talons claquent contre le goudron du sol, je rejoins rapidement ma voiture et m'y engouffre. Mon cœur bat la chamade, j'aurais couru marathon que l'effet en aurait été exactement le même. Je réajuste le rétroviseur, y croise mon reflet ... Non. Mon corps se fige soudainement. Et j'attends ... J'attends qu'il ait finit son service, en fait.
Revenir en haut Aller en bas

avatar

Song Hyuk Jin



■ messages : 92
■ à ulsan depuis : 18/01/2014


MessageSujet: Re: blurred lines   Sam 1 Fév - 7:21



Blurred Lines

Na Eun



Un regard furtif vers ma collègue quand elle me lègue sa place afin d’y servir Na Eun installée sur un siège, que s’imaginait elle ?
J’avais toujours adoré ma collègue qui en un seul coup d’œil comprenait si bien les gens et comme toujours elle avait compris que quelque chose n’allait pas vraiment entre nous deux et qu’une discussion s’imposerait surement.  

Ma main traverse le haut du bar pour lui servir son verre, c’est la que stupéfaite elle relève les yeux pour m’apercevoir ; un regard qui devait résumer son état : surprise, peur ou angoisse mais à la fois cette chaleur ce contentement de me retrouvé… J’avais compris par delà tous les mots qu’au fond je l’avais blessée.
Mon regard parcourait son visage à l’instant même ou je l’embrasse amicalement ou plus.. Sa main se pose sur la mienne pour évincer mes doigts de son visage avant que doucement elle ne me demande une discussion dans un endroit calme.

Après avoir pris soin de prévenir mes collègues d’un regard, je l’emmène dans l’arrière court donnant vers l’extérieure, c’était selon moi un des seuls endroits calme par ici.. La musique raisonne mais on ne distingue que les mélodies, je me pose devant elle, elle qui a toujours ce petit côté fragile et fort à la fois.
Le sourire que j’avais sur mon visage s’était effacé voyant son air si sérieux, qu’avait elle de si lourd à me dire ?!

C’était compliqué pour moi de la voir comme ça, je me sentais désappointé par rapport à la situation, elle avait pris une place dans mon cœur même si il ne lui était pas tout à fais dédié alors je ne pouvais pas la laisser filé tentant de m’expliquer  je prononce un mot
« Je.. » sans pouvoir en dire plus parce qu’elle m’interrompt.

« C’est pour toi. Enfin je veux dire, c’est les affaires que je t’avais empruntées. Je voulais sincèrement m’excuser de mon comportement de l’autre matin, je suis partie un peu précipitamment »

D’un seul coup mon regard se baisse  prenant le paquet qu’elle me tendait avant de la regarder «  tu n’as pas à t’excuser.. Arrête »

« Je ne vais pas t’embêter plus longtemps, Jin. A une prochaine fois peut-être. »

N’aimant que  trop peu la fin de sa phrase, je sens comme un vide me traverser ... Elle avait pris sa décision, celle de ne plus me voir ou plutôt m’éviter… Un choix lourd de sens, mais je comprenais ; elle et moi c’est «  compliqué » parce qu’elle vie au fin fond de mon cœur pendant deux semaines j’avais pensé à elle, ce lieu « le Cima » me rappelait cette soirée, c’était plus fort que moi d’y penser mais ….

Mais j’étais en colère contre moi de ne pas arriver à lui laisser une plus grande place auprès de moi, puis je me demandais si c’était ce qu’elle voulait ‘elle’, soudainement je sens ses lèvres sur mon visage m’arrachant un dernier baiser et un dernier regard, le mien n’en était que plus triste peiné et dévasté par sa tristesse et son tourment.


Son corps se déporte et le seul bruit sourd que j’étends est celui de ses talons tapant le sol. Elle est déjà loin quand je sors de mes pensées, ma main se pose sur ma nuque, j’étais simplement triste que tout ça se passe ainsi.. Une larme coule le long de ma joue me fessant remonter ma main afin de l’évincer.

Je rentre parce qu’elle n’est plus là mais la tête n’y est pas, les minutes me paraissent une éternité, comment avais-je pu la laisser filé !! A la fin de mon service je prends mon portable pour appeler mon chauffeur et lui signifier qu’il ne devait pas venir, j’avais envie de marcher ! Mon corps se pose sur le bar ou plutôt mes avants bras puis dans mon élan j’avais oublié son paquet.

Le paquet entre les mains je l’observe un léger sourire aux lèvres, fait avec attention presque comme un cadeau d’anniversaire pourtant selon elle ce n’était que les affaires que je lui avais prêté, la curiosité me fis l’ouvrir avec délicatesse pour y découvrir quelque chose de noir, je tirais le linge du paquet avant de secouer la tête en voyant la chemise que m’avait offert Na Eun.


Un sourire en coin je souffle quelques mots : «  Sacré Na Eun.. », rien qu’en une soirée elle avait pu me cerner… Comment la remercier à présent qu’elle n’était plus la ?!

Je prends soin de prendre le paquet avant de sortir du Cima soufflant un bon coup avant de marcher.


Au loin j’aperçois une voiture mais sans m'attarder je continue ma route pensif. Alors que je passe le véhicule j'entends la portière s'ouvrir et mon nom " Jin"

Je tourne mon regard et l'aperçois entre sa portière à peine ouverte, le ton de sa voix est incertain elle devait se demander si elle avait bien fais de m'appeler.
Le sentiment que je pouvais ressentir à ce moment ci était plus fort que tout, elle n'était pas partie!


