AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 CHINRA (flashback) [hot] ; we always had this connexion

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

avatar

Im Sarah



■ messages : 255
■ à ulsan depuis : 20/06/2012
■ localisation : sur une scène ou dans son appartement
■ occupation : stripteaseuse burlesque au paradise circus
■ humeur : misanthrope

■ all about me
dirty little secrets:
relationships:


MessageSujet: CHINRA (flashback) [hot] ; we always had this connexion    Mer 13 Mar - 1:43


i honestly miss you.(chin hwa & sarah)


Ils étaient partit séparément de l’aéroport après avoir échangés leurs numéros et de s’être salués, comme si de rien était, comme s’ils n’allaient pas se revoir ensuite chez elle.  La vérité, c’était que Chin Hwa se rendrait chez Sarah en mode incognito, comme ils l’avaient fait de si nombreuses fois lorsqu’ils se fréquentaient.  Tout ceci était vraiment étrange, mais aussi très excitant, car elle allait pouvoir lui parler comme si de rien était, sans gêne.  Elle pourrait lui dire tout ce qu’elle voudrait puisque personne ne serait là pour les écouter ou les observer, ou même prendre des photos d’eux.  Sarah n’était pas idiote, elle savait que les gens devaient déjà parler d’elle sur le fansite à l’heure qu’il était.  Les informations, ça circulait vite, surtout dans le monde de la kpop.  Avec tous ces fans fidèles, elle en avait pratiquement peur pour sa vie.  Qui sait, une noona raide dingue de Chin Hwa allait peut-être finir par trouver où elle habitait et elle viendrait la tuer dans son sommeil, en guise de vengeance?   Plus rien ne la surprenait, les fans pouvaient parfois être tellement étranges et violents, surtout quand il s’agissait de leur oppa préféré.  Reste que lorsqu’elle était sortit du taxi qui l’avait ramenée chez elle, elle observa les alentours, juste au cas.  Elle n’habitait pas dans un quartier très riche, mais ce n’était pas non plus un endroit peu recommandable.  Elle espérait que personne ne suive Chin Hwa jusqu’ici, ce ne serait pas bon pour son image, encore une fois.  Elle avait déjà peur qu’on découvre qu’elle travaillait dans un club d’effeuillage burlesque, si en plus on découvrait qu’elle vivait dans un endroit comme celui-ci, bonjour les rumeurs sur Chin Hwa.  Soupirant, elle rangea dans son sac à main son porte-monnaie qu’elle avait sorti pour payer le chauffeur de taxi et prit ses clés d’appartement.  Elle se dirigea ensuite vers son immeuble et ouvrit la porte pour y entrer.  Montant les escaliers d’un pas rapidement, elle arriva au troisième étage rapidement – il n’y avait pas d’ascenseur dans son immeuble, tellement il était vieux – et marcha jusqu’à son appartement.  Insérant la clé dans la serrure, elle déverrouilla la porte d’entrée et ouvrit la porte avant de pénétrer dans son appartement laissé dans la noirceur.  Bien sûr, il faisait encore jour, malgré tout, la jeune femme avait cette habitude de laisser les rideaux fermés la plupart du temps, comme si elle allait se faire brûler par les rayons du soleil si elle les laissait passer au travers de ses fenêtres.  À vrai dire, elle aimait mieux la noirceur à la lumière, ce qui expliquait le teint pâle qu’elle avait malgré sa peau olivâtre.  Elle était plus du genre à s’éclairer aux bougies et aux vieilles lampes à l’huile.  Parce qu’elle était vieux jeu, parce qu’elle aimait cette façon dont ces vieux objets éclairaient, comme si la lumière qu’ils créaient était plus naturelle que celle des ampoules au plafond.  

Et si Chin n’aimait pas son appartement?  Et s’il le trouvait trop vieux et en bordel?  Ah merde, elle n’aurait pas le temps de tout ramasser.  Il y avait des tonnes de toiles qui traînaient un peu partout, dans la cuisine, dans le petit salon, même une non terminée dans la salle de bain.  Il y avait des tonnes de feuilles un peu partout, des textes, des dessins, des croquis.  Il y avait des dizaines de gros cahiers ainsi que de vieux livres en français, langue qu’elle parlait grâce à sa défunte mère.  Il y avait des vêtements un peu partout, quelques tenues de travail, des chaussures, du maquillage, ainsi que bien d’autres vieux objets en tout genre.  Et de la poussière.  En espérant que le jeune homme ne soit pas devenu asthmatique entre temps.  Soupirant, elle laissa tomber son sac à main à l’entré et enleva rapidement ses souliers avant de se diriger vers la cuisine, pour faire au moins un peu de vaisselle, voyant toutes les tasses et les assiettes qui traînaient sur le comptoir depuis quelques temps.  Fallait au moins avoir l’air plus propre que cela, voyons!

Une heure plus tard, elle avait terminé de nettoyer la vaisselle avait entreprit de ramasser tous les papiers qui inondaient la petite table en bois foncé qu’elle avait.  Plusieurs factures, des cahiers ouverts, des tubes de peinture acrylique, des pinceaux qu’elle devrait faire tremper dans l’eau chaude puisqu’ils avaient séchés, des toiles.  Tout y était et on pouvait aisément se demander où Sarah arrivait à trouver de la place pour manger.  Autre vérité, c’était qu’elle mangeait au salon, assise sur son canapé d’un brun orangé assez étrange, mais qui était si confortable.  Sarah, c’était un peu l’hermite, celle qui ne sortait que pour son travail où quand il y avait quelque chose qui en valait vraiment la peine, genre voir Na Hee ou aller faire les courses ou s’il y avait une exposition d’œuvres d’art.  Peut-être que Chin Hwa allait prendre peur en voyant tout cela et qu’il allait partir?  Allons bon, ce n’était pas son genre de stresser autant pour cela, alors pourquoi se mettait-elle autant de pression?  La réponse était évidente : parce qu’elle ressentait encore quelque chose pour lui et qu’elle avait peur de merder, comme elle le faisait si souvent.  Parce que Sarah était aussi à l’aise avec les autres qu’un chat normal le serait dans l’eau.  Parce que Sarah était du genre à repousser les autres.  Et parce qu’elle ne savait jamais vraiment comment elle allait agir avec l’humain en général.  Et ça avait le don de la stresser en ce moment, parce qu’elle ne voulait en aucun cas rater cette chance qu’elle avait de renouer avec Chin Hwa.  Peut importe ce qui allait se produire.  Se mordant la lèvre, elle finit par tomber sur un paquet de cigarette et, sans grande surprise et stressée comme elle était, elle l’ouvrit et en sortit une, qu’elle mit dans sa bouche avant de chercher habilement un briquet du regard. C’est après avoir soulevé une pile de feuilles qu’elle en trouva un et qu’elle fit apparaitre la flamme dansante devant ses yeux, allumant la cigarette et prenant une bouffée de cette chose qui souillait un peu plus des poumons.  Au même moment, quelqu’un cogna à la porte et elle sursauta, comme si elle avait été prise sur le fait.  C’était idiot, mais elle s’était juré d’arrêter de fumer sans pour autant y arriver.  Elle avait modéré sa consommation, ce qui la surprenait elle-même, mais rien de plus.  Et savoir que Chin Hwa la verrait avec une cigarette à la bouche ne lui plaisait guère.  C’est pour cela qu’elle sortit rapidement un cendrier rose pâle et qu’elle écrasa celle-ci.  Une de gaspillée, mais c’était pour une bonne cause.  Elle entendit frapper à nouveau à la porte et elle se dépêcha pour se rendre à l’entré, où elle ouvrit, dévoilant le jeune homme souriant.  Elle lui offrit un sourire.  « Salut! »  Elle s’écarta de devant l’entrée pour laisser passer Chin Hwa avant de refermer la porte derrière eux.  «  Fais pas attention au bordel, j’ai pas eu le temps de faire le ménage. »  Quoi ajouter de plus?  Elle fixa la star avant de finalement s’avancer vers lui pour lui offrir une petite étreinte. « Tu vas toujours bien? »  Elle s’écarta rapidement de lui, gênée, avant de s’adosser au mur du couloir de l’entré.


Dernière édition par Im Sarah le Dim 22 Déc - 2:15, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://nomorerussianroulette.tumblr.com

avatar

Baek Chin Hwa



■ messages : 1290
■ à ulsan depuis : 27/06/2012
■ localisation : Ulsan & Séoul
■ occupation : Idols K-pop
■ humeur : J'ai la PS4, je suis full joyeux

■ all about me
dirty little secrets:
relationships:


MessageSujet: Re: CHINRA (flashback) [hot] ; we always had this connexion    Jeu 14 Mar - 17:09


Revoir Sarah à l'aéroport avait été comme un déclic, alors que je pensais l'avoir fait sortir de mon coeur, il y avait cette adrénaline, celle que l'on ressent devant la personne que nous aimons, le coeur qui bat à cent kilomètres heure, cette envie de la prendre dans ses bras, de l'embrasser. J'avais ressentit tout ça, sans pouvoir le faire, l'aéroport d'Ulsan est un lieu très fréquenté, les départs, les arrivées, les gens qui viennent récupérer leurs familles, amies et bien d'autres encore. Si, je n'avais pas été une idole, cela aurait passé inaperçu, mais j'étais à peine arrivé sur le sol Ulsannien que j'avais déjà des regards sur moi et durant tout le temps que nous avions passé ensemble, les regards avaient doublée. J'imaginais déjà les rumeurs qui allaient apparaître sur les blogs. Je m'attendais à un appel d'Ashley dans les heures qui allaient suivre. Je savais qu'il se tenait informé de tout ce qui se disait sur les fancafé, lorsqu'il saura que l'on m'a vu avec une fille, il allait s'arracher les cheveux.