"Qu'est ce que tu fais la? Na .. je croyais que tu étais rentrée"

Me rapprochant d'elle pour prendre sa main et lui faire un bisous " merci pour le cadeau, mais il ne fallait pas.. je ne sais pas comment te remercier?"

Qu'avais-je à lui offrir en échange? Mes doigts passent sur mon poignet y décrochant un bracelet auquel je tien vraiment  pour lui passer autour du sien

"Il n'y a que ça auquel je tiens, c'est ma grand mère qui me l'a donné il y a longtemps" Je lui souri " je sais que tu en prendra soin parce que tu es ce genre de personne".

Mes lèvres se pinces.

"Je ne veux pas qu'on se revoient peut-être, je veux te voir tous les jours et .. je sais que je n'ai pas le tact qu'il faut.. je suis maladroit mais tu peux m'apprendre?!  
Et J'ai pas envie de te voir triste… C'est pour ça que j'ai du mal à m'attacher tout ce que je touche fini par s'écrouler, je ne veux pas que tu sois de ceux là!"


Je la regarde en me demandant si elle comprenait mes mots, mon blabla incessant.
Comment lui faire comprendre qu'auprès d'elle je suis bien mais que la souffrance finirait par arriver parce que Hyuk Jin fini toujours par faire souffrir les gens..  Je lui avais déjà tout dis de moi, je suis un gars compliqué qui ne s'attache que trop peu.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur



Invité

Invité




MessageSujet: Re: blurred lines   Dim 2 Fév - 22:58

La soirée est loin d'être terminée, j'ai encore de bonnes heures à attendre dans ma voiture, cachée derrière le volant. Tantôt mes yeux fixent l'horloge où les minutes peinent à défiler, tantôt je fixe la porte du Cima qui s'ouvre et se ferme, libérant de jeunes adultes alcoolisés. Je monte un peu plus le chauffage, me recroqueville sur moi-même afin de préserver la température de mon corps stable. Je consulte mon téléphone portable... Si seulement j'avais eu son numéro, je lui aurais écris un message. Ou bien j'aurais hésité, comme j'hésite sur l'instant à m'en aller. Néanmoins, une force que je ne contrôle pas, me force à rester les fesses bien ancrées dans le siège. Je patiente. Je patiente. Et je patiente encore.

Somnolente, fatiguée de cette attente, je daigne à relever la tête et me masse la nuque toniquement. Le bar semble s'être vidé de toute présence humaine, enfin. Je suis l'unique voiture encore sur le parking au beau milieu de l'aube. Les serveurs s'en vont à leur tour, se dispersant chacun dans une direction. Il ne reste que Hyuk Jin, mon paquet à la main. Je me sens soudainement ridicule d'avoir offert un vêtement à une personne que je connais depuis un peu plus d'un jour seulement. Mon cœur bat si fort à sa vue, que je frappe ma poitrine d'un grand coup pour le faire taire un peu. Ainsi, pendant que mes sens affolés me distrait, il file devant le véhicule noire et ne prête pas attention à la contenance. J'ouvre, hésitante, la portière et m'extrait de l'engin.

« Jin. »

Je l'appelle sans même élever la voix et pourtant il m'entend. Son visage pivote et il constate ma présence. Il semble surpris, il me demande ce que je fais encore ici. J'ai attendu qu'il finisse son service, j'étais clairement en manque de sa présence au moment précis où nos deux regards s'étaient lâchés. Il me prend doucement la main et y dépose un baiser. J'aime sa façon soignée de m'adresser des attentions. Il me remercie du cadeau, j'ai envie de lui répondre que ce n'est rien, qu'il n'a pas à me remercier, mais pas un mot ne sort de ma bouche. Je n'ai pas le temps de répliquer qu'il enchaine spontanément. Je suis surprise par son geste. Il me saisit le poignet et y glisse ce bracelet, précieux à ses yeux comme il l'est aux miens. Machinalement, je fais tourner mon nouveau bijou. Est-ce un signe d'appartenance ? Je me surprends à le souhaiter. Nerveuse, je mord brutalement ma propre lèvre, de même façon, il se pince les siennes et nos prunelles colorés brûlent l'une dans l'autre. Ils enchaînent avec des mots si bien choisis que j'en fond littéralement :

« Je ne veux pas qu'on se revoient peut-être, je veux te voir tous les jours et... je sais que je n'ai pas le tact qu'il faut... je suis maladroit mais tu peux m'apprendre ?!
Et j'ai pas envie de te voir triste… C'est pour ça que j'ai du mal à m'attacher, tout ce que je touche fini par s'écrouler, je ne veux pas que tu sois de ceux là ! »


Ma réaction ne se fait plus attendre. J'enlace son cou, me presse fortement contre son torse et mes lèvres gagnent les siennes délicieusement. Je laisse filé ma langue rejoindre sa consœur afin qu'elle lui dise que je n'en peux plus de ces mots assassins. Entre deux souffles, je murmure contre sa bouche :

« Je suis bien plus forte que tu ne le crois. Mais ne dis plus rien, je t'en surplis ... j'ai peur que quelque chose ne se brise. »

Il me met hors de moi. Je prend délicatement son visage entre mes doigts où mes ongles roulent sur ses joues et me repasse ses derniers dires, inlassablement. Je lui ai indiquer de se taire et pourtant, j'ai envie qu'il en dise, qu'il en fasse, bien plus. Dernière lui, non loin de nous, une voiture se gare, nous éclairant de ces gros fards lumineux. J'en plisse les yeux. J'imagine qu'on l'attend. Mais je ne veux pas.

« Je peux moi-même te déposer chez toi, j'ai retenu le chemin l'autre fois ... »

[...]

Je suis en bas de chez lui. Il n'a guère eu besoin de m'indiquer l'itinéraire que mon cœur m'y avait conduit, à son bel appartement. Idéale pour les nuits d'amour. Je me penche vers lui, capturant une fois de plus ses lèvres. Ma main se glisse délicatement sur sa cuisse, que je caresse en un mouvement de va et viens.

« Nous sommes alors condamnés à nous revoir ... » un dernier baiser au creux du cou, « bonne nuit Jin... »

À moins qu'il ne m'invite à monter ? Accepterais-je ?
Revenir en haut Aller en bas

avatar

Song Hyuk Jin



■ messages : 92
■ à ulsan depuis : 18/01/2014


MessageSujet: Re: blurred lines   Lun 3 Fév - 17:27



Blurred Lines

Na Eun




Il y a deux semaine sa présence m’avait rappeler les bien fais de ne pas être seul dans ce grand loft qu’était le mien, Na Eun avait tout pour marquer les esprits : sa façon d’agir, ses yeux expressifs, ses lèvres si belles et si douces, ses gestes doux et attentionnés envers moi même quand je lui avais annoncer qu’elle souffrirait certainement à mes côtés, déterminé elle avait voulu essayer quelque chose avant de partir le lendemain, c’était elle rendue compte de sa bêtise ? Avait-elle eu honte de se retrouver chez moi dans cette position de vulnérabilité ? A vrai dire je n’en avais aucune idée et après un baisé elle c’était évaporer dans la nature sans que je ne puisse la rattraper.

Deux semaines c’était écoulées, deux semaines à attendre un signe voir une nouvelle de sa part. La belle jeune femme savait ou me trouver tandis que moi je n’en avait aucune idée quel idiot !! Je ne lui avait même pas demander son numéro et ni même laisser le mien.
…. Deux semaines à espérer la voir au bar ou la voir devant chez moi… Elle ou plutôt : son sourire d’ange qui illumine son visage, ses gestes doux, son regard envoutant ; tellement de petites choses qui me fessait m’accrocher à elle comme à aucune autre. Ma tristesse vient du fait qu’à peine je la retrouve elle s’évapore dans la nature, preuve que je l’avais surement blessée et j’en étais désolé !
Comment lui faire comprendre que je voulais essayer quelque chose avec elle parce qu’elle en valait vraiment la peine mais, comment lui dire que j’étais moins sur du résultat sur le long terme…?

Je sors du Cima dans mes pensées lâchant un soupire dans ma longue marche vers l’extérieur, serrant le paquet que la jeune femme m’avait offert comme quelque chose de précieux pour moi.
C’était la première fois qu’une jeune femme m’offre un cadeau de ce genre et même si ce n’est qu’un bête geste j’étais déjà fort attacher à cet objet.

Quand soudainement j’entends mon nom je sors de mes pensées et me retourne pour l’apercevoir au creux de sa portière, timidement elle s’en extirpe pour me rejoindre quelques pas plus loin.
Bien sur je me posais plein de questions : que fessait elle encore ici ? Pourquoi ce cadeau ? Comment la remercier ? Les seules réponses qui me venaient sortaient tout droit de mon cœur en me rappelant ce que ma grand mère m’avait toujours dit : « si tu apprécie quelqu’un un minimum ne te prive jamais de lui montrer », ma réaction fût en rapport avec ses mots quand je lui offre ce bracelet auquel je tien énormément c’est ma façon de lui montrer qu’elle compte pour moi, espérant seulement qu’elle comprendrait ce geste.

Dans toutes mes paroles qui suivaient ce geste d’affection envers elle je lui dis que je veux la revoir mais pas que de temps en temps, tous les jours !! J’ai l’espoir qu’elle m’apprenne à être moins maladroit puis qui sait .. J’avais envi d’essayer même si mon cœur ne battait pas encore à s’en décrocher de ma poitrine elle ne me laisse pas indifférent.


Je deviens trop bavard surement quand je sens ses bras passer autour de mon cou serrant son corps contre le mien, un sourire esquive mes lèvres avant que ses lèvres ne se joignent au miennes avant de se laisser aller vers un baissé langoureux que je voudrais éternel, mes lèvres eurent du mal à se défaire des siennes. C’est elle qui mit fin au baissé simplement en déposant ses lèvres charnelles au dessus des miennes afin de souffler quelques mots :

« Je suis bien plus forte que tu ne le crois. Mais ne dis plus rien, je t’en supplie.. J’ai peur que quelque chose ne se brise »

Un sourire orne mon visage en murmurant « Alors je me tais.. », mes doigts caressent ses mains sur mon visage quand d’un coup nous sommes aveuglés par les fards d’une voiture, celle de mon chauffeur que je reconnaissais de loin de par sa forme particulière : « Je peux moi-même te déposer chez toi, j’ai retenu le chemin l’autre fois… »

D’un mouvement de tête j’acquiesce positivement prenant mon portable pour signifier à mon chauffeur qu’il n’était pas nécessaire qu’il reste à présent, s’excusant tout de même pour le dérangement, je le remerciais d’être tout de même venu ce soir.

Mon portable quitte le creux de mon oreille et rejoint la poche arrière de mon jeans, mon regard retombe sur son doux visage que je caresse une nouvelle fois avec un sourire sur mes lèvres, ma mâchoire s’approche de on visage tout en l’embrassant passionnément pour finir par lui mordiller la lèvre inférieure, murmurant un
« merci ». Dans une dernière caresse mon corps se sépare du sien pour prendre place au sein de son véhicule.