Nous venions de finir nos boissons chaudes, elles m'avaient invité chez elle en secret comme à l'époque où nous sortions ensemble, un scénario que nous connaissions bien. J'eus un léger sourire lorsqu'elle prit un taxi et s'en aller. Maintenant s'était à mon tour, à la différence que je devrais faire plusieurs détours et semer les quelques paparazzis qui venaient d'arriver, s'ils étaient arrivés cinq minutes plus tôt, ils auront eu de quoi se remplir les poches. Je pris le premier taxi qui venait d'arriver et indiqua l'adresse au chauffeur. Il avait l'air bien étonné que je lui donne une adresse qui se trouvait dans le quartier moyen, je lui souris en lui informant de faire de grands détours pour semer les paparazzis qui allaient nous suivre, il hocha la tête. Le petit manège une trentaine de minute, le chauffeur avait réussi à semer les photographes sans aucune moral, le trajet avait un coût supérieur à ce quel coûtait, je m'en fichais un peu, si cela avait pu me débarrasser des paparazzis, j'étais content. Une fois le taxi parti, je me dirigeais vers le vieil immeuble et ouvrit la porte d'entrée, comme me l'avait informé Sarah par message, il ni avait pas d'ascenseur. Je pris les escaliers, il ne fallut que quelques minutes pour arriver au troisième étage.

Je respirais, pourquoi était-je si tendu ? Cela ne me ressemblait pas et ce n’était pas la première fois que nous faisions ça. Arrivé séparément dans un endroit tranquille, loin de la compagnie, loin des photographe envahissant, loin des mini chin, seulement elle et moi, dans notre bulle où le monde extérieur n’existait pas, j’étais seulement Chin Hwa, un homme comme les autres, j’étais libre de faire ce que je voulais avec Sarah. Je décidais enfin de toquai à sa porte. Elle s’ouvrit sur un appartement peu illuminé, les rideaux n’étaient pas ouverts.

« Salut!...Fais pas attention au bordel, j’ai pas eu le temps de faire le ménage. »

J'eus un léger sourire, elle n'avait pas changé, j'aperçus des feuilles un peu partout, des textes qui traînaient, des dessins, des croquis, des tubes de peinture acrylique, des pinceaux et des toiles. Sarah était toujours autant passionné par l'art. Je me souviens encore que plusieurs fois, je l'avais encouragé à continuer dans son art et d'exposer son travail, car elle faisait de belles choses, mais elle ne l'avait jamais fait. Tout était un peu dans le bazar, mais je n’avais pas vraiment de raison de critiquer.

« Tu n’as pas changer, faudrait vraiment que tu penses à exposé au lieu de garder tout ça pour toi et pour le bordel, je ne ferais pas de commentaire, si je n’avais pas de femme de ménage, mon appartement ressemblera à Tchernobyl. »

J’avançais vers le salon, observant son appartement quand mon regard s’arrêta sur son canapé brun orangé assez étrange, mais ce n’était pas la couleur du canapé qui attira mon regard, mais un string qui traînait à terre. Je me dirigeais vers celle et l’attrapa avec mon index pour le montrer à Sarah avec une grimace.

« D’accord, je ne poserais pas de question sur ta vie privée, cela risquerait de briser mon pauvre petit cœur. » Dis-je avec ironie.

Je préférais penser que c’était un string tombé de son panier à linge, qu’un string enlevé par un autre mec que moi. Bonjour, la jalousie, je n’avais pas de commentaire à faire sur sa vie privée, mais je devais m’avouer que j’avais encore des sentiments pour elle.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://thisonesfromtheheart.tumblr.com/

avatar

Im Sarah



■ messages : 255
■ à ulsan depuis : 20/06/2012
■ localisation : sur une scène ou dans son appartement
■ occupation : stripteaseuse burlesque au paradise circus
■ humeur : misanthrope

■ all about me
dirty little secrets:
relationships:


MessageSujet: Re: CHINRA (flashback) [hot] ; we always had this connexion    Dim 17 Mar - 1:20

Lui ouvrir son appartement, c’était un peu comme se mettre à nue devant lui, c’en était même pratiquement plus gênant. En effet, c’était une des raisons pourquoi si peu de gens avaient réussit à voir l’intérieur de l’endroit où elle habitait, car elle était toujours si mal à l’aise d’y laisser entrer des gens. Elle avait ce besoin constant de garder un mystère sur elle, de garder son petit monde intact. Ceux qui parvenaient à franchir le seuil de la porte sans qu’elle les sorte à grand coup de pied au cul étaient rares. Chin Hwa faisait pourtant partit de ceux qu’elle laisserait volontiers entrer. Parce qu’elle lui faisait totalement confiance, elle pouvait se donner complètement à lui sans craindre de se faire juger. Parce qu’il allait l’accepter peu importe comment elle était. Et c’était ce qui avait créé cette confiance qu’elle avait en lui. Qu’il préfère protéger la terre d’une invasion à Transformer alors qu’elle préférait peindre silencieusement ou écouter de la vieille musique les yeux fermés, ça n’avait aucune importante. Ils étaient, d’une certaine façon, pareil. Et même si elle était véritablement stressée que le jeune homme voit son appartement sans dessus-dessous, elle allait reprendre confiance peu à peu. Elle le savait, elle se connaissait mieux que quiconque. C’est pourquoi, lorsqu’elle avait mit fin à cette brève étreinte, elle s’était jurée de ne pas laisser cette pensée négative et ce stress qu’elle ressentait l’engloutir pour avoir l’air d’une idiote devant Chin Hwa. Non. Elle devait au moins faire bonne impression, lui montrer le meilleur d’elle, même si elle aurait pu lui montrer le pire qu’elle ne pensait pas le faire fuir. Il la connaissait tellement bien, il l’avait vu au plus mauvais de sa forme, méchante, tranchante, insolente, mais aussi souriante, rigolote, enjouée. Amoureuse. Il avait tout vu d’elle, pourquoi se mettre autant la pression? Se mordillant légèrement la lèvre, elle finit par afficher un sourire lorsqu’il prit enfin la parole. « Tu n’as pas changer, faudrait vraiment que tu penses à exposé au lieu de garder tout ça pour toi et pour le bordel, je ne ferais pas de commentaire, si je n’avais pas de femme de ménage, mon appartement ressemblera à Tchernobyl. » Non, elle n’avait pas changé. Toujours cette bonne vieille Sarah, ennuyeuse et misanthrope, qui préférait son bordel et la noirceur à l’ordre et la clarté. Le fait qu’il ait ramené le sujet de l’exposition des toiles aussi subitement que ça lui remémora tous ces souvenirs du temps où ils étaient encore ensemble. Combien de fois lui avait-il conseillé d’exposer? Trop pour s’en souvenir totalement, mais elle savait qu’il l’aurait supporté jusqu’au bout si elle avait décidé de faire une exposition de ses toiles. Le problème, c’était qu’elle ne voulait pas – ou plutôt, elle n’avait pas ‘’les couilles’’ pour le faire. Bah oui, même avec cet air confiant toujours au visage, la jeune femme avait ses faiblesses. Elle n’était pas aussi courageuse que ce que ses proches croyaient. Ou c’était elle qui se mettait toujours trop souvent la pression. Reste que la remarque sur Tchernobyl la fit rire. Son appartement pouvait être comparable à la tragédie qui avait frappé cette ville russe, oui. L’appartement de Chin Hwa sans une femme de ménage? Aussi. Les deux se ressemblaient, sur ce point : toujours le désordre, sauf que la superstar avait quelqu’un pour nettoyer le tout alors que Sarah ne prenait que rarement le temps de faire le ménage intégral de cet endroit poussiéreux et fermé au reste du monde. « J’aimerais bien voir dans quel état se retrouverait ton appartement si tu n’avais pslu de femme de ménage! » Son ton de voix fut moqueur, comme il l’avait si souvent été autrefois en sa présence. Même lorsqu’ils ne se fréquentaient pas encore et que Chin Hwa avait essayé de charmer la jeune femme, celle-ci avait toujours été froide et très distante, moqueuse, souvent. Elle n’avait pas perdu ce dernier point, qui avait toujours pimenté leur relation. Elle aimait bien se moquer de lui, mais lui-même savait que ce n’était que pour rire. Et rire en sa compagnie, c’était quelque chose qu’elle ne pouvait pas ne pas faire.

Alors que le jeune homme était en pleine exploration de l’appartement, Sara le suivit dans la première pièce où il alla : le salon. Bon, zone qui ne devrait pas être à risque. C'est-à-dire qu’il ne devrait probablement pas tomber sur un truc étrange, quelque chose qui n’avait pas sa place dans cette pièce. Des choses comme ce string noir à fine dentelle qui trainait sur le plancher et qu’elle venait d’apercevoir. Priant intérieurement pour que Chin Hwa ne voie rien, c’est pourtant la première chose qu’il remarqua. Fail. « D’accord, je ne poserais pas de question sur ta vie privée, cela risquerait de briser mon pauvre petit cœur. » Affichant une petite grimace, elle ne sut trop quoi répondre à sa remarque. Elle finit quand même par prendre la parole alors qu’il avait prit le sous-vêtement – ou un morceau de sa tenue de travail, si vous préférez – avec son index. « C’est pas ce que tu crois. » La jeune femme lui arracha vivement des mains, le rouge aux joues. « C’était dans ma pile de vêtements propres. Et puis, tu sais que y’a des trucs qui devraient être à leur place et qui le sont pas, c’est chez moi, ça a toujours été comme ça. » Elle boudait, comme une gamine l’aurait fait. Tellement pas son genre! En fait… si! Ça lui arrivait, rarement, mais quelques fois, oui! Décidant de se calmer un peu, elle plaça le string de façon à ce qu’il soit tendu et, comme un élastique, elle l’étira et il s’envola, atterrissant sur une vieille lampe à l’huile éteinte. Jetant un regard amusé à son ex petit-ami, elle finit par se diriger vers le canapé où elle s’assied confortablement avant de taper gentiment sur la place libre à côté d’elle. De son autre main, elle tirait sur le débardeur du jeune homme pour qu’il comprenne – si ce n’était pas déjà assez évident comme cela – qu’elle voulait qu’il s’asseye. « Alors… parles-moi de ta vie plus sérieusement! Il y a bien des choses que tu ne m’as pas dis tantôt puisqu’on était en public! » Elle attendait sa réponse, souriante.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://nomorerussianroulette.tumblr.com

avatar

Baek Chin Hwa



■ messages : 1290
■ à ulsan depuis : 27/06/2012
■ localisation : Ulsan & Séoul
■ occupation : Idols K-pop
■ humeur : J'ai la PS4, je suis full joyeux