Tout au long du trajet j’observe la route en m’ennuyant, cette route je la connais comme ma poche alors je préfère me concentrer sur son visage. Son regard est concentrer sur la route et au feu rouge dans un moment de calme je dépose ma main sur la sienne qui tient fermement la boite de vitesse ; un geste automatique et irréfléchi pour lui montrer ma présence auprès d’elle, d’un coups nos regards se croisent et je vois ses joues rosir.

Une fois au bas de chez moi, je regarde par la vitre une seconde me perdant dans mes pensées une nouvelle fois, c’est la jolie brune qui me refais touché terre en se penchant sur moi emprisonnant mes lèvres des siennes, un frisson me parcourt quand je sens sa main se glisser sur ma cuisse, geste trahissant à nouveau son envie d’être proche de moi.


« Nous sommes alors condamnées à nous revoir.. Bonne nuit Jin »

Ma main se glisse sur sa nuque, mon pouce se trouve sur sa joue et je plonge longuement mes yeux dans les siens « Ne pars pas, pas comme cette première fois ».

Je la vois vouloir prononcer un mot mais pas question, je place mon doigts sur ses lèvres susurrant un léger « chhhutt » .
D’une traite je sors de la voiture pour rejoindre son côté en lui présentant ma main, une façon de l’invitée à me rejoindre. Une seconde d’hésitation avant de saisir ma main pour se relever. Elle saisit son chapeau et ferme sa portière avant de verrouiller sa voiture, très vite le l’emmène dans ce lieu qui est le mien ou plutôt le notre à présent elle le connaissait tout aussi bien que moi.

La porte fermée je la plaque contre le mur avec l’envie de jouer, jouer sur notre dernière rencontre, sur l’envie que nous éprouvions tous les deux de se toucher, se parler. « Et si on recommençait tous ? Moi c’est Hyuk Jin et vous charmante demoiselle », cela n’empêchais pas mes mains de parcourir sa taille et le bas de ses cuisses comme si je connaissais déjà ses courbes comme si … elles m’appartenaient ... En un coup je remonte ses cuises contre ma taille la tenant fermement… me laissant allé à quelques baisées passionnés au creux de son cou.

Spoiler:
 


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur



Invité

Invité




MessageSujet: Re: blurred lines   Ven 7 Fév - 18:04

Je ne me lasserais jamais de ses baisers. La façon dont nos lèvres s'entrechoquent, se caressent avec passion, sensualité et finissent même par s'attaquer... J'en frissonne rien qu'à cette simple pensée. J'aimerais qu'il continue, encore et toujours. Mes mains sont fermement accrochées au volant, concentrée sur la route. Mon poignet droit est plus lourd d'un petit poids, je sens l'objet métallique glisser sur ma peau, me rappelant alors son geste. Ce dernier me touche, bien plus significatif que mon cadeau de politesse. Et soudain, je me sens idiote. Nous ne lâchons pas un mot tout le trajet durant. Le silence est brisé par une douce mélodie, qui trottine gentiment dans l'espace intérieur du véhicule. Au passage d'un feu rouge, je sens ses doigts délicats s'appliquer sur les miens et je pivote spontanément vers lui, plongeant mon regard dans ses jolies prunelles sombres. Je tends lentement mon visage afin qu'il m'offre à nouveau sa bouche mais prise de court, je me dois de me redresser et repartir. Le feu est vert.

Je lève les yeux vers les fenêtres de l'appartement, dépourvu de lumière. Nous sommes arrivés à destination. Je me tourne alors vers lui, il semble rêvasser, à quoi peut-il bien penser ? J'en ai sincèrement aucune idée. J'en profite et lui dérobe un fin baiser, déposant ma main sur sa cuisse. Je lui souhaite une bonne nuit. En espérant le revoir le plus rapidement. Mais une fois de plus, il me surprend.

« Ne pars pas, pas comme cette première fois »

Je vais prononcer son nom, quand il plaque son index sur mes lèvres et m'en empêche. Son geste est affreusement sexy et séduisant, je ne lutte pas contre. Hyuk Jin quitte la voiture, ouvre ma portière, gentleman, il m'extirpe de l'engin. Mon cœur bat violemment dans ma poitrine. Pourquoi est-il si irrésistible ? Pourquoi suis-je si sensible à sa présence ? Je le suis aveuglément. Nous gagnons rapidement les appartements, qui me semble déjà bien familier. Brusquement, il me plaque contre la porte, tout juste fermé dans mon dos. Naturellement, mes bras se nouent autour de son cou, il ne cessera jamais de m'épater ...

« Et si on recommençait tout ? Moi c’est Hyuk Jin et vous charmante demoiselle ? »

Très bien. Je me prends facilement au jeu. Peu à peu, j'abaisse ma garde, me livrant en toute sincérité. Hyuk Jin parcours délicieusement mes courbes, il me soulève aisément en agrippant mes cuisses. Je soupire, un long souffle s'échappe de mes lèvres et je ferme les yeux, appréciant plus que jamais l'attention qu'il apporte à mon cou. Seul, sa présence enflamme tout mon être. Ses gestes finissent juste de me consumer.