■ all about me
dirty little secrets:
relationships:


MessageSujet: Re: CHINRA (flashback) [hot] ; we always had this connexion    Mer 10 Avr - 19:21

«J’aimerais bien voir dans quel état se retrouverait ton appartement si tu n’avais plus de femme de ménage! »

Pas moi, je n'avais certainement pas envie de voir l'état de mon appartement sans femme de ménage. Je savais que j'étais bordélique et que je pouvais foutre un peu partout mes affaires, il suffisait de se souvenir de l'époque où je faisais partie du groupe et que nous devions ranger nous-mêmes nos chambres, s'était un bordel pas possible dans lequel j'avais perdu beaucoup de choses. Je m'étais retourné, quand je me suis souvenue que le ton moqueur qu'elle venait d'utiliser était exactement le même que celui qu'elle utilisait lorsque nous étions ensemble. J'eus un léger sourire qu'elle n'avait pas vu. Je me souvenais encore de ses mimiques, de ses habitudes et bien d'autres encore. Une question me traversa l'esprit, est-ce que je pouvais encore tenter ma chance avec Sarah, sans cette fois-ci gâcher notre relation ? Je devais le lui demander, de façon très soft ou très con. Oui, j'allais faire cela, je vais faire le pitre et sortir cette phrase très con : « Si je te demandais encore de sortir avec moi, est-ce que ça t'intéresse ? » Car oui je voulais le savoir.

Je m'étais dirigé vers le salon, l'endroit le moins rempli de trucs pour peintre, si l'on faisait abstraction à la couleur du canapé, son salon était relativement en accord avec le reste, mais une chose m'avait interpellé près du canapé, un string, un objet très suspect. Je l'avais ramassé avec mon index et lui avait demandé des explications, espérons qu'il ni avait d'autre homme dans sa vie, qui savourait les plaisirs de la chair avec Sarah. Un sentiment de jalousie se déclencha en moi, qu'un autre que moi sois proche d'elle me révulsa comme un damné. Je devais me calmer au plus vite. Je pensais à autre chose, à ma prochaine attaque défensive pour protéger la planète terre. Voilà, je venais de trouver un sujet qui allait me faire oublier la pensée qu'un autre que moi l'embrasse, la caresse et de faire d'elle siens, mais je ne devais pas trop y penser le temps que je suis là, car me connaissant tellement bien, je serais capable de demander à Sarah, si je devais utiliser tels ou tels tactiques. Je pouvais être très geek et ça devenait effrayant parfois.

«C’est pas ce que tu crois. »

Je n’étais pas très convaincu par sa réponse. Je me retournais pour lui faire face et remarqua qu’elle était rouge crabe des joues. Je venais de la mettre mal à l’aise avec ma question, après tout ce n’était pas mes affaires. Je voulais la rassurer, mais elle me coupa l’herbe sous le pied et continua à répondre à ma question, encore plus gênée, qu’elle ne l’était déjà. Sur le coup j’avais vraiment mal agi et je me devais de la rassurer.

« Même si ton argument n’est pas vraiment convaincant, je n’ais pas à me mêler de ta vie privée. »

Pour la rassurer, je lui souris, qu’elle comprenne que cela n’était pas un problème. Je l’observais lorsqu’elle plaça le string de façon à ce qu’il soit tendu et, comme un élastique, elle l’étira et il s’envola, atterrissant sur une vieille lampe à l’huile éteinte. La scène était très amusante, elle ne changera jamais, toujours à faire des choses bizarres comme jouet à lance pierre avec un string. Je croisais les bras et fronça un sourcil pendant qu’elle me regardait d’un air amusé.

« Euuuhhhh ouai, j’espère bien que ton string ne causera pas la mort du si grand Chin Hwa, sinon toute la nation sera en deuil par ta faute. » dis-je avec ironie.

Elle alla s’installer sur son canapé couleur bizarre, je crois que tout ce qui se trouve dans cet appartement son canapé sera la chose qui me marquera à vie, si l’on fait abstraction du string. Elle m’invita à s’installais près d’elle.

« Uummhhh attends je vais aller nous chercher quelque chose à boire dans ton frigo, éhé on ne change pas les habitude du sans gêne Chin Hwa. »

Je me dirigeais vers sa cuisine, puis le frigo et y pris deux bières, parce que si, on avait les mêmes genres de comportement qu'à l'aéroport, cela allait être difficile de parler correctement. Je décapsulais les deux bouteilles et entendit Sarah me demandait de lui parler de ma vie plus sérieusement, qu'il y avait des choses que je ne lui avais pas dites plutôt puisque nous étions en public. Elle avait entièrement raison, je ne lui avais pas dit en public que j'avais encore des sentiments pour elle, mais ne nous précipitons pas dans les abysses si tôt. Je bus un gorgé de ma boisson et lâcha un soupir très silencieux avant de me rendre vers le canapé.

« Tout ce que tu dois savoir ce trouve dans le fancafé Chin Hwa ahaha, non je rigole, rien de très passionnant, je vis à Ulsan, j’ai retrouver ma petite sœur et Ashley me harcèle de me mettre à l’enregistrement du nouvel album, tu me diras c’est comme d’habitude, Ashley restera Ashley. »

Une fois arrivée devant le canapé, je lui tendis la deuxième de bière, avalant par la même occasion une deuxième gorgée de bière et m'installais près d'elle. Mon coeur bâtait la chamade, nous étions beaucoup plus proches que dans le café de l'aéroport et je n'avais qu'une envie, lui faire une fouille archéologique de la bouche. Je bus une longue gorgée de bière et je devais surtout éviter de regarder le visage de Sarah ou je ne serais pas maître de moi-même.

« Et toi ? Tu fais quoi de beau à Ulsan ? »

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://thisonesfromtheheart.tumblr.com/

avatar

Im Sarah



■ messages : 255
■ à ulsan depuis : 20/06/2012
■ localisation : sur une scène ou dans son appartement
■ occupation : stripteaseuse burlesque au paradise circus
■ humeur : misanthrope

■ all about me
dirty little secrets:
relationships:


MessageSujet: Re: CHINRA (flashback) [hot] ; we always had this connexion    Ven 14 Juin - 4:02

« Même si ton argument n’est pas vraiment convaincant, je n’ais pas à me mêler de ta vie privée. » Oui, tu devrais te mêler de ma vie privée, aurait-elle voulu lui dire. Elle aurait voulu qu’il fasse partie de sa vie privée, qu’il connaisse encore tout ses petits secrets. Pourtant, elle n’en dit rien et elle se mit à rigoler avant de ramasser son string en dentelle noir. Et il n’y avait qu’elle pour rigoler de son string, de le tendre de la sorte pour le faire s’envoler et atterrir sur une vieille lampe à l’abat-jour vieillot et plein de poussière. Il fut amusé par la situation, elle de même. « Euuuhhhh ouai, j’espère bien que ton string ne causera pas la mort du si grand Chin Hwa, sinon toute la nation sera en deuil par ta faute. » Elle avait encore les joues rosies par le commentaire de Chin Hwa sur son argument qui n’était pas très convainquant. Ah, si seulement il savait qu’elle disait la vérité. Sarah n’était pas du genre à ramener beaucoup de gens chez elle, en fait, rare étaient les personnes qui avaient vu son appartement ici. Elle restait mystérieuse, elle ne parlait pas vraiment de sa vie personnelle au travail, la femme aux multiples secrets, c’était elle. Et elle se garderait bien d’avouer plusieurs choses sur sa vie à la superstar. Il n’avait pas besoin de savoir que chaque soir, elle dansait en petites tenues aguichantes et aux airs des années folles pour des hommes venant la voir régulièrement. Des danses devant un public, mais aussi des danses privées, dans ces petites cabines coquettes et cachées des regards de tous où, là, certaines choses se passaient, des choses dont on n’osait pas parler, mais pour lesquelles on recevait un petit surplus. Et dit comme cela, elle avait l’air d’une semi-prostituée, d’une femme objet, tout ce qu’elle détestait. Et s’il savait, elle était sûre qu’il la jugerait, qu’il ne voudrait plus rien savoir d’elle. Et si les paparazzis enquêtaient sur elle, et les netizens ? Mon dieu, elle n’osait pas imaginer. « Chin Hwa avec une danseuse de cabaret ! » non, ils étaient plus méchants. Ce serait plutôt : « Chin Hwa avec une strip-teaseuse débauchée. » La vie n’était jamais facile, c’était presque comme si elle devrait faire un choix entre sa carrière de danseuse burlesque et son premier amour, son seul. « Vas-y, il est très convainquant, mon argument ! Tu es le mieux placé pour savoir que je laisse tout traîner, tu as la preuve devant toi.» Dit-elle, pointant toutes ces choses qui jonchaient encore le sol et la table. Ce n’était qu’une pièce, il n’avait pas vu les autres ! «Et puis ce serait triste, comme mort, de mourir à cause de simple string, non ? » ajouta-t-elle par la suite.