« Moi, c'est Na Eun. J'ai 25 ans et je suis encore étudiante … en médecine vétérinaire. »

Finalement, je réalise qu'il ne connaît rien de moi, de la même façon que j'ignore tout de lui. Et pourtant, nous agissons comme si c'était tout le contraire. Il m'emmène à sa chambre. Sur le chemin je me débarrasse de mon sac, chapeau et veste, qui s'écrasent au hasard sur le sol. Nous chutons tout deux sur le lit. Je bascule enfin sur son bassin et entreprend de le déshabiller tout entier. Rapidement et le plus naturellement du monde, il fait de même. Chacun de ses mouvements attaquent mes ressentis trop brutalement. Je ne réagis pas normalement en sa présence. Cela ne me ressemble pas et pourtant c'est tellement ... moi. Allongée sur sa musculature de rêve, nous sommes à présent dépourvus de tout vêtements. D'un geste simple, je rabat les draps sur nos corps. Nous nous regardons intensément. Je ne peut m'empêché de saisir son visage et de lui caresser délicatement les joues.

« Et toi Jin ? Tu as quel âge ? »

Nous faisons connaissances dans cette situation. Situation où deux êtres sont censés se connaître parfaitement déjà. Quel décalage. Oxymore. Mes joues doivent être aussi rouge que mon vernis à ongle. Mes yeux sont illuminés et brillent de milles feux à sa vue. J'embrasse tendrement sa joue. Je suis prête à tout lui dire, je suis prête à tout entendre, je suis prête à tout savoir de lui. Un léger sourire, timide, illustre mon visage et d'une voix suave :

« Jin ... moi aussi je veux te voir... tout le temps ... Je ne veux plus que tu sois seulement le barman canon du Cima. Je veux que tu sois ... plus »

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas

avatar

Song Hyuk Jin



■ messages : 92
■ à ulsan depuis : 18/01/2014


MessageSujet: Re: blurred lines   Dim 9 Fév - 22:29



Blurred Lines

Na Eun




Je devais une fière chandelle à ma collègue qui m’avait permis de la retrouver  au détour du comptoir, sans elle la jolie brune aurait pu rester la toute la soirée, seule et sans que je ne l’aperçoive..
C’est tellement la folie au Cima en soirée que retrouver quelqu’un devient presque impossible en plus ce soir j’avais été pas mal accaparer par mon patron comme s’il voulait me faire payer mes soirées chamboulés et mes retours un peu précoces à la maison, me coinçant à plusieurs endroits ou j’ai horreur d’aller ‘le carrer vip, la salle’ reste la seule exception ‘le bar’ là c’était mon élément...

Tant de mots pour dire que la jolie demoiselle aurait pu rester là, seule, toute la soirée sans l’intervention de ma collègue, c’était tellement la folie en pleine soirée au Cima.
Puis Na Eun n’est pas vraiment le genre de fille à se faire remarquer, non c’est plutôt le genre de fille qu’on à envie de chouchouter tellement elle paraît fragile et réservée, une fille simple qui ne se dévoile qu’à ceux en qui elle a suffisamment confiance ; c’est ainsi qu’elle était à mes yeux : calme, douce, réservée, jolie, fragile et forte à la fois. Dans ma tête raisonnais ses propres mots : « Je suis bien plus forte que tu ne le crois » espérant qu’elle dise vrai pour lui éviter une chute trop douloureuse vu ma capacité à détruire tout ce que je tiens entre mes mains...

Pour la première fois de ma soirée, j’arborais un beau sourire quand je la retrouve assise au bar, je n’avais pas penser à lui demander depuis combien de temps elle était la ? Ca ne m’avait même pas effleurer l’esprit puis le principal pour moi avait été de la retrouver après ses deux semaines si longues sans avoir ne serait-ce que la possibilité de lui envoyer un texto !
Deux longues semaines à repenser à ce qui s’était passé entre elle et moi : notre rencontre, notre nuit d’amour, son réveil tourmenté et son départ précipité… C’était déjà beaucoup rien que pour une seule soirée…

On venait de se quitter un peu sur un mal entendu, comme si elle ne voulait plus me revoir ? Pas le temps de la rattraper qu’elle était déjà partie au loin me laissant seul dans l’arrière court du Cima… Après quelques minutes je me rendais bien compte qu’elle ne reviendrait plus et impossible pour moi de laisser mon service sous peine d’être viré alors je rentrais pour encore quelques heures de tortures au loin d’elle sans aucune explication.

Le Cima fermait ses portes et comme chaque soir j’en étais bien heureux, heureux de pouvoir retrouver mon lit et pourtant si triste de ne pas avoir eu d’explication par rapport à Eun… Seulement tout semblait rentrer dans l’ordre quand je me rends compte qu’elle n’est pas rentrée, simplement elle m’attendait mais pourquoi ??  Mon regard s’était fait interrogatif et tout s’était enchainé ; le fait que je ne veuille pas qu’elle parte ou qu’elle m’abandonne et puis sa proposition de me raccompagner assez troublante, je n’avais que trop peu l’habitude de me faire ramener par une fille après mes heures de boulot, enfin Na Eun n’était pas n’importe quelle fille ! Ca me fessais drôle d’être son passager ou plutôt le passager de quelqu’un d’autre que mon chauffeur.

Après cette longue discussion je regardais la route et de temps à autres la jeune femme … à un moment un blanc s’installe et comme pour m’occuper mes doigts se mettent à caressés les siens délicatement disposés sur le manche de la boite de vitesse, j’étais déjà satisfait d’avoir attirer son regard même un temps infime par mon simple geste entrainant un sourire de ma part.

La voiture ralenti emportant mon regard vers la vitre pour me perdre au travers de ce miroir sombre qui ne reflétait que mon ombre ou plutôt cette autre partie de moi qui devait rester cacher ; enfuit le plus longtemps possible ou du moins c’est ce que j’espérais.
Encore une fois c’était douloureux pour moi de sans cesse repenser à mes relations ratées, j’espérais seulement ne pas la faire souffrir … Ce fut mes dernières pensées avant que sa main ne se porte sur mon visage pour décrocher à nouveau mon attention et un léger sourire en prime avant que nos lèvres ne s’emmêlent à nouveau.