Lentement, elle alla s’assoir sur son canapé orange brûlé, cette vieille épave si confortable et fit signe au jeune homme de venir s’installer à côté d’elle. Il lui fit signe d’attendre avant de prendre la parole. « Uummhhh attends je vais aller nous chercher quelque chose à boire dans ton frigo, éhé on ne change pas les habitudes du sans gêne Chin Hwa. » Cela la fit rire. Il n’y avait que lui pour se permettre de fouiller comme ça et il n’y avait que lui qui avait la permission de le faire. Il l’aurait toujours. Il aurait pu passer en voleur dans son appartement qu’il aurait eu le droit de tout regarder, de tout examiner, de tout piller, de tout saccager. Parce que c’était Chin Hwa, parce qu’elle l’excuserait toujours. Sarah le laissa donc partir à la recherche des bières dans le réfrigérateur et elle lui demanda par la même occasion s’il avait des trucs à lui apprendre, des détails qu’il sur sa vie à lui qu’il n’aurait pas pu lui dévoiler à l’aéroport. Au loin, elle entendit le bouchons des bières atterrir sur son comptoir et, quelques secondes plus tard, le jeune homme revenait, les boissons en mains. Il lui tendit sa bière avant de s’assoir près d’elle. « Tout ce que tu dois savoir ce trouve dans le fancafé Chin Hwa ahaha, non je rigole, rien de très passionnant, je vis à Ulsan, j’ai retrouvé ma petite sœur et Ashley me harcèle de me mettre à l’enregistrement du nouvel album, tu me diras c’est comme d’habitude, Ashley restera Ashley. » Au début, elle ne trouva pas sa petite blague très amusante. Il insinuait qu’elle trainait donc sur le fancafé lui étant dédié, ce qui était un pur mensonge – en fait, ce n’était pas un mensonge, elle était bel et bien inscrite et allait y jeter un œil curieux, de temps en temps, mais chut, c’était un secret. Malgré tout, elle comprit bien vite qu’il se moquait simplement d’elle. Écoutant attentivement ce qu’il avait à lui apprendre, elle bu une gorgée de bière. « C’est vrai ? Comment elle s’appelle ? Vous avez passé beaucoup de temps ensemble, toi et elle ? » Il lui avait déjà parlé de sa sœur qu’il cherchait, ce n’était pas un secret pour elle. Elle connaissait tout de lui. Quant à la remarque sur l’album, elle se mit à rire avant de prendre une autre gorgée de boisson. « Tu as déjà des chansons d’écrites ? Vas-y, montres-moi une de tes danses, tu sais que j’aime te voir te déhancher comme ça. » Elle lui offrit inconsciemment un sourire charmeur, comme ceux qu’elle lui faisait lorsqu’ils sortaient encore ensemble.

« Et toi ? Tu fais quoi de beau à Ulsan ? » Elle s’attendait bien à ce qu’il lui renvoie la question. C’était évident. Pourquoi ne l’aurait-il pas fait, de toute façon ? Ils n’étaient chez elle que pour prendre des nouvelles et discuter. Haussant les épaules, elle se calla un peu plus dans le divan et elle réfléchit un instant. Ce qu’elle faisait à Ulsan ? Rien de passionnant, honnêtement. À quoi bon lui raconter des choses futiles et sans aucun intérêt ? Elle se tourna vers lui pour prendre la parole. « Bof, tu sais, j’avais besoin de changement, de m’éloigner un peu de mon père et j’ai choisi Ulsan. Je travaille, je continus à peindre, je sors de temps en temps, je fais rien de bien intéressant… » Elle resta silencieuse quelques temps, tout comme Chin Hwa. Elle l’observait, le détaillait, essayait de ne pas le dévorer des yeux. Il était toujours aussi beau, comme avant. Il n’avait pas changé, il la faisait autant craquer. « Et sinon… parlons sérieusement. Tu n’as vraiment pas quelqu’un dans ta vie ? Comme on était à l’aéroport, je peux comprendre que t’ais menti, mais là, entre nous deux, tu peux tout me dire. Tu sais que je dirais rien. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://nomorerussianroulette.tumblr.com

avatar

Baek Chin Hwa



■ messages : 1290
■ à ulsan depuis : 27/06/2012
■ localisation : Ulsan & Séoul
■ occupation : Idols K-pop
■ humeur : J'ai la PS4, je suis full joyeux

■ all about me
dirty little secrets:
relationships:


MessageSujet: Re: CHINRA (flashback) [hot] ; we always had this connexion    Lun 24 Juin - 15:59

Ma remarque sur le fancafé n’avait pas l’air de l’apprécier, même si, cela n’était qu’une façon de la taquiner, elle me connaissait assez bien pour savoir que j’aimais lui lancé ce genre de réflexion ou bien avait elle oublier ça ? Je ne savais pas, avec Sarah, j’étais perdu, cela faisait déjà un bon moment que nous nous étions pas vu, on prenait régulièrement des nouvelles  par téléphone et je m’y étais habitué, à ce genre de proximité, je m’étais même persuader qu’elle était devenu une amie et rien de plus, mais la revoir comme ça avait été un choc pour moi comme pour elle. Buvant une gorgée de sa bière, elle me demanda comment s’appeler ma sœur, si nous avions passé beaucoup de temps. Elle savait tout de cette histoire, je lui avais raconté l’histoire dans les moindres détails, à quel point je me sentais coupable de n’avoir pas empêcher les Baek de la maltraité, sa fugue et comment j’avais fait pour qu’elle est une meilleure vie loin d’eux, loin de moi, mais maintenant tout était fini, enfin les hostilité qu’il y avait entre elle et moi. Elle m’avait pardonné du mal que j’avais pu lui faire. Je souris rien qu’à l’idée de penser qu’aujourd’hui, j’étais  certainement le grand frère que j’aurais du être à cette époque. Je la surprotéger un peu trop, c’était même abusé.

« Et bien, tout ce passe bien entre elle et moi, elle ma pardonnée du mal que je lui avais. » Je fis un léger sourire avant de reprendre. « Je suis ravi de cela, je passe mon temps à l’harcelé pour savoir, elle est avec qui et je prends un malin plaisir à faire peur ses amis gars, elle est toute mignonne quand elle me fait la tête. » Je bus une gorgée de ma bière. « Mais je dois avouer aussi que malgré que je fasse tout aujourd’hui pour la protéger, quand je vois les traces de coupure sur ses poignée, je me sens coupable de n’avoir pas était ainsi lorsque j’étais plus jeune. »

Je me sentais vraiment coupable, si j’avais fait la même chose plus jeune, elle aurait peut être été heureuse chez les Baek ? Mais avec les « si » on pouvait refaire le monde. Puis d’un coup Sarah changea de sujet, comme si, elle avait remarquer que parler de cette époque de ma vie, me faisait sentir mauvais, Sarah me connaissait si bien.

« Oui, il y en a déjà d’écris, il y en a un qui me fait particulièrement rire, il s’appel I need a girl, puis non il y a pas encore de déhancher sexy, mais je connais tellement mon chorégraphe qu’il va me faire une choré très I need a girl quoi. »

Je lui demandais ensuite ce qu’elle faisait à Ulsan. Haussant les épaules, elle se calla un peu plus dans le divan, comme pour réfléchir à une réponse qui allait paraître correcte, depuis quand avait elle besoin de réfléchir pour me répondre ? Me cacherait-elle quelque chose ?

« Bof, tu sais, j’avais besoin de changement, de m’éloigner un peu de mon père et j’ai choisi Ulsan. Je travaille, je continus à peindre, je sors de temps en temps, je fais rien de bien intéressant… »

Elle reste silencieuse, elle pensait vraiment qu’elle allait me convaincre avec cela ?

« Et sinon… parlons sérieusement. Tu n’as vraiment pas quelqu’un dans ta vie ? Comme on était à l’aéroport, je peux comprendre que t’ais menti, mais là, entre nous deux, tu peux tout me dire. Tu sais que je dirais rien. »


Et en plus, elle évite le sujet, elle me cachait quelque chose et je devais le savoir. Avait-elle un petit ami dans sa vie ? Avait-elle peur de me l’avouer ? Non, elle n’allait pas s’en sortir ainsi, je vais lui faire avouer son secret, elle ne va pas s’en tirer comme ça.

« Mouai, comme d’habitude Sarah. »

Je la toisai du regard, cette fille me cachait vraiment quelque chose. Je me rapprochais un peu plus d’elle et de son visage, nous nous retrouvions désormais face à face, je pouvais sentir sa respiration près de mon visage et je ne voulais faire qu’une chose, l’embrasser comme un damné, mais non je ne devais pas succomber à la tentation. Je me raclai la gorge et m’éloignant, avalant dans la foulée une  grosse gorgée de ma bière.

« Oui, j’ai une petite amie. » nouvelle gorgée. « J’en ai même plusieurs, les mini chin sont formidable, mais toi, t’en a un de petit ami ? Je n’en serais même pas étonné. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://thisonesfromtheheart.tumblr.com/

avatar

Im Sarah



■ messages : 255
■ à ulsan depuis : 20/06/2012
■ localisation : sur une scène ou dans son appartement
■ occupation : stripteaseuse burlesque au paradise circus
■ humeur : misanthrope

■ all about me
dirty little secrets:
relationships:


MessageSujet: Re: CHINRA (flashback) [hot] ; we always had this connexion    Dim 30 Juin - 2:11

Il était évident que Chin hwa était un bon grand frère.  Un excellent, même.  Et qu’il essayait de se racheter du mieux qu’il pouvait.  Tout ça, elle n’avait pas besoin qu’il lui dise, elle le savait déjà au plus profond d’elle-même.  Parce qu’elle le connaissait dans les moindres détails et qu’elle savait que pour les gens qu’il aimait, il était prêt à tout.  C’était bon de savoir qu’il continuait d’avancer et qu’il allait dans le droit chemin.  Ça la rassurait et pourtant, ça lui faisait un peu drôle de ne pas l’avoir aidé durant ces quelques moments.  Elle n’avait pas été assez présente pour lui et bien qu’elle l’avait appelé quelques fois pour prendre de ses nouvelles, ça ne changeait pas le fait qu’elle n’avait pas été à cent pour cent avec lui.  Parce qu’elle lui avait fait une promesse qu’elle serait toujours là pour l’aider, même s’ils finissaient par se séparer – ce qui arriva plus tard.  Maintenant, elle avait l’impression d’avoir raté une partie de la vie du jeune homme et elle culpabilisait.  Mais, en même temps, elle voyait qu’il avait traversé ces épreuves sans elle.  Il avait toujours été fort et cette pensée la fit sourire.  Tenant la bière dans sa main, elle en prit une autre gorgée, écoutant ce qu’il avait à dire à propos de sa sœur avec qui il avait reprit contact il y avait quelques temps.  « Et bien, tout ce passe bien entre elle et moi, elle ma pardonnée du mal que je lui avais. » Il lui fit un sourire et elle lui rendit, heureuse de savoir que tout allait bien.  Il reprit ensuite : « Je suis ravi de cela, je passe mon temps à l’harcelé pour savoir, elle est avec qui et je prends un malin plaisir à faire peur ses amis gars, elle est toute mignonne quand elle me fait la tête. »  Sarah rigola, sachant pertinemment qu’il disait la vérité quand il parlait des amis de sa sœur.  Il avait toujours été très protecteur et ce qu’il venait de dire ne renforçait que plus ce fait.  Reste que la danseuse aurait adoré voir Chin Hwa et sa sœur interagir.  Ce devait être beau à voir.  « Mais je dois avouer aussi que malgré que je fasse tout aujourd’hui pour la protéger, quand je vois les traces de coupure sur ses poignée, je me sens coupable de n’avoir pas était ainsi lorsque j’étais plus jeune. »  À l’entente de ces mots, la jeune femme se mordit la lèvre.  Ainsi donc, la petite Baek avait déjà connue la mutilation.  Le suicide, c’était un sujet épineux pour Sarah, qui avait perdue sa mère à cause de cela.  Comprenant aussi que ce sujet n’était pas très facile à aborder et que Chin Hwa n’aimait pas trop en parler – ce qu’elle comprenait – elle décida de changer de sujet, le questionnant plutôt sur son futur comeback.  Elle devait l’avouer, elle avait hâte de voir ce qu’il allait sortir comme chanson et surtout pour le clip.  Elle avait toujours adoré le voir danser et il chantait si bien qu’elle savait que dès que la chanson serait disponible en téléchargement légal, elle allait l’acheter et l’écouter en boucle pendant des heures.  C’était peut-être un peu étrange comme ça, d’être aussi fan, mais ça lui rappelait plus les moments ils y étaient seuls ensemble et qu’elle l’écoutait chanter.  

Bien vite, il répondit donc à sa question.  Elle avait vu juste, parler des problèmes de la petite Baek n’était pas ce que Chin Hwa préférait.  Cela ne devait que le faire culpabiliser un peu plus.  C’est donc avec le sourire qu’elle accueillit sa réponse. « Oui, il y en a déjà d’écris, il y en a un qui me fait particulièrement rire, il s’appel I need a girl, puis non il y a pas encore de déhancher sexy, mais je connais tellement mon chorégraphe qu’il va me faire une choré très I need a girl quoi. »  Elle rigola à cette remarque.  Le titre de la chanson voulait tout dire.  I Need a girl, ou comment bouger son bassin de façon sexy en chantant la sérénade à une jolie jeune fille.  Le clip promettait d’être intéressant.  Buvant à nouveau une gorgée de sa bière, elle la déposa entre ses jambes pour avoir les mains libres.  Elle détacha ainsi ses cheveux blond cendré qu’elle avait noués en une tresse de côté pour les laisser tomber librement sur ses épaules.  Vu de loin, on aurait pu penser que cela était une technique de drague, mais ce n’était pas vraiment le cas.  Ou…  peut-être que oui, en fait, même si Sarah refuserait de l’avouer.  « J’ai hâte de voir et d’entendre le résultat en tout cas !  Je suis sûre que ce sera excellent et super sexy.  Les mini-Chin vont adorer. »  Elle ne mâchait pas ses mots, pourtant, elle savait qu’elle aimerait la chanson.  C’était inévitable, parce que c’était Chin Hwa et que même s’il faisait cet effet à chaque mini-Chin, avec elle, c’était spécial, unique.  Suite au commentaire de Sarah, il lui demanda ensuite ce qu’elle faisait à Ulsan et elle lui répondit donc la vraie raison : s’éloigner de son père était une bonne chose, même si elle s’ennuyait de lui.  Ça lui permettait de vivre sa propre vie, de faire ses propres choix.  Elle expliqua donc le tout, omettant tout de même de dire à la superstar son métier.  Ça, c’était secret.  Suite à cela, elle lui demanda si il avait réellement une petite amie ou non, ce à quoi il répondit étrangement. « Mouai, comme d’habitude Sarah. »  Il avait l’air un peu agacé, comme s’il savait qu’elle lui cachait quelque chose.  Et puis merde…  Tant qu’il ne découvrait pas qu’elle était une effeuilleuse, son honneur était sauf.  Pourtant, il la regardait un air intrigué dans le regard.  Faites simplement que je ne vende pas la mèche moi-même, se dit intérieurement Sarah à cet instant.  Sans vraiment comprendre comment, ils se retrouvèrent si près l’un de l’autre.  On aurait pu croire qu’ils allaient s’embrasser, d’ailleurs, la jeune femme espéra, pendant un court moment.  Elle aurait aimée, mais le jeune homme se recula lentement, se raclant la gorge avant de boire une gorgée de sa bière et d’ajouter :  « Oui, j’ai une petite amie. » Elle aurait souhaité voir son visage à ce moment, peut-être aurait-elle pu y lire en se regardant une pointe de surprise, de déception, de rage.  Un mélange total d’émotions.  Ce n’est qu’après une nouvelle gorgée de bière que Chin Hwa reprit la parole. « J’en ai même plusieurs, les mini chin sont formidable, mais toi, t’en a un de petit ami ? Je n’en serais même pas étonné. »  

Secouant la tête de droite à gauche, elle n’en revenait pas du tour qu’il lui avait fait.  Elle aurait pourtant dû s’y attendre !  Elle le connaissait si bien et c’était son genre de plaisanterie.  « Arrête de jouer avec les mots comme ça ! »  Fronçant les sourcils, elle approcha le goulot de la bouteille de bière près de sa bouche et elle en avala le contenu d’une traite.  Si elle en voulait une autre, elle n’aurait qu’à se servir, il en restait encore dix dans son frigo.  Elle était sûre de ne pas en manquer.  Déposant la bouteille en vitre sur sa table basse, elle reporta son attention sur son ex petit ami avant de se lever du canapé.  « Non, j’ai pas de petit ami.  Je suis libre comme l’air. »  Si elle avait voulu que son ton de voix soit léger, on pu y déceler une certaine fermeté.  Oui, elle était juste un peu en colère.  Ce n’était rien de grave, quiconque connaissait Sarah savait qu’elle pouvait être comme ça bien des fois. « Je vais aux toilettes, je reviens. »  Comme pour détendre l’atmosphère avant de disparaitre dans la salle de bain, elle ébouriffa les cheveux bruns de Chin Hwa et elle partit en rigolant.  Pourvu qu’il n’en profite pas pour fouiller dans son appartement. Quelques minutes plus tard, elle sortit de la salle de bain et lentement, elle retourna au salon. Plus de trace du jeune homme. « Chin ? T'es où ? » Quelque peu agacée, elle fit le tour de la petite pièce avant de se rendre à la cuisine. Peut-être était-il partit se chercher une nouvelle bière. Mais non, il n'y était pas. Soupirant, elle sortit donc de la pièce et s'aventura dans le couloir. « Arrête de faire ton gamin et sors de ta cachette ! » Si elle était surtout stressée qu'il ne tombe sur quelque chose de plus évident qu'un string pour qu'il se pose encore plus de questions, elle n'en fit pas paraître dans sa voix, qui se voulait amusée.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://nomorerussianroulette.tumblr.com

avatar

Baek Chin Hwa



■ messages : 1290
■ à ulsan depuis : 27/06/2012
■ localisation : Ulsan & Séoul
■ occupation : Idols K-pop
■ humeur : J'ai la PS4, je suis full joyeux

■ all about me
dirty little secrets:
relationships:


MessageSujet: Re: CHINRA (flashback) [hot] ; we always had this connexion    Mar 16 Juil - 15:07

Parlait de ma stupidité à l’époque ou Na Hee vivait chez les Baek était un sujet épineux. J’étais en grande partie responsable du mal que la famille lui avait fait, j’aurais dû la protéger, mais non j’étais beaucoup trop imbus de moi-même à cette époque, je ne pensais qu’à mon petit plaisir, j’étais un foutue connard, tenté de d’oublié se passer était vint, elle revenait à la charge, elle faisait partie de moi. Mon visage se referma brusquement, Sarah devait l’avoir remarquer et changea de sujet. Cette fille était une perle, j’étais vraiment débile. Je lui racontais qu’il y avait déjà des chansons d’écris et qu’une me faisait particulièrement rire, je n’avais même pas une envie d’imagine ce que m’avait bien inventer le chorégraphe.

« Tu fais quoi ? »

Lui avais-je demandé lorsqu’elle avait posé sa bière entre ses jambes, ses jambes si ferme et… Non, je ne devais pas m’écarter du sujet, nous étions venu en toute amitié chez elle, pas de pensé salace à faire avec ses jambes ou autre partie de son corps. Crée une barrière c’est ce que je devais faire, d’un mouvement brusque, je m’étais retourné, observant le plafond comme si, cela était la huitième merveille du monde. J’attrapais ma bière et bus une bonne grosse gorgée. Je me retournais vers elle quand mes pulsions c’était calmé, mais il devenait urgent que je me contrôle, sa chevelure blond cendrée tomber sur ses cheveux, mon dieux que cette fille était une tentation au pêché. Nouvelle gorgée de bière.