Je prends une grande inspiration pour oublier ce que j’avais pu voir dans cette vitre et surmonter ce douloureux sentiment de culpabilité avant d’extraire mon corps de la voiture pour retrouver Na Eun ; tel un gentleman je lui ouvre la porte en prenant sa main oubliant toutes mes sombres pensées, désireux de la connaître plus.
Quoi de mieux comme endroit que chez moi pour une longue discussion ?! Rapidement je décide de prendre les devant pour montrer réellement quel homme je pouvais être ; mêlant la brutalité de certains de mes gestes à la douceur des moments passés avec elle tout ça promettait d’être une soirée pas comme les autres..
D’un geste brusque je guide jusqu’à la porte ou je l’emprisonne collant mon corps au sien presque instantanément ! Ses bras autour de mon cou, je décide de capturer l’essence de son corps en déposant de doux baisés au creux de son cou, gouttant ainsi au plaisir sucré de la chair… Son corps collé au mien ne me donnait qu’une seule envie lui faire plaisir à elle rien qu’à elle.

Quelques mots sortirent de ma bouche, lui lançant comme un défit celui de recommencer notre rencontre et mieux se connaître pour mieux s’apprécier au final. Ca devait être un défit qu’elle voulait relever puisqu’un sourire ornait son doux visage… Lentement sous mes doigts je la sens se consumer à petits feu, son corps se relâche doucement et son soupire m’en disais long…


« Moi, c’est Na Eun. J’ai 25 ans et je suis encore étudiante… en médecine vétérinaire. »

Je me rend compte qu’elle est un peu plus âgé que moi  mais pourtant ne les faits pas ! Quoi qu’elle a ce comportement mature et posé qui aurait pu le laisser supposer.  Mon visage se glisse au près de l’une de ses oreilles, d’un coup de main je balaie ses cheveux en arrière lui murmurant : « Tu dois avoir du cœur pour faire ce métier, je suis admiratif.»

Tenant fermement son dos et ses cuisses je l’embarque avec moi dans ma chambre ou plutôt sur le lit qui se trouvait dans l’espace ouvert du loft laissant nos deux enveloppes charnelles s’effondré sur le lit.
Je me retrouve sur elle à genoux, mon bassin tout contre le sien pouvant encore capté son regard rempli de désir. Assez vite je me trouve allonger contre le lit laissant ses mains s’emparer de chacun des vêtements qui couvre mon corps, dans la précipitation j’ôte ma veste ainsi que ma bouche de ceinture : une manière de l’aider.

C’est idiot à dire mais je me sentais gêner de me retrouver là nu sous son corps encore protéger par ses vêtements. En me redressant je pose mon regard au fond du sien mes mains glissent sur son vêtement avant de rejoindre sa taille tout en remontant vers son dos et ses seins enlevant une première partie, je continue laissant sa délicieuse silhouette à porté de ma vue et à proximité de chacun de mes gestes... Le reste suivi tout naturellement.

Elle tout simplement posé sur mon torse alors qu’on étaient dans notre plus simple élément devait ressentir les battements de mon cœur qui frappaient fortement dans ma poitrine. Comment expliquer ce que je ressens avec elle dans de tels moments ; moi qui ne voulait pas m’attacher avec elle ça devenait de plus en plus difficile de tenir la distance, je n’étais pas amoureux enfin je ne pense pas mais j’étais plutôt captiver par ce qu’elle est et attirer par ce qu’elle dégage : sa douceur et sa force !! Quand son regard me transperce c’est comme si je deviens libre.

Na Eun était la seule à avoir eu CE regard pour moi : intense, confiant, désireux, la seule à avoir ce regard auquel je ne suis pas insensible ! Mais assez parler de tout ça, je replonge mes yeux dans les siens tout en l’écoutant me parler en me caressant les joues
«  Et toi Jin ? Tu as quel âge ? »

Du bout de mes doigts j’en profite pour dessiner de haut en bas la cambrure de son corps déposé sur le mien.
Je savais que j’étais plus jeune qu’elle et pourtant à ses côtés c’est comme si j’avais pris 10 ans de plus, je me sentais plus mature une drôle de sensation finalement ?!


« J’ai bientôt 24 ans » un léger sourire se fige sur mon visage «  Et avant d’être barman, j’ai étudier pour devenir agent de police, mais c’est une drôle d’histoire tout ça... Alors je suis devenu barman au Cima mais ça tu le sais déjà»

J’aperçois son léger sourire, timide avant ses quelques paroles tout droit sortie de son cœur :

« Jin… moi aussi je veux te voir.. Tout le temps… je ne veux plus que tu sois seulement le barman canon du Cima. Je veux que tu sois… plus »

" Ca me touche ce que tu dis tu sais" disais-je en caressant sa longue chevelure.

Un tout léger rire sortit de ma bouche donnant suite au mots «  barman canon du Cima », je n’étais pas exceptionnel pourtant.