Hein ? De quel résultat parlait-elle ? Ooohh oui, la chorégraphie et les chansons, oui bien sûr de quoi d’autres pouvait bien t’elle parlait. Nouvelle gorgée de bière, à cette allure, j’allais finir son pack de bière. Inspiration, expiration, inspiration… Je devais trouver un autre sujet de conversation ou sexy, déhanché, cheveux, jambe ne devait apparaître. Je lui demandais la raison de sa présence à Ulsan et comme d’habitude, elle me sortie la réponse toute faite, s’éloigner de son père, je n’étais pas convaincu de sa réponse. Elle pouvait bien le raconter à n’importe qui d’autre que moi, mais nous avions vécu trois année cachée du monde, j’avais appris à la connaître et je savais bien qu’elle me cachait quelque chose d’autre, elle ne  pouvait pas vraiment me cachais des choses, cela avait-il un rapport avec le string qui avait trainé dans son salon ? Enfin bref,  il y avait autre chose qui ne s’expliquais pas, comment j’avais fait pour atterrir près d’elle ? Sûrement une des ses pulsions que j’éprouvais depuis quelques secondes et qui me faisais faire des choses bizarre.  On aurait pu croire qu’on s’embrasserais, mais je m’étais contrôler et fait un mouvement de recul et pour détendre une nouvelle fois l’atmosphère j’avais sortir une connerie qui, n’avait pas l’air de lui plaire. Je m’étais de suite rattraper avec les mini chin et lui demanda si, elle en avait un de petit ami, sa réponse négative me réjouis, puis m’informa qu’elle devait faire un tour au toilettes, je lui fis signe de la tête qu’elle pouvait y aller. Je m’assurais qu’elle n’était plus dans le salon. Je posais ma tête contre son divan, observant le plafond, je ne savais pas quoi faire, j’étais attiré par elle, c’était certain, profiter de son absence pour partir avant que cela ne pars en vrille. Je finissais ma bouteille de bière et m’en pris un deuxième dans son frigo. Je réfléchissais à ce que j’allais bien faire. Je me dirigeais vers la porte de la salle de bain, caressant la porte et fermant ma main, je ne pouvais pas faire lui faire ça et répéter le scénario d’il y a quelque année, elle méritait mieux.

« Désolé Sarah. » murmurais-je devant la porte.

Je me dirigeais vers la porte d’entrée, déposant ma bière sur la table de cuisine. Regardant un dernier instant l’appartement, je devais faire ce qui était mieux pour elle, arrêter de penser à mon bien être, même si, j’allais regretter ma décision. Sarah méritait mieux.

« Chin ?  T'es où ? »

Je commençais à fermer la porte d’entrée et partir, mais la voix de Sarah était un puissant sors, elle m’appelait, elle voulait que je reste, céder à la tentation c’est ce que j’allais faire. J’ouvris la porte et l’entendit une nouvelle fois, elle pense que, je me cache, mais non, je ne me cachais, j’étais sur le point de partir, sans la prévenir.

« Sarah. »

Je me rapprochais d’elle rapidement, j’étais en face d’elle. J’attrapais son visage et l’embrassa avec cette ardeur qui, m’anima depuis que je l’avais vue dans l’aéroport. Maintenant que j’avais commencé, j’en voulais plus. Plus qu’un simple baiser, je voulais la posséder. Non, je ne devais pas faire ça, c’était mal. Je me détacha de ses lèvres et me mordis la lèvres avec fureur, je venais de réaliser mon erreur.

« Je vais partir. »

Sans attendre de réponse, je me précipitais vers l’entrée, me retournant une dernière fois, j’observais Sarah. Je m’étais arrêté, je faisais quoi là ? Non, je devais partir, pourquoi mes pieds me semblent si lourde ? Sarah devait être une sorcière ou c’était simplement moi qui refuser de partir, rejetant la faute sur Sarah. J’étais un menteur, j’allais le refaire. L’embrassant une nouvelle fois avec fougue et passion.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://thisonesfromtheheart.tumblr.com/

avatar

Im Sarah



■ messages : 255
■ à ulsan depuis : 20/06/2012
■ localisation : sur une scène ou dans son appartement
■ occupation : stripteaseuse burlesque au paradise circus
■ humeur : misanthrope

■ all about me
dirty little secrets:
relationships:


MessageSujet: Re: CHINRA (flashback) [hot] ; we always had this connexion    Mar 29 Oct - 21:42

Elle s’était levée rapidement, déposant sa bière sur la table basse qui était en face d’eux, non loin du canapé sur lequel ils étaient assis. Elle avait le sourire aux lèvres, une rareté dans sa vie ces derniers temps. De toute façon, Sarah n’avait jamais été du genre à sourire à chaque secondes qui passaient. Elle avait le visage dur, une expression presque froide, mais c’était pas sa faute, c’était la faute de ses petits problèmes empilés sur son cœur encore en deuil même si elle affirmait toujours le contraire. Elle avait encore mal. Mal d’avoir perdue sa mère, mal d’avoir quitté Séoul, mal de voir Chin Hwa devant elle, souriant et s’épanouissant. Il avait un futur, lui. Sarah, elle avait quoi ? Une carrière d’effeuilleuse burlesque dans un petit club pas si populaire que ça ? Est-ce qu’elle avait vraiment pensé une seconde vivre de ça ? Ô, elle aimait ce qu’elle faisait, là n’était pas la question. Le problème était qu’en Corée du Sud, ce genre de métier était encore mal vu même si on osait dire le contraire. Les mentalités étaient encore stoppées dans les années où on n’osait pas montrer trop de peau. Où un clip d’un girl’s band portant des mini-shorts est obligatoirement quinze ans et plus. Son avenir dans un domaine comme celui-ci était incertain. Son futur était incertain. Il y avait tant de gens qui savaient ce qu’ils allaient faire de ta vie, ils y avaient ceux qui ne voulaient pas penser au futur et ils avaient des gens comme elle qui ne savaient tout simplement plus où donner de la tête. Si c’était elle, elle passerait ses journées dans la pénombre de son appartement, pinceaux en main et toiles devant elle, à essayer de créer et reproduire les images floues dans sa tête. Au fond d’elle, elle avait peur de finir par ne plus vouloir sortir d’ici, dans son monde. Elle avait peur de ne plus avoir envie de rien, même plus de Chin Hwa. Elle avait peur de terminer sa vie comme sa mère, au bord de la mort, la dépression accrochée à l’âme. Elle avait peur et c’était pour cela qu’elle s’était levée et qu’elle s’était lentement dirigée vers sa salle de bain, sans trop donner d’explications à son invité qui l’observait, l’interrogation dans les yeux.

Observant son reflet dans la glace qui lui renvoyait une image d’elle fade, elle ouvrit l’eau froide et glissant ses mains sous le filet de froideur, elle les porta ensuite à son visage pour refroidir un peu ton visage. Pour calmer ses joues en feu, brûlantes d’un désir qui n’avait jamais eu le temps de mourir. C’était toujours comme ça en sa compagnie : avec Chin Hwa, elle n’avait d’yeux que pour lui. Une addiction plus grande que tout. Elle avait besoin de lui comme un alcoolique avait besoin de ses boissons diverses, comme un junkie avait besoin de sa came. C’était une tentation brûlante, mais elle ne voulait pas céder. Parce qu’il était peut-être passé à autre chose. Après tout, il y avait des années que cette idylle s’était éteinte. Coupant l’eau, elle observa à nouveau son reflet, un regard dénué de confiance. Elle devait y retourner, il allait probablement se demander pourquoi elle mettait autant de temps. Si elle savait qu’il était là, derrière la porte, elle serait sortie aussi rapidement qu’elle était entrée. Elle l’aurait retenu. Mais elle ne savait rien, alors elle resta là, debout, sans réagir. C’est quelques secondes plus tard qu’elle décida pourtant de sortir, retournant au salon et le trouvant vide. Il était où ? Il l’avait laissé ? Il n’était pas non plus dan sa chambre. Il était porté disparu. Elle ouvrit la bouche, questionnant de sa voix, juste au cas. Et puis, une réponse : « Sarah. » Son prénom, son prénom qu’il venait de prononcé. Elle se retourna, le trouvant devant la porte de l’entrée. Il s’apprêtait à partir, à la laisser seule ici. Son cœur se serra, elle se sentit soudainement blessée. Son cœur se décomposait dans sa poitrine.

Le moment fut étrange. Il fut électrique. En quelques secondes à peine il était face à elle et il coinçait son visage entre ses mains, posant ses lèvres sur les siennes. Sarah se figea un moment, surprise, totalement désarmée, vulnérable. Le baiser était si bon, si parfait. Il goûtait le passé, il goûtait l’amour. Il réchauffa son cœur, le réanima, même. Elle le prolongea, elle ne voulait plus qu’il s’arrête. Malheureusement, elle n’avait jamais vraiment ce qu’elle désirait et il se rompit aussi rapidement qu’il s’était formé. Il prit à nouveau la parole. « Je vais partir. » Tout ce qu’elle arriva à faire, c’est secouer la tête en signe de négation. Non, elle ne voulait pas qu’il la laisse toute seule dans cet appartement en désordre. « Pars pas, s’il-te-plais… » Et sa voix s’était brisée. On pouvait voir Sarah dans toute sa détresse, totalement apeurée et hors de ses moyens. Elle n’était plus froide, elle était maintenant vulnérable. L’observant qui se dirigeait vers la porte d’entrée, elle sentit presque les larmes perler aux coins de ses yeux. Il s’arrêta un moment, l’observant à nouveau. À ce moment, elle souhaita qu’il craque et qu’il reste. Elle le souhaita si fortement que, pour une fois, son souhait s’exhaussa. Ils finirent par s’embrasser à nouveau, avec fougue, avec passion. Comme s’ils essayaient de rattraper ces années passées l’un sans l’autre. Le sentir aussi près, ses lèvres contre les siennes, c’était la meilleure sensation du monde. C’était la perfection, le moment idéal.  Alors, prenant les devants, elle passa ses bras autour de son cou et, lentement, elle s’avança pour qu’il heurte tout doucement la porte d’entrée, pour qu’il soit contre elle, pour qu’ils aient un appui à cet élan imprévu de passion. C’était un truc dément, un truc encore plus électrifiant qu’elle pensait.