« Alors si on commençait par échanger nos adresses et nos numéros de téléphones ? » Disais-je en souriant. Pas question que je passe une troisième semaine sans avoir le moyen de la contacter !!
Je reprend mon calme et mon sérieux en relevant son visage vers le mien soulevant son menton de mes doigts :
«  Na Eun, je ne te promets pas que ça marchera mais on peu essayer tous les deux …Essayer d’être plus que la jolie fille et le barman du Cima, tu es d’accord ? » Ses quelques mots  signifiaient juste qu’on était ensemble à présent en tout cas pour moi, ça allait être un nouvel essai quant a mes relations amoureuses en espérant que cette histoire si dure longtemps ! Mes paroles n’étaient pas défaitistes de départ mais plutôt réalistes, rien ne sert de ce précipiter dans une relation sans savoir le résultat au final n’est ce pas ?! Je lui dépose un baisé sur le front en signe de protection, au fond je savais que quoi qu’il arriverait avec elle j’aurais toujours cette envie de la protéger!

Je la regarde avec se maudit réflexe de me pincer les lèvres une seconde, juste le temps de m’en rendre compte pour me stopper.
Dans mon élan je viens me placer sur elle, cette fois si en l'embrassant bien plus langoureusement qu'auparavant.
De quoi faire monter la température un peu plus à chaque seconde entre nous….


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur



Invité

Invité




MessageSujet: Re: blurred lines   Mar 4 Mar - 10:05

Chaque moment passé avec Hyuk Jin est la promesse d'un merveilleux instant. Sa compagnie m'est précieuse. Il est tout ce que j'aime. Tout. Mystérieux, ténébreux, séduisant, il ne pose pas trop de question, nous faisons connaissance à notre rythme, sans précipitation. Il n'y a pas de futur, juste le moment présent compte et je me sens comme emporté par cet étrange sentiment primitif qu'est l'instinct. Naturellement, nous déshabillons le corps de l'autre de tout ces artifices. Chaque parcelles de peau soumis à ses caresses frémissent et déclenchent des frissons le long de mon échine, m'arrachant ainsi un doux soupir d'aise. Nous tombons sur le lit dans le plus simple appareil, je me serre fermement contre lui, profitant alors de ce contact intime que j'apprécie tant avec lui. Poitrine contre poitrine, je décèle les battements de son cœur qui rythme ma respiration. Nos lèvres s'effleurent, se touchent et se cherchent. Dans un jeu, je révéle des informations basiques sur ma vie et sur moi-même, discussion bénigne mais que nous n'avions pas encore eut l'occasion de tenir. Il fait de même et me révèle donc son âge. Surprenant, puisqu'il a un an de moins que moi. Cela me fait rire. Je ne m'y attendais pas, je lui aurais donné volontiers plus de maturité. Mais l'âge, qu'importe, au final. Mes doigts caressent tendrement sa joue, alors que je lui adresse un regard de la même nature. Des études pour devenir gendarme. Il reste évasif à ce sujet, « mais c'est une drôle d'histoire » dit-il ... Ma curiosité maladive me pousse à vouloir en savoir plus à ce propos. Je lui trouve ainsi un point commun, puisque moi non plus, le métier de vétérinaire ne fut pas ma vocation première. Et mon cœur se serre à cette idée, ce vieux souvenir qui me hante encore. Une phrase qu'il a prononcé avec beaucoup d'amour, tantôt, me revient ; « Tu dois avoir du cœur pour faire ce métier... ». Les larmes montent autant que mon cœur se soulève violemment dans ma poitrine. J'eus ainsi l'envie de pleurer. Toutefois, la suite de ses propos me sort ces pensées morbides et un sourire, timide, tire les traits de mon visage. Il prend soudain, beaucoup d'importance à mes yeux.

Il propose qu'on s'échange nos numéros, adresses et j'acquiesce. J'y penserais tout à l'heure. Un léger sourire flotte sur mes lèvres, il me saisit le menton et répond à mon envie de manière positif. Je veux le voir, encore et encore. Prendre ma voiture, la route et venir directement le trouver. Je veux le voir sourire à ma vue. Je veux qu'il me prenne le visage comme il le fait et qu'il m'arrache un baiser. Je veux passer une nouvelle nuit à ses côtés. Et je veux rester pour le petit déjeuner. Je veux qu'il me parle. Hyuk Jin est mon idéal. Je ne peux plus l'ignorer ...

« Je ne veux aucune promesse ... »

Son corps bascule sur le mien et il inverse la tendance de cette façon. La manière qu'il a de se mordre la lèvre inférieure est tout à fait irrésistible. Dans son élan, il m'embrasse délicieusement et approfondit son geste. Instinctivement, mon corps se soulève, brûlant de désir pour lui. Je m'accroche à sa nuque, ondulant, frottant mon enveloppe charnelle avec passion. Sans gène, je concrétise la situation. Je sens ses doigts se crisper autour de ma taille, s'enfonçant dans la chair, j'en soupire. Je me tords de plaisir, lèvres entre-ouvertent, néanmoins demeurant muette, seul mon souffle chaud se mêle délicieusement au sien, court. D'un regard embrumé, je l'admire, passe mes doigts dans ses cheveux... C'est doux. Chaud. Divin.

Un rayon brûlant vient me chatouiller le visage. Je ne me souviens plus de m'être endormi pourtant ... Je peine à ouvrir les yeux, mais c'est un mal pour un bien puisque j'ai l'agréable surprise de le voir à mes côtés, encore endormi. Il semble si innocent, ainsi. Je m'approche et me loge dans ses bras. Mon regard se perd un moment sur le rideau à peine ouvert, il semble dissimuler une merveilleuse journée. Puis je reviens rapidement au plus important en scrutant le beau visage de Jin. Doucement, je caresse ses pommettes du bout des doigts. J'ai pensé une seconde à le réveiller, toutefois, ses paupières se mettent elle-même à bouger. À peine, ses yeux ouvert, je presse délicatement mes lèvres contre les siennes. Je suis encore là Jin...
Revenir en haut Aller en bas

avatar

Song Hyuk Jin



■ messages : 92
■ à ulsan depuis : 18/01/2014


MessageSujet: Re: blurred lines   Mer 12 Mar - 19:47



Blurred Lines

Na Eun



A l’instant même où j’apprends à la connaître, je l’apprécie déjà tellement.
Sa présence m’est devenu indispensable pourtant j’ai peur, peur que ça ne dure pas parce qu’on ma toujours dis que les meilleures choses ne son qu’éphémères !