Rompant le baiser, elle resta trop près de la bouche de son ex petit-ami et elle alla chuchoter à son oreille : « Tu peux plus partir, maintenant. C’est trop tard. » Une pointe de sensualité dans la voix, elle posa ses lèvres sur le lobe de l’oreille pour ensuite descendre et embrasser ses joues, son cou, ses clavicules, sa pomme d’Adam et puis encore ses lèvres. Elle était dévorée par la passion, tout cette passion qu’elle avait retenu et qu’elle pouvait enfin lâcher en sa présence. Et s’il osait briser ce moment, elle ne savait pas ce qu’elle allait faire. Sarah serait probablement blessée, très affectée. Mais elle pourrait comprendre. Un avenir avec elle était incertain.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://nomorerussianroulette.tumblr.com

avatar

Baek Chin Hwa



■ messages : 1290
■ à ulsan depuis : 27/06/2012
■ localisation : Ulsan & Séoul
■ occupation : Idols K-pop
■ humeur : J'ai la PS4, je suis full joyeux

■ all about me
dirty little secrets:
relationships:


MessageSujet: Re: CHINRA (flashback) [hot] ; we always had this connexion    Sam 30 Nov - 23:01

La sentir contre moi, sentir ses lèvres contre les miennes pouvaient être comparé à une drogue, j'en voulais plus, je voulais la sentir contre moi, sentir ses lèvres encore une fois. Cette passion que je pensais enfouie dans mes souvenirs et bloqué dans cette chambre d'hôtel à Séoul était revenue, nous étions comme des aimants qui s'attiraient l'un vers l'autre, mais qui s'éloigne en même temps. Je ne savais pas quoi faire, partir ou rester, mon cerveau me disait de partir, que c'était plus sage pour nous deux et que si je devais continuer ce que j'avais commencé avec Sarah, nous allions encore retomber dans cette relation, celui que nous avions en secret, celui où je devais aller la voir en mode ninja pour éviter qu'elle se fasse agresser par les sasaeng. Nous devions rester cloîtrer entre quatre murs et à force de rester dans la chambre, nous avions commencée à connaître la moindre fissure de chaque mur, le plus petit détail de cette chambre n'avait plus de secret pour nous deux. Partir était une sage décision, je n'avais pas envie de faire revivre la même chose à Sarah, elle méritait mieux que moi, mais hélas le coeur à ses raisons que la raison n'a pas. Je m'étais précipité vers elle, j'avais entendu lorsqu'elle me disait de ne pas partir, il ne me fallut pas plus pour l'embrasser une nouvelle fois. Cette fougue, cette passion, comme si j'essayais de rattraper le temps perdu loin d'elle. J'aimais la sentir près de moi, sentir ses lèvres contre les miennes, plus, j'en voulais plus. Le mal était fait, je la désirais, je voulais faire qu'elle soit mienne, une nouvelle fois. « Oh Sarah. » Pensais-je lorsqu'elle se mit à entourer ses bras autour de mon coup, elle avança lentement, m'obligeant à reculer pour finir ma trajectoire sur la porte d'entrée. Brusquement, elle interrompit le baiser et me susurra à l'oreille : « Tu peux plus partir, maintenant. C'est trop tard. » Elle posa ses lèvres sur le lobe de mon oreille pour ensuite descendre et embrasser mes joues, mon cou, mes clavicules, ma pomme d'Adam. Avec ce qu'elle me fessait je n'avais certainement pas l'intention de partir. Je posais mes mains sur ses fesses, puis les redescendis afin de la porter, l'obligeant à coincer ses jambes autour de ma taille. L'atmosphère avait changé, elle était remplie de désir, comme si nos corps et nos lèvres n'attendaient que ça, depuis notre séparation. Nos lèvres ne voulaient plus se quitter, nos langues s'entrechoquaient entre elle, la passion était encore présente. Je m'avançais vers son canapé brun orangé, je la déposais délicatement sur le canapé et me positionna entre ses jambes. J'interrompis notre baiser et admira son visage, je lui caressais le visage.

« Oh Sarah, si tu savais comme tu m’as manqué. »

Je ne m'attardais pas plus sur son visage, je redescendais au niveau de son ventre, lentement je soulevais son t-shirt que j'accompagnais de baiser tendre, humant son odeur, je m'attardais sur ses seins, enfin la partie que son soutien-gorge ne cachait pas. Je suçotais ses seins qui ne tardèrent pas à se durcir. J'embrasais une dernière fois ses seins avant de remonter vers son visage, lui retira le t-shirt et le lança à l'autre bout de la pièce. Je me mordis la lèvre inférieure et me releva, le temps de retirer mon débardeur qui rejoignit très vite le siens. Ne m'attardant pas trop à la contemplation de son visage, je l'embrassais, passant mes mains derrières son dos et la relevais une nouvelle fois, sans m'arrêter dans mon élan, je m'assis sur le fauteuil, la plaça à califourchon sur moi, tout en lui dégrafant le soutien-gorge. Elle n'en avait plus vraiment besoin, pour ce que j'allais leur faire. J'interrompis le baiser et avec un brin d'humeur, je lui lançais : « ummmmhhh, ils sont toujours pareils que dans mes souvenirs, puis là, ils sont en train de m'appeler, j'entends leur désespoir.» Okay, plus con, tu meurs, mais elle devait en avoir l'habitude. Sans tarder, j'entrepris de lui sucer la poitrine, je mordillais le bout de ses seins.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://thisonesfromtheheart.tumblr.com/

avatar

Im Sarah



■ messages : 255
■ à ulsan depuis : 20/06/2012
■ localisation : sur une scène ou dans son appartement
■ occupation : stripteaseuse burlesque au paradise circus
■ humeur : misanthrope

■ all about me
dirty little secrets:
relationships:


MessageSujet: Re: CHINRA (flashback) [hot] ; we always had this connexion    Sam 21 Déc - 22:21

Il lui avait semblé, sur le coup, que Chin Hwa allait partir après ce baiser et qu’il la «laisserait tranquille» ensuite. Mais non. Leur étreinte se faisait plus forte à chaque embrassade et après lui avoir chuchoté qu’il ne pourrait plus partir, maintenant, que c’était trop tard, elle plaqua ses lèvres contre son lobe d’oreille, l’embrassant, le mordillant, puis elle descendit le long de son cou pour terminer cette course aux baisers ses joues, et puis à nouveau, ses douces lèvres plaquées contre celles de son ex petit-ami. D’un mouvement lent, elle s’avança pour qu’il bute contre la porte d’entrée, collant un peu plus son corps au sien. Et le sentiment qu’elle ressentait à cet instant était si grand et fort qu’elle n’aurait su le décrire. Si elle avait dû peindre, elle aurait choisi des couleurs chaudes, le orangé, surtout, le jaune, tout ce qui réchauffe le cœur et qui panse les blessures qu’elle avait cru réparées au fil des années. Non, elle n’aurait jamais pu l’oublier, oui, il resterait toujours dans son cœur. Elle ressentait une pointe d’excitation, cela faisait si longtemps qu’elle n’avait pas pu le sentir aussi près d’elle qu’elle en avait presqu’oublié à quel point elle semblait perdre le nord dès qu’il passait ses mains dans son dos, sur ses épaules, ses bras. Sarah pouvait sentir le désir entre eux, ce besoin de s’avoir près l’un de l’autre. C’est comme s’ils ne s’étaient pas manqués que mentalement, mais physiquement. Elle avait besoin de sa présence d’esprit, mais aussi de corps. Elle avait besoin de le sentir tout près, si près. Leurs deux corps l’un contre l’autre, la tension et la chaleur qui montait semblait les enivrer. Chin Hwa posa ses mains sur ses fesses et il la leva, ce qui l’obligea à entourer la taille parfaite de l’homme. Sarah semblait perdre tout contrôle, il aurait pu lui demander n’importe quoi qu’elle l’aurait fait. Elle avait ressentit le manque de ne pas avoir son ex petit-ami à ses côtés depuis si longtemps que maintenant qu’il était là, qu’il la couvrait de baisers, elle voulait en profiter au maximum, sans regretter plus tard. Qui sait, peut-être que ça n’allait être qu’une histoire d’une nuit. Peut-être qu’il ne voudrait pas recommencer cette relation qu’ils avaient eux, et elle comprendrait. Alors, elle préférait tout faire ce soir pour n’avoir aucun regret.