Le soir ou nous avons fais connaissance au bar j’ai tout de suite su que ce serait différent avec elle. Na Eun n’est pas n’importe laquelle des femmes.
En général pour que je porte mon attention sur une fille il faut qu’elle soit exceptionnelle, dans mon boulot je croise des tas de filles prête a faire n’importe quoi juste pour avoir mon image et non mon cœur… pourtant avec elle je n’avais aucun souci, sa simplicité m’avait touché, sa façon d’être aussi ! Elle est mon idéale au féminin pourtant je sais que quelque chose m’empêche d’être moi. La difficulté que j’ai de me laissé aller totalement est encore flou, est-ce parce notre relation est toute nouvelle ou est-ce tout autre chose ? Aucune idée.

La dernière fois je me suis senti mal de la voir partir si vite, aujourd’hui je voulais qu’elle reste auprès de moi, que plus rien ne nous sépare.
Je ne lui promets pas la lune laissant le temps nous guider, mais c’est promis la jeune femme ne restera plus une inconnue à mes yeux, j’ai envie de faire un petit bout de chemin avec elle. Cette fois je veux essayer !
Dans ses bras je me sens bien, je me sens léger ; Le reste du monde n’existe plus a tel point que si vite je me laisse allé à l’appel de son corps. Sans gène ce sont mes lèvres qui rejoignent les siennes pour de doux-fougueux baisés.
Je me retiens me freine alors que je sens son envie grandissante seconde après seconde. Mes doigts glissent sur ses hanches rapprochant d’un simple geste sa taille près de la mienne. Je décroche ma bouche de ses lèvres douce et sucrées dont je n’aimerais plus me défaire. Mes doigts se glisse sur ses hanches rapprochant d’un simple geste sa taille auprès de la mienne pendant que mes mains parcourent sa peau d’un mouvement doux et tendre, je l’amène plus a moi prenant plaisir à ce partage divin.

La nuit bien entamé, ma taille glisse contre le lit abaissant les draps à hauteur de mon bassin, ma respiration haletante peine à redevenir normale mais peu importe : un sourire effleure mon visage mon bras se glisse sous son épaule la prenant tout contre moi sans échanger une parole, il est déjà tard mes paupières se ferment pour me laisser allé à de beaux rêves.

Au petit matin le soleil caresse ma peau. Depuis notre dernière rencontre j’avais pensé à poser des rideaux seulement la sensation de chaleur que provoque le soleil sur ma peau nu me plait toujours autant voilà le pourquoi je n’ai pas mis de rideau opaques. Aussi doucement que difficilement mes paupières se soulèvent laissant entrevoir une magnifique journée, ses lèvres se posent auprès des miennes pendant ce moment il n’y a qu’une pensée qui traverse mon esprit ‘elle est encore la’.

Un soupire de plaisir
« Humm », simple bruit qui sort de ma bouche pendant que je m’étends prenant au plus près de moi la jeune femme avec qui j’ai partagé ma nuit. J’ignore l’heure qu’il est à vrai dire peu importe tout ce dont j’ai besoin est auprès de moi!

Le revers de ma main caresse sa joue tendrement, un sourire effleure mon visage pour prendre la parole :
« c’est injuste … tu es toujours aussi belle au réveil ».
Doucement je me redresse, prends entre la paume de mes mains son joli visage et y dépose un léger baissé, a peine mes lèvres frôlent les siennes qu’elles se séparent déjà pour laisser apparaître un léger sourire aux coin de mes lèvres.

Sans attendre je me penche au pied du lit et y récupère mon boxer que j’enfile afin de sortir du lit, mon regard croise une autre fois celui de la jeune femme
« Ne bouge pas je reviens ». C’est dans la cuisine que je me rends prenant deux bols, du lait, du cacao et des kelogs c’est pas le petit déjeuner le plus romantique qui soit mais c’est l’intention qui compte non ?. Apportant tout ça sur un plateau je dépose celui ci entre nous.

« Je sais que c’est pas le petit déjeuné super romantique que tu espérais… »

Je n’ai qu’une envie lui faire plaisir. Mes derniers mots restent dans le vide, jamais je n’aurais imaginé revenir avec elle, ou bien encore, passé cette nuit à ses côtés. Si j’avais su peut être que j’aurais prévu quelque chose de plus correcte cela dit ce petit côté simpliste me ressemble tout à fais, tant que l’instant est magique peu importe le reste.

« Tu sais je suis content, que tu sois la »



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur



Contenu sponsorisé





MessageSujet: Re: blurred lines   

Revenir en haut Aller en bas
 

blurred lines

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» (F) ÉMILIE J. BOUSQUET ● i hate these blurred lines
» ▲ i hate these blurred lines
» blurred lines ~
» Haiti and Guyana - the two fault lines of the Caribbean
» Deirdre of the Sorrows : These lines the last endeavour to find the missing lifeline

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
❝ HELLO ULSAN ❞ :: La Ville :: les rues :: les bars :: Cima (시마)-