Sans la prévenir, il se déplaça du portail jusqu’au salon où il la déposa sur le vieux divan orange brûlé avant de se positionner devant elle, rompant le baiser pour prendre la parole : « Oh Sarah, si tu savais comme tu m’as manqué. » Un sourire se dessina sur son visage et elle ne pu que se sentir rassurée de savoir qu’elle lui avait manqué. Il lui avait manqué aussi, énormément, plus qu’elle n’aurait voulu le faire croire. Elle qui aimait que les femmes ne tournent pas leur vie qu’autour des hommes, elle semblait prise de court par ses propres sentiments envers Chin Hwa, qui étaient toujours présents et qui ne s’éteindraient probablement jamais. Alors qu’il avait dit ses mots, il s’empressa de descendre son visage à la hauteur de son ventre et la jeune femme se mordit la lèvre, heureuse de voir qu’il savait toujours comment s’y prendre avec elle. C’était l’homme qui la connaissait de A à Z, il n’y en aurait jamais un autre. Sentant son t-shirt se soulever, les lèvres de son ex vinrent se déposer sur son ventre nu et elle frissonna. Il embrassait tendrement chaque parcelle de peau nue tout en remontant sur sa poitrine qui était toujours recouverte de son soutien-gorge noir en dentelle. « Toi aussi, tu m’a énormément manqué… » su-t-elle dire entre deux petits gémissements de plaisir. Ses baisers semblaient lui brûler la peau et elle en voulait toujours plus. Lentement, les baisers prirent fin et elle le laissa remonter son t-shirt, ne se retrouvant maintenant quand soutien-gorge et en jeans. L’homme se releva et elle l’observa qui enlevait son débardeur. La contemplation de son torse parfaitement sculpté la fit sourire de nouveau, elle qui remarquait qu’il n’avait pas perdu un seul muscle. Il était toujours aussi en forme et, pendant un instant, elle se demanda si c’était dû à un certain genre d’activité physique qu’il aurait pu pratiquer avec certaines femmes… Se trouvant pourtant idiote de penser à cela, elle chassa cette idée de sa tête et elle se laissa faire quand il revint plaquer sa bouche contre la sienne, la soulevant à nouveau pour la faire basculer sur lui. Elle l’emprisonna de ses jambes contre le divan et, à califourchon sur lui, elle sentit les mains de l’idole dégrafer son soutif, se retrouvant maintenant à moitié-nue. Le baiser fut interrompu à nouveau et il ne pu se retenir de lâcher une plaisanterie, comme à son habitude. « ummmmhhh, ils sont toujours pareils que dans mes souvenirs, puis là, ils sont en train de m'appeler, j'entends leur désespoir.» Pouffant de rire, elle secoua la tête en signe de faux découragement. Il ne changerait donc jamais, mais elle ne s’en plaignait pas. Il la rendait heureuse, il savait la faire rire. Se mordant la lèvre, elle courba le dos pour faire remonter un peu sa poitrine vers le visage de Chin Hwa, un air sensuel au visage. « Vas-y, ne perds pas ton temps alors. » La phrase fut agrémentée d’un clin d’œil frivole et le jeune homme comprit le message, allant déposer ses lèvres contre ses seins, les suçant et les mordillant, ce qui ne fit que plus frissonner Sarah qui tentait de rester le plus près de son visage pour qu’il ait une jolie vue de sa nudité.

Chin Hwa s’occupant de sa poitrine tout de même généreuse, elle ne pu que glisser ses doigts dans les cheveux du jeune homme, gémissant quand ce dernier mordillait sans relâche un de ses seins alors qu’il caressait l’autre de sa main gauche. Cela faisait tellement longtemps qu’elle avait eu envie de le revoir et maintenant, il était là, dans son appartement. Et ce qu’ils s’apprêtaient à faire, ce n’était pas qu’une réconciliation à l’amiable, avec petit câlins et petits sourires. Non. Là, c’était la totale. Elle ne s’était pas attendue à terminer au dessus de lui pendant qu’il lui léchait la poitrine, littéralement. Dieu, ce qu’il était sexy. Il savait tout ce qu’elle aimait, il le faisait comme autrefois, toujours à la perfection. Il savait la rendre folle de lui. Fermant les yeux, elle gémit à nouveau quand il s’occupa de son autre sein et elle poussa légèrement la tête de l’homme un peu plus vers sa poitrine nue. Le laissant faire joujou avec ses seins pendant une autre bonne minute, elle finit par le stopper dans sa lancée et elle agita son doigt de gauche à droite en signe de négation et elle plaqua ses lèvres à nouveau sur les siennes. Elle ne voulait pas qu’il ne s’occupe d’elle, elle voulait lui faire plaisir aussi, alors elle se recula un peu pour pouvoir déposer ses mains sur les hanches de Chin Hwa, allant jouer avec la fermeture éclair de son jean à lui, embrassant son torse, descendant jusqu’à son bas ventre. Ses baisers étaient sensuels et elle descendit la fermeture éclaire du pantalon du jeune homme. Elle déposa ses pieds sur le plancher, debout face à lui qui était toujours assis sur le divan et elle tira lentement sur la paire de jean, puis elle la lança au même endroit où gisait le reste de leurs vêtements. Elle enleva elle aussi son jean et ils n’étaient plus qu’en sous-vêtements. Doucement, elle se rapprocha de lui et elle le teasa un peu, jouant avec les rebords de sa culotte en dentelle noire, se mordant la lèvre, voulant se faire désirer un maximum. « Tu veux me voir nue maintenant ? » Elle voulait qu’il ne soit plus en contrôle, qu’il se laisse totalement aller, qu’ils finissent par ne faire qu’un. Rigolant coquettement, elle commença lentement à baisser sa culotte, la laissant glisser le long de ses longues jambes ciselées.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://nomorerussianroulette.tumblr.com

avatar

Baek Chin Hwa



■ messages : 1290
■ à ulsan depuis : 27/06/2012
■ localisation : Ulsan & Séoul
■ occupation : Idols K-pop
■ humeur : J'ai la PS4, je suis full joyeux

■ all about me
dirty little secrets:
relationships:


MessageSujet: Re: CHINRA (flashback) [hot] ; we always had this connexion    Ven 7 Fév - 11:56

Comment expliquer cette attirance vers Sarah ? Nous étions comme deux aimants qui s'attirent l'un vers l'autre, mais qui se repousse en même. Notre relation ressemblait vraiment-elle à ça ? Deux aimants qui s'attirent et se repousse ? Peut être, mais une chose est certaine, j'avais besoin d'elle, j'avais besoin de sentir sa présence. Inconsciemment j'étais accroc à Sarah comme une drogue, une drogue saine. Je ne savais plus quoi penser de tout ça, mais dans l'immédiat j'avais envie de la posséder de faire d'elle mienne et c'est ce que je fis, lui retirer son soutien, mes lèvres étaient attirées par ses seins si...Si attirant, comment résister à le lui suçotait, un blasphème si je ne l'avais pas fait. Sans attendre, j'avais entrepris de lui faire sentir qu'elle était mienne. Sarah, oh ma douce Sarah, je connais tes formes comme si je t'avais faites, mes lèvres contre tes seins, affamé, assoiffé comme s'il ne vivait que pour ça. Un plaisir intense que, je ressentais, ses doigts glissant dans ma chevelure, gémissant lorsque je devenais plus entreprenant. Qui aurait pu croire que de simples retrouvailles dans un aéroport auraient pu finir ainsi, elle à moitié nue, moi lui suçant les seins et la suite promettait d'être encore plus intéressant. Elle en redemandait plus, enfin c'est ce que je compris lorsqu'elle poussa ma tête contre sa poitrine, mon membre commençait à se durcir au fil des minutes, mais au moment où il commençait à être à son apogée, elle m'arracha de mon plaisir, tout on agitant son doigt en signe de négation et plaqua mes lèvres contre les siennes. Jouant de la langue à l'intérieur de sa bouche, mais une fois de plus, elle m'arracha à mon doux plaisir. Elle avait le don de me rendre frustré, d'en redemander encore plus et ça m'agaçait un peu, bien qu'en même temps, cela rendait la partie beaucoup plus excitante. Je l'observais, réfléchissant à ce qu'elle avait en tête ou au moins tenter de réfléchir, car la vue de ses formes généreuses avaient le don de me déstabilisait. Embrassant mon torse, elle retirait la fermeture éclair de mon jean pour finir sa trajectoire au même endroit que les autres, je sentais mon membre se durcir d'un coup lorsqu'elle joua avec le rebord de sa culotte en dentelle, laissant échapper un petit gémissement, je n'avais qu'une envie, lui déchira la culotte et ne faire qu'un avec elle.

« Tu veux me voir nue maintenant ? »

Même après temps d'année, elle savait encore le faire, jouer avec ma patiente, comme un enfant qui voulait ouvrir son cadeau de noël avant l'heure. Si cela ne tenait qu'à moi, sa culotte aurait déjà rejoins les restes des sous-vêtements, mais je voulais faire durer le plaisir, je devais avouer que, je m'étais contrôlé, c'était quand même la première fois depuis notre séparation que l'on s'était revu, je voulais faire les choses en douceur, quoique ce n'est pas vraiment en douceur comme retrouvailles. Lorsque l'on revoit quelqu'un après temps d'année, on offre un café, ce que, j'avais fait à l'aéroport, mais pas lui sauter dessus l'heure suivante. Décidément, mon cerveau ne tournait pas dans le bon sens.

Mordillant ma lèvre inférieure, mes yeux suivis le trajet de la culotte glissant le long de ses jambes, un petit gloussement, je relevais les yeux et contempla son corps nu si parfait. L'envie de lui lécher le corps, de la pénétrer. Dieu que cette femme était excitante, je me précipitais sur elle tels un gars affamé se jetant sur son repas. Au diable, le Chin Hwa qui, se retenait depuis le début, mon corps ne voulait qu'elle. L'attrapant par les hanches, j'embrassais ses oreilles, sa nuque et porta pour ensuite l'allonger sur le divan. Continuant mes baisers sur son corps, je descendais de plus en plus vers son anatomie. Doucement je commençais à jouer avec son intimité, caressant cet endroit qui chez la femme, peut provoquer un plaisir sans nom quand on y passe un peu trop de temps, jouant à la fois avec mes doigts et ma langue à l'intérieur de son intimité. Je voulais qu'elle me désire plus que tout et qu'elle se rappelle les moments intenses que nous avions passés dans cette chambre d'hôtel.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://thisonesfromtheheart.tumblr.com/



Contenu sponsorisé





MessageSujet: Re: CHINRA (flashback) [hot] ; we always had this connexion    

Revenir en haut Aller en bas
 

CHINRA (flashback) [hot] ; we always had this connexion

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Tiens tiens tiens... Comme on se retrouve... {Flashback} [Ryuuku Gakuen]
» [RP Flashback] Entre Nymphomanie et Psychopathie...
» perte de connexion sauvage
» Connexion Internet en carton
» Pb De connexion

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
❝ HELLO ULSAN ❞ :: La Ville :: les résidences :: quartier moyen :: appartement de Im Sarah-